You're in all Blogs Section

Il est bien le président des riches!

COMMUNIQUE

Paris le 15 octobre 2017

 

Il est bien le président des riches :

 

Il maintient la baisse des APL sans baisser les loyers du privé qui ont explosé depuis 20 ans

Il maintient la main basse sur l’APL des bailleurs sociaux, pour payer la baisse de l’ISF

Il encourage la spéculation immobilière et épargne ceux qui en tirent profit

 

Arguant que la hausse des APL est la conséquence de la hausse des loyers, Macron soutient sans autre justification la baisse des APL sur les ménages les plus pauvres.

Il maintient la ponction de 60€ sur les allocataires HLM répercutée sur le budget des bailleurs sociaux :

Ce sont donc les bailleurs HLM qui logent le plus d’allocataires qui seront les plus taxés, autant dire que les mal logés auront bien du mal à se faire accepter par un bailleur social  et qu’il y aura moins d’argent pour entretenir, réhabiliter et construire de nouveaux logements sociaux.

Il nous conte, pour justifier son inaction sur le secteur locatif privé, qui justement a le plus profité de la hausse des APL  le miracle du choc de l’offre qui entraînerait une baisse des prix et des loyers. Or celle ci n’est advenue que lorsque les loyers ont été encadrés ou à l’issue d’une crise immobilière.

Nous retiendrons de cette interview que Mr Macron est bien le président des riches :

Sa politique du logement saigne les locataires les plus modestes, ceux qui ont vocation à les loger et laisse sur le trottoir les plus fragiles, afin de financer la baisse de l’ISF et les nombreux autres cadeaux octroyés aux nantis, aux promoteurs et aux spéculateurs.

La prochaine étape sera sans nul doute de précariser un peu plus les locataires, avec le bail mobilité et le bail HLM révisable, de livrer les quartiers populaires attractif à la spéculation et de renforcer les garanties des bailleurs privés à encaisser des loyers chers.  

Nous appelons à l’unité et à la mobilisation contre ses atteintes brutales au droit au logement, confirmées par Macron ou qui s’annoncent dans les prochains mois.

  • Renforcement des APL en HLM
  • Baisse des loyers dans le privé et taxation des profits immobiliers
  • Stop aux opérations d’urbanisme spéculatives d’épuration sociale dans les quartiers populaires
  • Arrêt des expulsions sans relogement
  • Respect de la loi DALO, et du droit à un logement décent, stable et accessible pour tous
  • Réalisation massive de vrais logements sociaux

 

Un toit c’est un droit !

Tagged with:
Posted in Actualité du logement

Vive l’APL – Le 14, on a manifesté!

Paris:

 

Mulhouse:

Nantes:

Rennes:

Toulouse:

 

etc. …

 

 

Je signe la pétition

 

 

Je signe la pétition

 

14 octobre 2017 – Evénement facebook

 

 

 

Posted in Luttes

Expulsion de 45 habitants d’un immeuble à Montreuil

COMMUNIQUÉ
Montreuil le 8 octobre 2017

 

Expulsion de 45 personnes à Montreuil (93)

 

Les habitants du 30 rue Gambetta, dans le bas Montreuil (93), ont été expulsés par la police dans la matinée du vendredi 6 octobre.

Ils habitaient dans cet immeuble de logements appartenant à la ville de Montreuil, depuis environ un mois, selon les nombreux témoignages des voisins venus depuis les secourir.

45 personnes originaires d’Afrique de l’ouest, dont de nombreuses femmes et quelques enfants, avaient été victimes d’une “escroquerie au bail”. Ils avaient payé environ 800 euros par logement début septembre à un homme se prétendant propriétaire de l’immeuble. Ce dernier leur avait remis un (faux) bail et les clefs d’un logement, contre versement en espèces.

L’expulsion vendredi a provoqué la stupeur car dans la journée de mercredi, la police venue sur place leur avait semblé conciliante, se disant prête à les aider à rester.
L’expulsion a été brutale, un enfant a été jeté au sol et des habitants ont été bousculés.

Manifestement aucun jugement d’expulsion n’a été rendu.

Les voisins se sont rapidement manifestés auprès des expulsés désemparés et abandonnés sur le trottoir. Tentes, couvertures, sacs de couchage, nourriture ont afflué, … Des expulsé-es ont été hébergé-es chez les voisins ces deux dernières nuits.

La solidarité s’organise, un comité de soutien se constitue ….

Relogement des expulsés !
Un toit c’est un droit !

 

Posted in Luttes

Expulsion d’une mère et de son fils handicapé à Melun

COMMUNIQUE
Lundi 2 octobre 2017

Expulsion à Mée-sur-Seine, Melun 77
Une femme et son fils de 10 ans diabétique handicapé bientôt expulsée de leur HLM !

 

Au Mée-sur-Seine, proche de Melun (77) Madame B., et son fils diabétique et atteint de la maladie de Marschall sont menacés d’expulsion incessamment sous peu, par la société HLM “Foyers de Seine et Marne” .

La famille a contracté une dette de loyer, mais avec le comité DAL 77, elle avait entrepris des démarches pour rétablir sa situation, établir un “protocole de cohésion sociale” (échéancier, paiement des APL, FSL).
Le bailleur social (pas très social) a rejeté la proposition, préférant jeter à la rue une famille très vulnérable et sans moyen de défense.
La mère de famille est désespérée.

Le DAL 77 et la fédération Droit Au Logement demandent à la Préfète de Seine-et-Marne de suspendre le concours de la force publique, et de pousser le bailleur à signer un protocole de cohésion sociale avec Madame B.

Droit Au logement rappelle que le mois d’octobre est dur pour les locataires menacés d’expulsion.
Les huissiers et les bailleurs font le siège des Préfets pour obtenir l’expulsion de leur locataire avec la force publique (la police ou la gendarmerie), alors que les dispositifs d’hébergement sont saturés.

Droit Au logement demande l’arrêt des expulsions sans relogement, et s’indigne que des bailleurs sociaux refusent d’activer les dispositifs qui permettent de secourir leurs locataires en difficulté.

 

Un toit c’est un droit

Posted in Actualité du logement, Luttes

URGENT Hôtel-Dieu : mise à la rue de 13 ménages samedi 30 septembre


 

Hôtel-Dieu – Après le chantage au gel des relogements, la Préfecture a cédé grâce a la mobilisation des mal logés solidaires : les 12 familles et ménages menacées d’expulsion ont un hébergement stable des ce soir, et seront si besoin rapprochées de Paris.
Un toit c’est un droit !


COMMUNIQUE
Paris le 29 septembre 2017

 

Mise à la rue des familles hébergées à l’Hôtel-Dieu (Paris)
Rassemblement et point presse samedi 30 septembre à 12h30 devant l’entrée

 

La Préfecture d’Ile de France a décidé de fermer samedi 30 septembre les deux ailes de l’Hôtel-Dieu où étaient hébergées 25 familles et célibataires, soit 42 personnes dont 14 enfants, depuis le 17 janvier 2017, lorsque le DAL et de nombreuses familles avaient investi une des ailes désaffectées.

La PRIF s’apprête à mettre 13 ménages (27 adultes et 12 enfants) à la rue, ou dans des hôtels jusqu’à lundi souvent en grande banlieue.
8 ménages ont été relogés depuis le 17 janvier, dont une famille, et 4 ménages ont été orientés cette semaine vers un hébergement stable.

La PRIF rompt son engagement et menace de cesser les relogements :
Le 18 janvier 2017, un engagement avait été pris par le Préfet de région Mr CARENCO en présence des familles, du DAL et du Directeur de l’APHP Martin HIRSCH.
Il s’était engagé a maintenir les sans logis à l’Hôtel-Dieu « jusqu’à un hébergement stable », et pour ceux et celles étant éligibles « jusqu’à un hébergement stable en vue de leur relogement ». Il s’était aussi engagé à reloger 100 familles prioritaires DALO.
Leur hébergement au sein de l’Hôtel-Dieu avait été géré par l’association Aurore, sans difficulté majeure.

Cette décision soudaine de mettre fin à l’hébergement des sans logis de l’Hôtel-Dieu , est un acte de brutalité et viole la parole de l’état.
La Préfecture de région a aussi indiqué à la délégation du DAL qu’elle cesserait le relogement des 100, si les hébergés opposaient une résistance. Un chantage en somme.

Par ailleurs, l’Hôtel-Dieu hôpital historique du centre de Paris se vide progressivement de ses services. Actuellement, plusieurs dizaines de milliers de mètres carrés sont vacants et pourraient comme des centaines d’hôpitaux en France accueillir des sans abri, si le gouvernement se donnait la peine de réquisitionner les ailes désaffectées.

Nous demandons que l’Etat tienne ses engagements : un hébergement stable pour tous les hébergés de l’Hôtel-Dieu et poursuite du relogement des 100 prioritaires DALO

 

 

Posted in Luttes

Pas d’économies sur le dos des locataires! – Pétition et mobilisation nationale le 14 octobre #VivelAPL

Signez la pétition!

Pas d’économies sur le dos des locataires!

http://vivelapl.org/


 

 

APPEL COMMUN

APL : pas d’économies sur le dos des locataires !

Le gouvernement a annoncé son intention de retirer 5 euros par mois sur les allocations logements (APL-­AL) par ménage à partir du 1er octobre, soit 400 millions d’euros par an. Cette mesure est injuste car elle touche uniquement les plus modestes d’entre nous, celles et ceux qui ont des difficultés à boucler leurs fins de mois.
Malgré le tollé général, le gouvernement persiste à le budget des APL dans le parc social, à hauteur de 2 milliards d’euros. Prenant ainsi le risque de mettre en grandes difficultés des centaines de milliers de locataires, pauvres ou modestes, qui n’auront jamais les capa-­ cités de se reloger par eux-­mêmes.
En effet, depuis vingt ans, les loyers et les charges ont progressé bien plus rapidement que les allocations et ressources des ménages à bas revenus. La moindre baisse des APL peut donc entraîner une hausse des impayés de loyers et des expulsions locatives.
Nous, associations de mal-­logés, de locataires, d’étudiants, de résidents, de jeunes, de consommateurs, de personnes âgées, d’aide aux personnes défavorisées, de citoyens, syndicats, organisations de bailleurs sociaux avons donc décidé de nous unir contre ces décisions injustes, mais aussi inefficaces au niveau budgétaire à moyen terme, car une personne expulsée ou à la rue devra être prise en charge à un coût parfois bien plus élevé, au plan de l’hébergement d’urgence, de la santé…
Nous demandons solennellement et d’une seule voix au gouvernement de :
-­ revenir sur sa décision de ponctionner 5 euros des allocations logement et sur ses projets de coupes budgétaires en 2018 sur les bailleurs sociaux,
-­ appliquer l’encadrement des loyers en vue d’alléger la charge des locataires, comme le prévoit la loi dans les zones tendues,
-­ préserver l’équilibre économique à long terme des bailleurs sociaux afin qu’ils poursuivent leur mission sociale, entretiennent correctement leur patrimoine, accroissent leur production de logements sociaux et très sociaux, en particulier dans les communes qui en manquent, afin de reloger des ménages précaires dans de bonnes conditions et de continuer à répondre à l’en-­‐ semble des besoins sociaux.

 

Samedi 14 octobre

Mobilisations dans toute la France.
Collectif Vive l’APL !

 

Premiers signataires :
AC, ACDL, ACSC, Advocacy France, AFOC, AFVS, AITEC, APF, APPUII, ATTAC, Bagagérue, CAL, CFDT, CFTC, CGL, CGT, CLCV, CNAFAL, CNL, Collectif Logement Paris 14, Collectif SDF Alsace, Collectif SDF de Lille, Compagnons Bâtisseurs, Coop’HLM, COPAF, CSF, DAL, Emmaüs France, Emmaüs Solidarité, FAGE, FAPIL, Fédération des Acteurs de la Solidarité, Fédération nationale des Associations régionales HLM, Fédération Offices Publics de l’Habitat, Femmes Egalité, FEP, FNASAT Gens du Voyage, Fondation Abbé Pierre, Fondation Armée du Salut, FSU, Habitat et Humanisme, HALEM, Indecosa-CGT, Ligue des Droits de l’Homme, MNCP, Pas Sans Nous, Petits Frères des Pauvres, Planning Familial, RESEL Ile-de-France, Le Refuge, Secours Catholique – Caritas France, SNL, SNUP Habitat FSU, SoliHa, Sud Santé Sociaux, Syndicat de la Magistrature, UNAFO, UNCLLAJ, UNEF, UNHAJ, Union syndicale Solidaires, UNIOPSS, USH, USP…et vous?

Contact@vivelapl.org
Facebook: Vive l’APL
@vivelapl

 

Tagged with: ,
Posted in Campagne, dalhlm, Luttes

A TOULOUSE, expérimentation du plan « Nettoyage d’abord ! »

Toulouse, le 26 septembre 2017 

 

A Toulouse, expérimentation du plan « Nettoyage d’abord ! »

 

Ce lundi 25 septembre à 22h, les polices nationales et municipales de Toulouse ont procédé à l’expulsion des sans-abris qui dormaient devant la Veille Sociale de Toulouse depuis quelques jours. Dans une ville où le taux de refus au 115 est de 80 % et malgré les récentes annonces faites par M. Macron au Capitole, voici que la réponse de la Préfecture et de la Mairie est d’expulser les personnes sans proposer aucune solution.
Déplacer les personnes ce n’est que déplacer le problème dans un but d’essayer de rendre invisible celles et ceux qui dorment à la rue dans notre ville. Alors que Toulouse avait été désigné comme symbole du lancement du plan « Logement d’abord », il semble que la Mairie et la Préfecture aient surtout actionné le plan « Nettoyage d’abord » en convoquant un dispositif policier disproportionné, sept voitures et fourgons, quatre camions de CRS pour chasser une vingtaine de sans-abris dont 4 enfants en bas âge pour les déplacer dans un square, et contrôler les identités de leurs soutiens…
Le DAL Toulouse 31 dénonce ces pratiques inefficaces, traumatisantes pour les personnes sans-abris, coûteuses pour la collectivité et cache-misère qui ne servent à rien.
De nombreuses personnes passant sur les lieux de la scène nous ont fait part de leur émotion.
Nous demandons la mise à l’abri des personnes expulsées hier et que cesse la répression policière mises en place par la Mairie et la Préfecture.

 

DAL TOULOUSE 31

Posted in Actualité du logement, Luttes

ATTAQUE HISTORIQUE Contre les locataires, le logement social et les mal logés

************

21 septembre 2017

Ce matin au CNH*, les acteurs du logement ont rejeté à une majorité écrasante le projet de baisse des APL: 22 contre, 5 pour, 7 abstentions.

Souhaitons que le gouvernement prenne au sérieux cet avertissement.

De toute évidence, il va falloir se mobiliser fortement le 14 octobre!

 

*Conseil national de l’Habitat, instance consultative, où siègent les représentants du secteur du logement: Etat, élus, bailleurs sociaux et privés, banques, promoteurs, syndicats, locataires, …

************

COMMUNIQUE
Paris le 20 septembre 2017   

 

ATTAQUE HISTORIQUE
Contre les locataires, le logement social et les mal logés

 

Le ministère du Logement vient d’annoncer quelques une des mesures déjà programmées dans la loi de finance et dans un futur projet de loi logement. Elles constituent une attaque historique contre les locataires et le logement social, en faveur des nantis et des spéculateurs.

Les temps à venir s’annoncent difficiles particulièrement pour les locataires modestes qui touchent l’APL ou/et qui vivent en logement social mais aussi  pour les jeunes dans le parc privé :

Une ponction durable de 5 euros voire plus :

Tout d’abord la ponction de 5 euros est confirmée sur tout les allocataires, sans compensation  : elle sera prolongée en 2018, et pourra encore augmenter au fil des mois, par simple arrêté interministériel. Un 1er rassemblement se tient demain matin , à la Défense, à l’occasion de l’examen du décret au CNH (RV à la défense à partir de 9h devant la tour Sequoia, au nord de la grande arche ).

Appauvrir les locataires et les organismes HLM,  40 à 60 euros par allocataire  :

La razzia de 50 à 60 euros par locataires HLM percevant l’APL, ne  garantira plus, entre autres, des conditions de logements  décentes (entretien, réhabilitations thermiques, production nouvelle..) , conséquence inéluctable de la baisse des revenus locatifs des bailleurs HLM. Il s’agit là  d’une régression conservatrice de grande ampleur, qui menace l’équilibre économique  HLM en France, de surcroit au détriment des bailleurs les plus pauvres, mais aussi des mal logés.

Vente de 40 000 HLM par an :

Il s’agit bien sur d’imposer la vente de HLM, pour préparer une nouvelle attaque sur le financement du logement social et de l’APL, afin de payer la baisse de l’ISF et soutenir les actionnaires. Un démantèlement à terme du logement social menace.

Le bail mobilité – précarisation des locataires privés :

Le projet de bail mobilité, destiné aux jeunes, menace aussi de bouleverser les rapports locatifs au profits des bailleurs privés et des agents immobiliers, qui devraient s’en emparer pour alterner avec les locations Airbnb et les contrats de 3 à 4 mois pour les étudiants et les galériens du logement. Facilitant les expulsions, le bail temporaire ouvre une brèche dans le droit au logement stable, et devrait à terme précariser massivement les locataires, malgré les gardes fous annoncés.

Le conte de fée du choc de l’offre (pour faire baisser les loyers ):

Cette théorie fumeuse laisse entendre que les loyers et les prix de l’immobilier baisseront “spontanément”, lorsque l’offre deviendra pléthorique. Or, on observe que les prix  baissent en cas d’encadrement des loyers, ou de crise immobilière lorsque les prix sont trop élevés Dans ce cas, comme lors de la crise de 1991 en France, de la crise des subprime en 2007 ou de la crise des hypothèques en Espagne, le marché s’effondre  après une surchauffe des prix et de la production, nourrie par l’appât de profits juteux et rapides. Cette théorie sert surtout à justifier la spéculation et la construction frénétique de logements de rapport dans les quartiers et les villes populaires.

Les riches et les spéculateurs  choyés et satisfaits :

Amortissement PINEL et PTZ  maintenus, taxe sur les profits tirés de la spéculation foncière à court terme allégée (encourageant les ventes en cascade). Les promoteurs, les agents immobiliers, les bailleurs privés et les groupes financiers  sont épargnés, mail  les locataires sont sacrifiés au nom de la rigueur budgétaire.  

Le DAL dénonce cette politique du logement visant à faire des économie sur les classes populaires, pour financer la baisse de l’ISF et octroyer  des profits supplémentaires aux nantis et aux spéculateurs !

Face à la violence de l’attaque contre les locataires et contre le logement social :
Mobilisations  avec les forces sociales qui se rassemblent autour d’une déclaration  commune (ici)

Création de comités “vive l’APL” dans toutes les villes :


Locataires, mal logés, salariés, étudiants, chômeurs …
 Tous ensemble dans la rue massivement le 14 octobre, et dans toute la France !

 

  • Pour défendre les APL et le logement social$
  • Pour l’encadrement (à la baisse) des loyers
  • Pour la réalisation massive de logements sociaux
  • Pour la taxation des profits spéculatifs
  • Pour le droit à un logement décent pour tous

 

 

 

Tagged with: , , , , , ,
Posted in Luttes

APPEL COMMUN – APL : pas d’économies sur le dos des locataires !

APL : pas d’économies sur le dos des locataires !

 

 Paris, le 19 août 2017

  

Appel commun

 

Le gouvernement a annoncé son intention de retirer 5 euros par mois sur les allocations logements (APL-AL) par ménage à partir du 1er octobre, soit 400 millions d’euros par an. Cette mesure est injuste car elle touche uniquement les plus modestes d’entre nous, celles et ceux qui ont des difficultés à boucler leurs fins de mois. 

Malgré le tollé général, le gouvernement persiste à vouloir réaliser en 2018 des économies, encore plus drastiques sur le budget des APL dans le parc social, à hauteur de 2 milliards d’euros. Prenant ainsi le risque de mettre en grandes difficultés des centaines de milliers de locataires, pauvres ou modestes, qui n’auront jamais les capacités de se reloger par eux-mêmes.

 En effet, depuis vingt ans, les loyers et les charges ont progressé bien plus rapidement que les allocations et ressources des ménages à bas revenus. La moindre baisse des APL peut donc entraîner une hausse des impayés de loyers et des expulsions locatives.

Nous, associations de mal-logés, de locataires, d’étudiants, de résidents, de jeunes, de consommateurs, de personnes âgées, d’aide aux personnes défavorisées, de citoyens, syndicats, organisations de bailleurs sociaux avons donc décidé de nous unir contre ces décisions injustes, mais aussi inefficaces au niveau budgétaire à moyen terme, car une personne expulsée ou à la rue devra être prise en charge à un coût parfois bien plus élevé, au plan de l’hébergement d’urgence, de la santé…

Nous demandons solennellement et d’une seule voix  au gouvernement de :

  • revenir sur sa décision de ponctionner 5 euros des allocations logement et sur ses projets de coupes budgétaires en 2018 sur les bailleurs sociaux
  • appliquer l’encadrement des loyers en vue d’alléger la charge des locataires, comme le prévoit la loi dans les zones tendues
  • préserver l’équilibre économique à long terme des bailleurs sociaux afin qu’ils poursuivent leur mission sociale, entretiennent correctement leur patrimoine, accroissent leur production de logements sociaux et très sociaux, en particulier dans les communes qui en manquent, afin de reloger des ménages précaires dans de bonnes conditions et de continuer à répondre à l’ensemble des besoins sociaux.

Nous invitons largement à des initiatives communes dans les prochaines semaines :

– Jeudi 21 septembre à partir de 9h lors de la consultation du Conseil national d’habitat (CNH) sur le projet de décret retirant 5 euros à chaque allocataire, au pied de la tour Séquoïa à la Défense

– Samedi 14 octobre, mobilisations dans toute la France.

 

Premiers signataires :

AC, ACDL, ACSC, Advocacy France, AFOC, AFVS, AITEC, ATTAC, Bagagérue, CFDT, CGL, CGT, CLCV, CNAFAL, CNL, Collectif Logement Paris 14, Collectif SDF Alsace, Collectif SDF de Lille, Compagnons Bâtisseurs, Coop’HLM, COPAF, CSF, DAL, Emmaüs France, Emmaüs Solidarité, FAGE, FAPIL, Fédération des Acteurs de la Solidarité, Fédération nationale des Associations régionales, Fédération Offices HLM, Femmes Egalités, FEP, FNASAT Gens du Voyage, Fondation Abbé Pierre, Fondation Armée du Salut, FSU, Habitat et Humanisme, HALEM, Indecosa-CGT, Ligue des Droits de l’Homme, MNCP, Pas Sans nous, Petits Frères des Pauvres, Planning Familial, RESEL Ile-de-France, Secours Catholique – Caritas France, SNL, SNUP Habitat FSU, SoliHa, Sud Santé Sociaux, Syndicat de la Magistrature, UNAFO, UNCLLAJ, UNEF, UNHAJ, Union syndicale Solidaires, UNIOPSS, USH, USP…

Collectif Vive l’APL !

Collectif Vive l’APL ! / contact@vivelapl.org

Tagged with: , , ,
Posted in Actualité du logement, Campagne, Luttes

DAL Toulouse 31 – Vendredi La campagne Un toit pour apprendre fait sa rentrée !!!

Vendredi La campagne Un toit pour apprendre fait sa rentrée !!!

 

Il y a 10 jours, le Président de la République venait à Toulouse et professait avec M le Maire de belles promesses. Hélas, la ré-ouverture des permanences du DAL Toulouse 31 la semaine passée montre que les faits sont têtus. Ainsi trois familles toulousaines avec des enfants scolarisés sont déjà sans solution ou menacées d’être mises à la rue. C’est pourquoi la campagne Un toit pour apprendre qui réunit le DAL Toulouse 31, la FCPE 31, CGT Education 31, Sud Education 31 organise dès ce vendredi 22 septembre un petit-déjeuner d’interpellation devant le Collège Clémence Isaure où une jeune fille est menacée avec sa mère et ses trois soeurs de se retrouver sans solution d’hébergement!

La campagne Un toit pour apprendre se remet donc en marche après ses réussites de l’année passée pour pousser les services de l’Etat et municipaux à trouver des solutions pour les familles toulousaines sans-abris.

 

Pour rappel :
En France 600 000 enfants sont mal-logés, selon la fondation Abbé Pierre. Parmi eux, certains sont à la rue avec ou sans leur famille, d’autres sont hébergés chez des tiers ou à l’hôtel, certains vivent dans des structures d’hébergement collectives tandis que d’autres subissent les mauvaises conditions de leur logement (logements insalubres ou surpeuplés). Le mal-logement a des conséquences direct sur la santé des enfants : saturnisme lié à la présence de plomb, pathologies respiratoires (asthme), infections dermatologiques… L’intoxication au plomb concernerait 85 000 enfants de moins de 6 ans vivant dans des logements vétustes. L’absence ou les mauvaises conditions de logement ont des conséquences sur la vie de l’enfant, et notamment sur sa réussite et son adaptation scolaire. La durée et la qualité du sommeil vont être impactées, tout comme l’alimentation et l’hygiène, engendrant des difficultés à l’école.

 

RDV 7h30 ce vendredi 22 septembre devant le Collège Clémence Isaure!

 

DAL Toulouse31-No Vox International

 

Un toit c’est un droit!!!

Posted in Actualité du logement, Campagne, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.