You're in all Blogs Section

Lutte contre les marchands de sommeil en Ile-de-France : Et leurs victimes ?

         

COMMUNIQUE
Paris le 11 décembre 2017

 

Lutte contre les marchands de sommeil en Ile-de-France :
Et leurs victimes ?

 

Le CR IdF réunit aujourd’hui des élus d’Ile-de-France pour présenter des mesures de lutte contre les marchands de sommeil, dans un contexte de crise grave du logement entretenant leur commerce.

Celui-ci prend la forme habituelle de la location à des personnes vulnérables de logements insalubres, impropres à l’habitation ou en péril, situés dans les centres anciens, dans les immeubles dégradés ou dans les chambres de bonne.
Mais depuis quelques années, il se développe dans les banlieues sous la forme de location de logements dans les immeubles collectifs ou de pavillons à plusieurs ménages et familles qui ne trouvent pas d’autre solution pour se loger. Il s’agit donc de locations à la découpe, illégales.

Droit Au Logement a pris connaissance du rapport de M. Geoffroy DIDIER sur ce sujet et constate :
– Que le rapport vise à durcir les sanctions contre les marchands de sommeil, ce qui est une constante des lois sur le logement depuis bientôt 20 ans.
– Qu’il ne prévoit pas de mesures pour mieux protéger les locataires de ces logements, contre les menaces, le harcèlement, les violences et l’expulsion illégale, méthodes habituelles qu’emploient les marchands de sommeil pour décourager leur victime de porter plainte et de faire valoir ses droits.
– Qu’il ne prévoit pas non plus d’accélérer les procédures de traitement de l’insalubrité permettant ainsi aux victimes de cesser de payer leur loyer au marchand de sommeil et d’être relogés.
– Qu’il ne propose pas de mesure pour lutter contre la crise du logement et le logement cher, terreau des marchands de sommeil, car il s’oppose à généraliser l’encadrement des loyers, protégeant ainsi la spéculation immobilière et la rente locative.
– Que le Conseil Régional Ile-de-France au nom d’un prétendu rééquilibrage social a pris des mesures pour réduire la construction de logements très sociaux, impactant d’autant les moyens de reloger les victimes des marchands de sommeil.
– Qu’il privilégie manifestement les aides à l’accession à la propriété, et au financement des PLI grevant d’autant les financements du logement social déjà sacrifiés par le gouvernement.
– Que la proposition de créer un répertoire des logements est tout de même une bonne mesure, qu’il faudrait étendre à l’ensemble du parc locatif.

Droit Au logement constate donc que cette campagne vise plutôt à répondre aux maires des communes pavillonnaires, qui voient avec inquiétude arriver dans les quartiers protégés de leurs électeurs des populations jugées indésirables.
En tout les cas, il ne se préoccupe ni des droits des victimes, ni des moyens de remédier à la crise du logement et au logement cher, seules pistes sérieuses pour couper l’herbe sous les pieds des marchands de sommeil.

Droit Au Logement demande au Conseil Régional Ile de France :

– De prévoir des mesures pour protéger les droits des victimes des marchands de sommeil, et pour les reloger.
– De soutenir la mise en place de l’encadrement des loyers dans toute l’agglomération, des mesures contre la spéculation immobilière et ses conséquences : expulsion, sans abrisme, mal logement, paupérisation des locataires modestes …
– De rétablir et d’augmenter le financement des logements très sociaux dans toutes les communes pour reloger les victimes, par exemple sur les terrains des lycées destinés à la construction.
– De mobiliser ses locaux vacants pour les sans abris.
– De rétablir ou maintenir les subventions aux associations de défense des droits, mais aussi de rétablir les aides aux transport en commun pour les migrants.

Un toit c’est un Droit !

 

Posted in Actualité du logement, Luttes

Vive l’APL – Manifestations du 9 décembre 2017

 

PARIS:

Photos de Jean-Claude Saget: ici

 



 

POUR : le rétablissement des 5€ !
Le maintien intégral de l’APL !
La défense du logement social !

 

MANIFESTATIONS le 9/12 DANS 21 VILLES

 

A PARIS, MANIFESTATION
Samedi 9 décembre à 14h30
Place du Palais Royal

 

6,5 millions de locataires ont perdu 5€ d’APL par mois depuis octobre. Ils perdront environ 10€ fin 2018 à cause du gel de l’APL. Et ce n’est qu’un début !

De plus pour 2018, le gouvernement veut pomper 1,5 milliard d’euros dans les caisses des bailleurs sociaux, et quasiment supprimer toute subvention à la réalisation de nouveaux HLM !

Cela signifie moins d’entretien et de réhabilitation des HLM, moins de nouveaux HLM, plus d’expulsions, ainsi que la stigmatisation des demandeurs HLM éligibles à l’APL :
Les locataires et les mal-logés seront au final les victimes de ce coup de force.

 

COLLECTIF « VIVE L’APL » https://vivelapl.org :

 

Locataires et mal logés : ACDL, AFOC, AFVS, CAL, CGL, CLCV, CNAFAL, CNL, Collectif Logement Paris 14, Collectif SDF Alsace, Collectif SDF de Lille, COPAF, CSF, DAL, FNASAT Gens du Voyage, HALEM, Indecosa-CGT, RESEL Ile-de-France

Solidarité : ACSC, Bagagérue, Compagnons Bâtisseurs, Emmaüs France, Emmaüs Solidarité, FAPIL, Fédération des Acteurs de la Solidarité, Femmes Egalité, FEP, Fondation Abbé Pierre, Fondation Armée du Salut, Le Refuge, Petits Frères des Pauvres, Secours Catholique – Caritas France, UNAF, UNCLLAJ, UNIOPSS

Défense des droits : AC!, Advocacy France, AITEC, APF, APPUII, Association des marocains de France, ATDF, ATMF, ATTAC, Collectif Pas Touche aux APL, Coordination Nationale Pas Sans Nous, CRLDH, CSP75, FLC Adéic, FTCR, Ligue des Droits de l’Homme, MNCP, MRAP, Planning Familial, Robin des APL, UFAL, UTAC

Syndicats : CFDT, CFTC, CGT, Comité National des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires CGT, FAGE, FSU, Sud Santé Sociaux, Syndicat de la Magistrature, SNUP Habitat FSU, UNEF, Union syndicale Solidaires, USP

Logement social : Coop’HLM, Fédération des ESH, Fédération nationale des Associations régionales HLM, Fédération Offices Publics de l’Habitat, Habitat et Humanisme, SNL, SoliHa, UNAFO, UNHAJ, USH

Tagged with: ,
Posted in Actualité du logement, dalhlm, Luttes

GRENOBLE – Réquisition des locaux de l’Université pour le logement de touTEs

 

Réquisition des locaux de l’Université pour le logement de touTEs

 

Aujourd’hui lundi 4 Décembre, l’amphithéâtre G du bâtiment CLV de l’Université à été réquisitionné : Le but est d’interpeller les pouvoirs publics sur le non respect des procédures d’hébergement. C’est plus de 2000 personnes sur l’agglomération grenobloise qui sont actuellement privées d’un toit alors que 10 000 logements sont vides.

Les associations, syndicats, migrantEs en appelle au respect de la loi. Alors que les températures descendent sous la barre des -5 degrés il est impossible de laisser des individus dehors !
A l’échelle nationale, plusieures villes voient également apparaître des mouvements de solidarité avec occupation par exemple : Lille, Clermont-Ferrand ou encore Lyon.
Nous rappelons les obligations de l’Etat en matière d’hébergement, réglementées par le code de l’action sociale et des familles, notamment en période hivernale.

Les revendications sont claires :

  • le relogement immédiat de manière pérenne de toutes les personnes occupant ces locaux universitaires.
  • Les pouvoirs publics doivent appliquer leur devoir : application des lois de réquisition de tous les logements vides pour leur mise à disposition aux personnes sans logements. 
  • Les municipalités, l’université et la métro doivent se positionner en soutien à cette action.
  • Nous appelons la direction de l’Université Grenoble Alpes à démontrer sa solidarité en refusant de faire usage de la force et ne mettant en place aucune expulsion.
  • Le Crous doit également garantir le respect de la trêve hivernale pour les étudiantEs en résidence universitaire.

A TRANSMETTRE !

premiers signataires : DAL 38, assemblée des mal logéEs, la Patate chaude, la Tambrouille, CNT educ 38, CNT superieur recherche 38, CGT FERC SUP Grenoble , UNEF Grenoble, solidaire étudiantEs, NPA JEUNES

 


Communiqué de l’Assemblée des occupant-e-s des locaux de l’Université de Grenoble

 

Hier, lundi 4 décembre, l’amphi G a été réquisitionné, par des éxilé-e-s, étudiant-e-s et militant-e-s, dans le but d’obtenir des conditions pérennes d’hébergement pour les personnes vivant actuellement à la rue.

Aujourd’hui la direction de l’UGA nous a sommé de mettre fin, avant 17h, à l’occupation, sans quoi la préfecture s’en chargera, en faisant appel aux forces de l’ordre.

Cette expulsion revient à criminaliser un acte de solidarité et expose les exilé-e-s présent-es à des risques considérables, tels que la détention en centre de rétention administrative ou le renvoi dans leur pays d’origine. Cela interroge non seulement sur la bonne volonté de l’état à se soumettre à ses obligations, mais aussi sur le rôle de la préfecture et des forces de l’ordre.

La direction a cependant proposé un relogement temporaire, de 2 à 3 semaines, dans plusieurs salles, dont la surface totale cumulée est de 100m2 pour un maximum de 60 personnes. Cette solution nous apparaît clairement comme insuffisante : elle relègue les occupant-e-s dans des locaux excentrés et ne donne aucune garanti quant à ce qu’il adviendra au terme de ce délai. Elle a cependant été acceptée par l’assemblée des occupant-e-s, face à la menace d’une intervention policière.

Aussi, cette proposition est-elle soumise à la condition que nous acceptions la présence permanente de deux vigiles.

Cependant, nous ne nous démobilisons pas. Nous utiliserons tous les moyens que l’assemblée des occupant-e-s considérera comme légitimes pour faire valoir les droits des demandeur-euse-s d’asile et sans logement, et leur assurer une solution d’hébergement pérenne et digne. Nous rappelons que l’hébergement des personnes à la rue est un devoir de l’État, et que nous sommes actuellement en période hivernale.

Un toit digne et adapté pour toutes et tous !

Les occupant-e-s de l’amphi G.

Avec le soutien de RUSF, DAL38, la Patate chaude, la Tambrouille, la CNT, la Cimade, l’ADA, NPA jeunes, Ras l’front 38, l’assemblée des occupant-e-s de Lyon 2, Précaires Solidaires, l’Unef, Solidaires étudiant.e.s, FERC-sup CGT, Solidaires Isère

Le 05/12/2017

Posted in Actualité du logement, Luttes

Encadrement des loyers : il y péril en la demeure des locataires

COMMUNIQUE
Paris le 28 novembre 2017

Censure de l’encadrement des loyers à Paris :
Une nouvelle régression pour les locataires
Généralisation et respect de l’encadrement des loyers !
Baisse des loyers !

A l’issue de la décision du TA de Paris de censurer l’encadrement des loyer, Droit Au Logement constate que les bailleurs et les agents immobiliers ont les mains libres pour augmenter, immédiatement et sans limite, les loyers des logements neufs ou remis en location après plus d’un an de vacance.
En effet,un bailleur ne peut pas, en théorie, augmenter les loyers à la relocation puisqu’ils sont bloqués par décret reconduits chaque année depuis 2013, dans l’ensemble des zones tendues (décret du 27/07/17 2, Article 18 de la loi 6/07/86).
Toutefois en l’absence de moyens pour les locataires de vérifier le montant du loyer précédent, il fait peu de doute que de nombreux bailleurs indélicats vont s’émanciper de cette obligation.
La levée durable de l’encadrement, qui depuis août 2015 a tempéré la hausse des loyers, alors que les prix immobiliers sont repartis à la hausse, amènera rapidement à une nouvelle flambée locative dans la capitale.

Il y a péril en la demeure des locataires, avec la précarisation annoncée des locataires par le gouvernement dans son projet de loi (Bail mobilité et contrat de résident temporaire dans le secteur privé, bail révisable en HLM, …), la baisse des APL en cours, la suppression des aides publiques à la construction de HLM et la hausse sans précédent des loyers depuis 2000.
La levée de l’encadrement des loyers à Lille puis à Paris, met en lumière l’offensive en cours des bailleurs privés, des rentiers du logement et des nantis en général, contre les locataires et les conditions de logement des classes populaires.

M. VALLS cédant aux sirènes et aux lamentations des bailleurs avait bloqué la généralisation de la loi ALUR à toutes les agglomérations tendues.
Le ministère du Logement actuel n’envisage pas de la généraliser avant 2020. …

Effet immédiat cette impuissance et de ce refus à défendre les locataires soumis à des niveaux de loyers démesurés, les bailleurs en obtiennent la suppression complète.

Droit Au Logement exige donc que le gouvernement fasse respecter la loi ALUR pleinement afin que soient pris dans les prochains jours les arrêtés nécessaires à la bonne application de la loi.

Mobilisons nous contre la baisse des APL (Manifs du 9 décembre), contre le projet de loi Logement, et pour un encadrement des loyers partout et à la baisse !

 

Un toit c’est un droit !

Tagged with:
Posted in Actualité du logement, Luttes

TOULOUSE – #UnToitPourApprendre Toutes les familles à la rue auraient été mises à l’abri!

 
UN TOIT POUR APPRENDRE- TOUTES LES FAMILLES A LA RUE AURAIENT ETE MISES A L’ABRI!

Après un an et demi de campagne Un Toit Pour Apprendre menée par le DAL Toulouse, la FCPE31, la LDH et des syndicats enseignants (CGT Education, SUD Education), la Préfecture de Haute-Garonne semble avoir entendu le message et même au delà, le gouvernement.

En effet, d’après des familles de la campagne ayant appelé le 115 et d’autres sources, la Préfecture aurait donné la consigne aux agents de la Veille Sociale qu’aucun enfant ne dorme à la rue et enclenché un hébergement massif de toutes les familles pas encore mises à l’abri.

Cette décision intervient après une intensification de la campagne Un Toit Pour Apprendre, avec l’occupation mercredi 15 novembre dernier du gymnase Saint Sernin par des familles et leurs soutiens, en parallèle du rassemblement des associations de solidarité.

Cette action d’occupation faisait suite à des actions d’interpellations hebdomadaires devant de nombreuses écoles toulousaines dans la lignée de ce qui avait été effectué l’année scolaire passée. Sans oublier un contexte national où des collectifs similaires agissent comme à Lyon, et où un autre gymnase est occupé en plein Paris par des sans-abris et mal-logés soutenus par le DAL.

Bien sûr d’autres mobilisations ont apporté leur pierre à l’édifice comme celle du collectif AutonoMIE, de divers collectifs et encore récemment des associations de solidarité.

Bien sûr la campagne Un Toit Pour Apprendre reste vigilante à la mise en application de cette consigne et va vérifier auprès des nouvelles familles venues la solliciter leur situation. De plus la politique de logement impulsée nationalement par le gouvernement et localement par la Mairie ayant pour objet de précariser encore les plus modestes ne nous incite pas à un optimisme béat.

Comme des familles de la campagne l’ont fait récemment devant le Tribunal, nous saurons rappeler à la Préfecture et accessoirement à la Mairie leurs devoirs.

Vous retrouverez ici la Tribune signée par une trentaine de personnalités toulousaines, ainsi qu’une vidéo de l’année passée sur les actions de la campagne!

 
Tagged with:
Posted in Actualité du logement, Campagne, Luttes

Gymnase Roquépine : les sans abris sont hébergés jusqu’à leur relogement

COMMUNIQUE
Paris le 25 11 2017 – 15h00

 

Gymnase Roquépine : les sans abris sont hébergés

La préfecture de région s’engage à les héberger jusqu’à leur relogement
Le gymnase est libéré depuis vendredi en fin d’après-midi

 

Les 45 personnes sans-abris du gymnase, les 5 “deshébergés” de l’assaut à St Denis et les 25 expulsés illégalement à Montreuil 30 av. Gambetta, ont tous et toutes un hébergement, jusqu’à leur relogement pour les prioritaires DALO, actuels ou futurs, s’ils déposent une demande et sont reconnus prioritaires par la commission DALO.

Le rapprochement des hébergés très éloignés, particulièrement les familles avec enfants, sera effectué à partir de lundi.

Le combat continue pour les familles DALO (mal logées ou déjà hébergées), qui ont participé à l’occupation et que la Préfecture a finalement refusé, contre toute attente, d’inclure dans un processus d’hébergement.

Le gymnase Roquépine avait été occupé mercredi 22 novembre à 14h30, à proximité de l’Élysée, dans le 8e arrondissement de Paris, pour lancer la campagne #OnSMetAuChaud et afin d’obtenir :

– Un hébergement pour les sans logis du gymnase jusqu’à leur relogement
– Le respect du Droit à l’hébergement pour toute personnes sans abri dès cet hiver selon la promesse du Président Macron,
– Le relogement des mal logés participant à l’action
– Une réunion avec la ville de Paris

Cette réunion se tiendra jeudi prochain à l’hôtel de Ville notamment sur la question du relogement des mal logés et des hébergés parisien du gymnase et la mise en oeuvre de la loi Egalité et Citoyenneté.

La lutte continue pour :
– Le droit au logement décent, stable et accessible pour tous et toutes, dont ceux du gymnase,
– Le respect et l’application de la loi DALO de la loi de réquisition, dont les mesures de la loi Egalité et Citoyenneté du 27-1-2017,
– Le rétablissement et le maintien des APL,
– La production massive de vrais logements sociaux,
– La baisse des loyers et la taxation de la spéculation immobilière.

Un toit c’est un droit !

 

Tagged with: , , ,
Posted in Actualité du logement, Campagne, Luttes

DAL : gymnase Roquépine, Paris 8e, fin de l’occupation

Fin de l’occupation du gymnase Roquépine :
la préfecture de région s’est engagée à héberger puis reloger les ménages sans abri soit : les 40 personnes sans logis du gymnase, les 25 de Montreuil les 5 de St-Denis. mais pas la totalité des occupants du gymnase (mal-logés, sans logis déjà hébergés).
La lutte continue pour le relogement des familles du gymnase, et pour le respect de la loi DALO et du droit à l’hébergement !

 



COMMUNIQUE
Paris le 22 novembre 2017 – 15h40  

Le Froid arrive, #OnSMetAuChaud
Occupation du gymnase Roquépine, proche de l’Élysée
18 rue Roquépine Paris 8e

 

Depuis 14h15, environ 150 personnes (dont une vingtaine d’enfants) sans logis  sans abri, mal logées, prioritaires DALO ou DAHO, ont investi le gymnase Roquépine, de la Ville de Paris, dans le 8e arrondissement, à proximité de l’Élysée avec  :

  • De nombreux sans logis de Paris et de la banlieue, prioritaires DALO ou DAHO et/ou à bas revenu en attente d’un relogement HLM
  • les 5 sans abris du 48 rue de la République à St-Denis en attente d’un “rehébergement” (avec le soutien de l’association des victimes du 48 République) suite à l’assaut antiterroriste du RAID, le 17-11-2015
  • Des sans-abri du 30 rue Gambetta à Montreuil, expulsés illégalement par la Ville le 6-10-17 et dormant depuis sur le trottoir devant le bâtiment, sans même un hébergement.

Nous interpellons particulièrement l’État  pour demander le respect et la bonne application des droits et des lois qui protégent les sans logis à la rue ou – hébergés précairement – les mal logés en surpeuplement ou exploités, les habitants menacés d’expulsion … à savoir :
– Le droit à l’hébergement (article L 345-2-1 et 2-2 du code de la santé et de l’action sociale)  pour tous et sans condition
– Le Droit à l’hébergement opposable  (DAHO)
– Le Droit au logement opposable (DALO)
– le Droit de réquisition

Nous demandons l’application immédiate des mesures contenues dans la loi égalité citoyenneté les concernant :
– Mobilisation de 25% des attributions du maire et de chaque bailleur pour reloger les prioritaires DALO
– Attribution d’un quart des logements sociaux au quartile le moins riches de demandeurs HLM
– respect de la prise en compte du “taux d’effort net” dans le calcul des ressources par les commissions d’attribution HLM
– La publication de la circulaire rédigée sur ces questions , en attente d’être publiée depuis  5 mois

Nous resterons dans le gymnase jusqu’à :
– Des solutions d’hébergement pour les 30 et quelques  sans abris, qui participent (notamment St Denis et montreuil) à cette occupation
– Un RV avec la Ville de Paris pour le respect de la loi égalité citoyenneté (mobilisation du quart des droits de réservation et de la ville et de ses bailleurs sociaux pour les DALO …)

Cette action inaugure la campagne #OnSMetAuChaud  alors que l’hiver commence à se faire sentir
Le DAL apporte son soutien aux luttes des sans toit et des associations qui les soutiennent , comme par exemple à marseille ou une église du centre a été occupée par une quarantaine de mineurs isolés à la rue

D’autres actions suivront tout au long des prochaines semaines !

Un toit c’est un droit !

 

Posted in Actualité du logement, Campagne

SAINT-DENIS Hébergement des 5 sinistrés du 48 rue de la République victimes de l’assaut antiterroriste!

Saint-Denis, le 23 novembre 2017

Hébergement des 5 sinistrés du 48 rue de la République victimes de l’assaut antiterroriste!

Après près d’une semaine de campement devant leur ancien immeuble et avoir participé a l’occupation du gymnase Roquépine avec les familles sans logis du DAL, les 5 sinistrés du 48 rue de la République victimes de l’assaut antiterroriste du 18 novembre 2015 de Saint-Denis ont été ré-hébergés ce soir.

Ce matin, une délégation des représentant-e-s de l’association DAL des victimes du 48 rue de la République a été reçue par la préfète a l’égalité des chances de Seine-Saint-Denis et la sous préfète de Saint-Denis en présence de la Ville de Saint-Denis. Elles se sont engagés à :
– ré-héberger immédiatement et jusqu’au relogement les 5 victimes qui avait été mises à rue. C’est chose faite ce soir
– accélérer les relogements via la mise en place d’une Mous et d’ici là améliorer les conditions d’hébergement pour les habitant-e-s toujours à l’hôtel (à peine la moitié des ménages sont aujourd’hui relogés)
– re-examiner avec bienveillance les situations des deux victimes encore sans papiers
– assurer un accès prioritaire au suivi psychologique des victimes.

Les habitant-e-s, l’association DAL des victimes du 48 rue de la République et le DAL se félicitent de ces avancées qui n’ont été possibles que grâce à la mobilisation! Mobilisation des victimes du 48 avec le DAL, des associations dyonisiennes, des habitant-e-s du quartier, des artistes…

Nous restons vigilants et exigeons :
– le relogement rapide de tous les habitant-e-s victimes du 48
– la régularisation de tous les habitant-e-s sans papiers
– la reconnaissance du statut de victimes du terrorisme

Les victimes du 48 remercient les soutiens et sont solidaires de la lutte des familles sans logis, mal logés, prioritaires DALO du DAL qui occupent toujours le gymnase Roquépine, Paris 8è.

 

Posted in Actualité du logement, Luttes

DAL : gymnase Roquépine, Paris 8e occupé – Le froid arrive, #OnSMetAuChaud


COMMUNIQUE
Paris le 22 novembre 2017 – 15h40  

Le Froid arrive, #OnSMetAuChaud
Occupation du gymnase Roquépine, proche de l’Élysée
18 rue Roquépine Paris 8e

 

Depuis 14h15, environ 150 personnes (dont une vingtaine d’enfants) sans logis  sans abri, mal logées, prioritaires DALO ou DAHO, ont investi le gymnase Roquépine, de la Ville de Paris, dans le 8e arrondissement, à proximité de l’Élysée avec  :

  • De nombreux sans logis de Paris et de la banlieue, prioritaires DALO ou DAHO et/ou à bas revenu en attente d’un relogement HLM
  • les 5 sans abris du 48 rue de la République à St-Denis en attente d’un “rehébergement” (avec le soutien de l’association des victimes du 48 République) suite à l’assaut antiterroriste du RAID, le 17-11-2015
  • Des sans-abri du 30 rue Gambetta à Montreuil, expulsés illégalement par la Ville le 6-10-17 et dormant depuis sur le trottoir devant le bâtiment, sans même un hébergement.

Nous interpellons particulièrement l’État  pour demander le respect et la bonne application des droits et des lois qui protégent les sans logis à la rue ou – hébergés précairement – les mal logés en surpeuplement ou exploités, les habitants menacés d’expulsion … à savoir :
– Le droit à l’hébergement (article L 345-2-1 et 2-2 du code de la santé et de l’action sociale)  pour tous et sans condition
– Le Droit à l’hébergement opposable  (DAHO)
– Le Droit au logement opposable (DALO)
– le Droit de réquisition

Nous demandons l’application immédiate des mesures contenues dans la loi égalité citoyenneté les concernant :
– Mobilisation de 25% des attributions du maire et de chaque bailleur pour reloger les prioritaires DALO
– Attribution d’un quart des logements sociaux au quartile le moins riches de demandeurs HLM
– respect de la prise en compte du “taux d’effort net” dans le calcul des ressources par les commissions d’attribution HLM
– La publication de la circulaire rédigée sur ces questions , en attente d’être publiée depuis  5 mois

Nous resterons dans le gymnase jusqu’à :
– Des solutions d’hébergement pour les 30 et quelques  sans abris, qui participent (notamment St Denis et montreuil) à cette occupation
– Un RV avec la Ville de Paris pour le respect de la loi égalité citoyenneté (mobilisation du quart des droits de réservation et de la ville et de ses bailleurs sociaux pour les DALO …)

Cette action inaugure la campagne #OnSMetAuChaud  alors que l’hiver commence à se faire sentir
Le DAL apporte son soutien aux luttes des sans toit et des associations qui les soutiennent , comme par exemple à marseille ou une église du centre a été occupée par une quarantaine de mineurs isolés à la rue

D’autres actions suivront tout au long des prochaines semaines !

Un toit c’est un droit !

 

Posted in Actualité du logement, Campagne

PETITION – Un toit pour les victimes de l’assaut antiterroriste du 18 novembre 2015 à Saint-Denis

 

SIGNEZ LA PETITION: ici

 

 



COMMUNIQUE
Paris le  19 novembre 2017

2 ans après l’assaut antiterroriste
48 rue de la République à St-Denis :
A la rue, ils campent devant leur immeuble depuis vendredi soir
Rassemblement de soutien dimanche 19 novembre, à 11h et à 18h
(sur place)

Après la mobilisation des habitants, du comité de soutien et du DAL, 5 habitants du 48 sont toujours à la rue et  la moitié des habitants sont dans des hébergements précaires en attente d’un relogement, malgré les engagements de l’Etat de tous les reloger.

Ils ont été délogés à la suite de l’assaut antiterroriste  du RAID, le 18 novembre 2016.

Les habitants de l’immeuble, les associations locale, le DAL sont toujours mobilisés, pour que ces promesses soient tenues, que les habitants soient reconnus comme des victimes des attentats,  et que dans l’immédiat les 5 habitants à la rue soient re-hébergés.

Des tentes ont été installées devant le 48 rue de la République depuis vendredi soir.
Après 2 nuits dans le froid, la combat continue !

 


Tagged with: , , , ,
Posted in Actualité du logement

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.