You're in all Blogs Section

Vol de domicile à Neuilly : gare à l’amalgame


COMMUNIQUE
Paris le 9 février 2018

A propos de l’affaire du vol de domicile  à Neuilly :

Selon son avocate, un propriétaire occupant de Neuilly sur Seine, parti quelques mois, aurait trouvé à son retour des inconnus installés dans son logement. Ce serait ce que l’on nomme communément “un vol de domicile”, réprimé par l’article L 226-4 du code pénal et l’article 38 de la loi du 5 mars 2007.

Son avocate se répand dans les médias ; certains s’emparent de cette affaire et dénoncent la lenteur des procédures d’expulsion… L’effroi s’empare des habitants, pour le plus grand bonheur des sociétés de protection  : “si je pars en vacance, mon logement sera squatté”

Pas de panique, depuis 10 ans, le domicile de chacun.e.s est  très bien protégé par 2 articles de loi que voici :
 
L’article 226-4 du code pénal fait de l’occupation du domicile d’autrui un délit :  “L’introduction dans le domicile d’autrui à l’aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou contrainte, hors les cas où la loi le permet, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.
Le maintien dans le domicile d’autrui à la suite de l’introduction mentionnée au premier alinéa, hors les cas où la loi le permet, est puni des mêmes peines.”

L’article 38 de la loi du 5 mars 2007 permet de récupérer son domicile en quelques jours :
“En cas d’introduction et de maintien dans le domicile d’autrui à l’aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou de contrainte, le propriétaire ou le locataire du logement occupé peut demander au préfet de mettre en demeure l’occupant de quitter les lieux, après avoir déposé plainte, fait la preuve que le logement constitue son domicile et fait constater l’occupation illicite par un officier de police judiciaire.
La mise en demeure est assortie d’un délai d’exécution qui ne peut être inférieur à vingt-quatre heures. Elle est notifiée aux occupants et publiée sous forme d’affichage en mairie et sur les lieux. Le cas échéant, elle est notifiée au propriétaire ou au locataire.
Lorsque la mise en demeure de quitter les lieux n’a pas été suivie d’effet dans le délai fixé, le préfet doit procéder à l’évacuation forcée du logement, sauf opposition du propriétaire ou du locataire dans le délai fixé pour l’exécution de la mise en demeure.”

Cette procédure a été peu utilisée, comme quoi l’occupation du domicile d’autrui n’est pas fréquente.

Incompétence ou anguille sous roche ?
Si la version des faits présentée par cette avocate est juste, pourquoi n’a-t-elle pas conseillé à son client de porter plainte, d’apporter la preuve qu’il s’agit bien de son domicile, puis de saisir le préfet ?
Pourquoi a-t-elle lancé une procédure d’expulsion classique et inadaptée à cette situation ?
Par incompétence ou pour cacher quelque chose ?

Le DAL a toujours défendu les occupants de logements et locaux vacants contraints par la nécessité, poursuivant ainsi le combat  mené par le mouvement populaire des familles en 1945, celui de Christine Brisset, de l’Abbé Pïerre, d’Albert Jacquard, de Léon Schwartzenberg et de nombreuses autres personnalités, militant.e.s  et  mouvements de défense des mal logés et des squatters.

Le DAL s’est mobilisé également à plusieurs reprises pour bloquer des tentatives de projet de loi criminalisant les squatters ou les associations qui les soutiennent, créant une procédure expéditive, justifié par une campagne amalgamant délibérément “le vol du domicile d’autrui” et le “squat par nécessité “.

Droit Au Logement suivra donc avec intérêt les suites de cette affaire à Neuilly, et avec vigilance les débats sur le projet de loi ELAN relatif au logement.

Posted in Actualité du logement

Occupation du gymnase/piscine Beaujon Paris 8e, par des sans logis et des mal logés


DERNIERE MINUTE

Les sans logis ont quitté le gymnase vers 22h30 faute de nourriture et de couvertures (blocus).

7 personnes à la rue seront hébergées.

Le combat pour le droit au respect des droits des sans logis continue.

 


 

COMMUNIQUE
Paris le 7 février 2018 19h  

Des familles sans logis occupent un gymnase à Paris 8e,
(7 allée Louis de Funès)  pour exiger que l’État applique les lois
La Ville de Paris n’a pas prévu de demander l’évacuation pour l’instant

Depuis 15h des personnes et familles, dont des sans logis, participent à l’occupation du gymnase de la piscine Beaujon,  7 allée Louis de Funès, à Paris 8e, non loin de l’Élysée.
Il s’agit pour beaucoup de personnes dépourvues de logement, dormant dans leur voiture, dans un box de voiture, aux urgences hospitalières, hébergées de manières très précaires par des tiers ou par les services sociaux. Certaines sont sinistrées à la suite d’un incendie qui a rendu leur immeuble inhabitable. Ils n’ont pas été hébergés.
La plupart sont prioritaires DALO.

Nous demandons à l’Etat et au gouvernement un RV afin :
– D’héberger durablement et décemment l’ensemble des ménages sans logis qui  participent à cette action et de loger les prioritaires DALO, ou ceux du quart le moins riches des demandeurs HLM (loi Egalité et Citoyenneté) ;
– De faire respecter le droit à l’hébergement inconditionnel jusqu’au relogement de tous les sans logis,  conformément à la loi (article  L 345-2-2 et 2–3 du code de l’action sociale), et donc de ne pas les remettre  à la rue à l’issue de leur hébergement ;
– De réquisitionner les ailes d’hôpitaux  vacantes comme par exemple au Val de Grâce ou à l’Hôtel-Dieu ainsi que les locaux publics et les logements appartenant à des grandes sociétés.
– De réaliser massivement des logements sociaux pour sortir les sans logis de la rue et de la précarité, au lieu de baisser les APL et de ponctionner les bailleurs sociaux,

– Plus généralement de mener une politique du logement inclusive et respectueuse du droit au logement.

 

Un toit c’est un droit !

 

Posted in Actualité du logement, Luttes

Procès de la Discrimination le 12 février à Dax

 

Communiqué : procès de la Discrimination Dax

 

Le 12 février 2018, 14h00, au tribunal de grande instance de Dax, procès pour : « discrimination à l’origine, l’ethnie ou la nationalité – refus d’un bien ou d’un service dans un lieu accueillant du public ou pour en interdire l’accès » à l’encontre du commerçant de Peyrehorade qui, en octobre 2016, avait apposé un panneau pour interdire l’accès de son magasin aux saisonniers espagnols, propos réitérés ensuite dans les médias.

           Dans la suite des luttes du Comité DAL Dax, cet incident avait été le déclencheur d’une large mobilisation en faveur des saisonniers, soutenue et amplifiée par l’association HALEM-France (Habitants de logement éphémères ou mobiles) et son comité Sud Ouest. La ligue des Droits de l’Homme (bureau national), a désigné Maître Desprez, pour plaider l’affaire qui intervient au moment ou ces associations sont plus que jamais mobilisées,

. pour l’amélioration des conditions d’accueil des travailleurs saisonniers dans le Sud-ouest ;

. contre les propositions et projets de lois scélérates à l’étude, visant à exonérer l’Etat et les collectivités de leurs obligations en matière d’aires d’accueil pour les résidents d’habitats mobiles, dont les saisonniers font aussi partie ;

. par l’application des directives européennes pour le contrôle technique des véhicules, mesures attentatoires aux droits fondamentaux qui vont priver, de facto, un très large public déjà très précarisé à la fois de son logement et de sa liberté de circulation.

            Nous rappelons que le 21ème critère de discrimination, pour «précarité sociale», a été adopté par les parlementaires depuis juin 2016. La situation des saisonniers du kiwi de Peyrehorade pose la question de sa prise en compte effective. Le 12 février à Dax, saisissons nous de ce procès pour faire un état des Droits, à la lumière des arrêts du Conseil D’Etat ou de la CEDH, de l’avis du Défenseur des Droits (oct. 2017), du rapport de la Commission Nationale Consultative des Droits de L’Homme (juin 2017), mais surtout du rapport de L’ONU sur la Financiarisation du logement au regard des Droits fondamentaux qui devraient inspirer les politiques de l’avenir.

            Avec la participation de Mr Gurême Raymond, interné par le gouvernement de Vichy en 1940 avec presque tous les nomades du territoire français, il a échappé à la déportation grâce à son évasion, puis, participé activement à la résistance. Auteur du livre «Interdit aux nomades».

RENDEZ-VOUS A DAX LE 12 FEVRIER

11h : conférence de presse esplanade Charles De Gaulle

12h : échanges, rencontre et pique nique sur le mode « auberge espagnole » de circonstance

13h30 : prises de parole devant le tribunal, suivies des débats et conférences gesticulantes…


Plus de détails et d’informations sur le site d’HALEM France :

http://www.halemfrance.org/?PROCES-DE-LA-DISCRIMINATION-A-DAX


 

 

Posted in Actualité du logement, Luttes

Droit inconditionnel à un toit #BalanceTaRequisition – Paris: Manif dimanche – 15h

Droit inconditionnel à un toit #BalanceTaRequisition

 

Le 31 décembre, lors de ses vœux, le Président MACRON a dit : « je veux que nous puissions apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans abri ». Il avait dit déjà le 27 juillet 2017 «  je ne veux plus d’ici la fin de l’année, avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois ou perdus ».

Mais aujourd’hui, 26 janvier 2018, il n’y a jamais eu autant de sans abris à la rue.

Pourtant, les solutions existent, le nombre de logements et de locaux inoccupés en France bat tous les records :

  • 2,75 millions de logements sont vacants en France, dont 108 000 à Paris et 360 000 en Ile-de-France (INSEE 2014)
  • 11 millions de m2 appartenant à l’État sont inoccupés, dont 4 millions de m2 de logement (équivalent de 80 000 logements).
  • Des milliers de chambres d’hôpitaux sont vides, conséquence de la réduction drastique des budgets hospitaliers.
  • Sans compter les locaux et logements appartenant aux collectivités territoriales, aux entreprises publiques, aux grandes sociétés, ou aux millionnaires de plus en plus nombreux …

Plutôt que de se donner les moyens de tenir cet engagement, le gouvernement n’applique pas les lois garantissant le droit au logement et à l’hébergement et met en œuvre une politique répressive.
Dernier exemple en date : La récente circulaire Collomb qui met en place des contrôles de police dans les centres d’hébergement, pour faire le tri entre les sans abris … C’est une remise en cause de l’inconditionnalité de l’accueil garanti par la loi MOLLE de 2009.

Les lois qui obligent les Préfets et autres acteurs du logement (bailleurs, Action Logement (1%), Mairie) à reloger (loi DALO) ou à héberger (loi DAHO) ne sont pas appliquées et de nombreuses familles et personnes sans logis sont laissées dans la plus grande précarité.

Les lois protégeant les demandeurs d’asile, réfugiés et mineurs isolés et obligeant l’Etat à les reloger ou les héberger ne sont pas non plus appliquées.

Les travailleurs sociaux et de l’asile doivent faire face à une politique de rentabilité de leur secteur professionnel rendant leurs conditions de travail de plus en plus difficiles. L’accès au logement et à l’hébergement est soumis à une politique du chiffre, de contrôle et de tri des publics, détournant ainsi les travailleurs sociaux de leurs missions et de leur éthique professionnelle. 
Face à la violation constante des lois et des droits des sans logis, nous exigeons :

  • Le respect du droit  inconditionnel à un toit pour tou.te.s
  • La réquisition ou la mobilisation des biens publics, ou appartenant à de grands propriétaires
  • Le retrait de la circulaire Collomb, qui autorise la police à rentrer dans les foyers
  • L’arrêt des politiques répressives contre les sans abris et les migrants
  • L’application des lois DALO, DAHO, des lois sur l’asile et de protection des mineurs.
  • Les moyens aux travailleurs sociaux d’accompagner les sans abris et mal logés qui en ont besoin dans la dignité

MANIFESTATION DIMANCHE 4 FEVRIER

RDV 15H devant le Val-de-Grâce

74 bd du Port Royal – RER B : Port Royal

 

1ers signataires : Bagagérue, CISPM, CSP 75, Coordination des travailleurs sociaux, DAL, DIEL, Fédération de Paris du MRAP, Pas Sans Nous, Sud Santé Sociaux…

#BalanceTaRequisition

https://www.facebook.com/events/108501663272956/

Tagged with:
Posted in Actualité du logement, Campagne, Luttes

Paris – Occupation et évacuation de l’Hôtel-Dieu #BalanceTaRequisition

mercredi 31 janvier 15h

Hôtel-Dieu: les familles sans logis qui occupaient depuis 10h45 une aile chauffée de l’hôpital ont été finalement expulsées par les forces de police vers 12h30.

Le collectif #BalanceTaRequisition appelle à une nouvelle marche dimanche 4 février à 15h, devant le val-de-Grâce.

“Je veux que nous puissions..” avait-il dit le 31 décembre . Et bien c’est possible, il y a des locaux chauffés à l’Hôtel-Dieu et partout en France…

Poussées par la police, les familles ont scandé “police partout, logement nulle part!”

 

Prochaine marche

dimanche 4 février 15h

au Val-de-Grâce


mercredi 31 janvier 12h

#BalanceTaRequisition – Occupation de l’Hôtel-Dieu depuis 10h45, avec 120 personnes dont beaucoup de sans logis. L’Hôtel-Dieu pourrait accueillir encore plusieurs centaines de personnes. Beaucoup de places sont disponibles dans d’autres hôpitaux, et d’autres administrations ou grandes entreprises, à Paris et dans le pays. Nous demandons qu’elles soient ouvertes aux sans logis, trop nombreux dans nos rues. E. Macron a dit “je veux que nous puissions offrir un toit à toutes et tous”… et bien nous pouvons!!

La SNCF l’a fait Gare d’Austerlitz, il faut passer de la parole aux actes!!
DAL


 



COMMUNIQUE
Paris le 30 janvier 2017

Action demain matin #BalanceTaRequisition

 

Dans la foulée des différentes actions menées par le DAL dans le cadre de la campagne  #BalanceTaRequisition depuis l’occupation de la cour du Val de Gâace le 30 décembre, une nouvelle action pour la mobilisation immédiate des locaux et logements vacants pour les sans abris, est organisée par le collectif  réunissant différents acteurs des mouvements sociaux de sans abris, réfugiés, mal logés, travailleurs sociaux …

RV mercredi 31 janvier

La SNCF, ouvre cette semaine  l’immeuble du 19/27 Bd de l’hôpital,  51 logements sociaux, jusqu’à sa démolition.

Nous nous félicitons de cette mise à disposition obtenue  grâce à la marche des immeubles vides organisée le 13 janvier dernier par le DAL et le collectif, et au rassemblement organisé devant le siège de la SNCF le 16 janvier.

Le France compte plusieurs millions de logements vacants, de bureaux, de locaux vacants qui pourraient être mis à disposition pour héberger tout les sans abris !
.

Un toit c’est un droit !

 

  

Posted in Actualité du logement, Campagne, Luttes

Notre-Dame-des-Landes : pas d’expulsion !

COMMUNIQUÉ
Paris le 20 janvier 2018

Notre-Dame-des-Landes : pas d’expulsion !   

Le gouvernement a renoncé au projet absurde d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c’est une victoire incontestable pour ceux et celles qui se sont opposés à ce projet et ont résisté aux assauts du pouvoir. C’est une victoire qui doit redonner le cœur aux luttes et aux mobilisations .

Le gouvernement a décidé de respecter la trêve hivernale des expulsions, qui s’applique aux occupants. En effet, depuis 2014 et grâce à la mobilisation des squatters, du DAL et des associations solidaires, la trêve hivernale des expulsions locatives s’applique, pour les occupants sans titre,  jusqu’au 1er avril (non pas le 30 mars comme l’a déclaré E. Philippe), dès lors que le juge n’en a pas supprimé expressément le bénéfice.

Il a dit également : « les occupants illégaux devront partir d’eux même d’ici le printemps, ou ils seront expulsés »

Comme l’avaient  rappelé  le DAL, le SAF et le SM dans un communiqué en novembre 2016, et un courrier au Préfet de Loire Atlantique, un grand nombre de procédures d’expulsion engagées dans ce dossier violent le droit à la défense :

« Une grande part des expulsions ont été ordonnées “sur requête”, c’est-à-dire au moyen d’une procédure non contradictoire et non publique. Les occupants n’ont pas été préalablement convoqués, ni même informés de cette audience. L’huissier du demandeur a sans doute fait valoir qu’il ne lui avait pas été possible de relever l’identité des occupants. Pourtant certains habitants de la ZAD se sont fait connaître auprès de Vinci, délégataire du propriétaire,  par courrier recommandé. Le demandeur ne pouvait donc les ignorer et pourtant il a fait le choix de ne pas les assigner nominativement devant le tribunal, les privant ainsi du droit élémentaire de se défendre. »

Le TGI de Nantes, saisi depuis, a rejeté la demande de communication de ces ordonnances sur requête, privant ainsi les habitants de leur droit à un recours effectif et à une défense équitable.

 Nous demandons au gouvernement
·   de communiquer copie de ces ordonnance aux habitants.
·   de satisfaire aux revendications de l’ensemble des habitants et usagers de la « feu ZAD » de Notre-Dame-des-Landes.

Les expulsions reprendront à partir du 1er avril, pour les Zadistes, comme pour les 130 000 ménages qui ont été l’objet en France d’un jugement d’expulsion en 2017.

Droit Au logement demande l’arrêt de toutes les expulsions, à Notre-Dame-des-Landes comme ailleurs.

Un toit c’est un droit !

Tagged with: ,
Posted in Luttes

Gérard Régnier nous a quittés

Paris le 19 janvier 2018


Gérard Régnier,  nous a quittés emporté par la maladie.
Militant, et photographe militant de longue date d’AC!, puis d’ATTAC, DAL,  était de tous les combats, à Nice, la Roya, et ailleurs comme à Paris avec les familles de la rue de la Banque en 2007 et 2008 ….
Les militant-e-s du DAL lui rendent hommage, saluent le militant, l’ami et s’associent à la tristesse de ses proches.

 

 

Posted in Luttes

Arrivée de la marche “la solidarité court les rues” dimanche 21 – Soutien aux sans abris, réfugiés …

MARCHE  : ” La solidarité court les rues”
La marche arrive à Paris RV dimanche  21 janvier
RV à 14h au Mur de la Paix (M° Ecole Militaire)

 

 

COMMUNIQUÉ

Nous, citoyens de France, avons entamé le projet d’une grande Marche pour la fraternité et la solidarité et rallierons Paris pour un rassemblement le 21 janvier à 14h sur le Champ de Mars devant le mur de la Paix.

Le but de cette grande Marche solidaire est d’alerter sur la situation dans laquelle se retrouvent des milliers de personnes en France. Enfants, femmes, hommes de toute origine, sans-abris ou exilés, sont abandonnés à des conditions de survie inhumaines, réduits encore cet hiver à s’abriter dans la rue ou dans des squats, victimes de violences de tous ordres.

Nous refusons qu’une vie vaille moins qu’une autre, nous refusons la détresse et le fatalisme, considérant que tout être humain doit être traité avec le respect et la dignité qui lui est dû, à plus forte raison lorsqu’il est en situation de détresse.

Le seul travail des associations de terrain ne peut suffire à combler le désengagement de l’État, garant de l’accès à un hébergement digne indispensable à chacun.

C’est pourquoi, nous, citoyens français, sommes bien déterminés à exiger de l’État qu’il s’implique dans cette lutte contre la misère extrême, à la hauteur de l’urgence à laquelle nous devons faire face, mettant à l’honneur les valeurs républicaines de notre pays, ainsi que sa devise :

« Liberté, Égalité et Fraternité ».

Nous appelons nos concitoyens à marcher et nous retrouver lors du rassemblement final auquel nous les convions tous le Dimanche 21 janvier à 14h00 devant le mur de la paix au champ de mars. C’est lors de ce rassemblement que nous exprimerons notre indignation et nos revendications.

Pour tout renseignements: lasolidaritecourtlesrues@gmail.com


Pour plus de détails et suivre les marcheurs: https://www.facebook.com/lasolidaritecourtlesrues/


 

Tagged with: ,
Posted in Actualité du logement, Luttes

#BalanceTaRéquisition : un immeuble SNCF bientôt réouvert ?

COMMUNIQUE
Paris le 17 janvier 2018   

#BalanceTaRéquisition
La SNCF se dit prête à rouvrir le 19-27 bd de l’Hôpital à Paris 13e

 

Pendant le rassemblement des sans logis mercredi 17 janvier, suite à la marche #BalanceTaRéquisition dimanche 14 janvier, face au siège de la SNCF, M. Jean-Luc VIDON, DG d’ICF La Sablière, bailleur social de la SNCF, a été chargé par la direction de la SNCF de recevoir une délégation du DAL :

  • la SNCF est prête à ré ouvrir, via une association agréée, après accord de la PRIF (Préfecture de région Ile-de-France), au moins jusqu’au printemps, cet immeuble de 50 logement condamné pour démolition dans le cadre de la restructuration de la gare d’Austerlitz
  • Il sera vérifié au préalable que les lieux sont bien habitables immédiatement et ne nécessitent pas de travaux importants.
  • L’hiver dernier, le bâtiment avait été mis à disposition d’une association pour héberger des sans logis, mais l’opération de démolition prévue l’été dernier a été repoussée.
  • La SNCF a déjà ouvert des logements via son bailleur social pour une centaine de sans-abris à Paris, mais aussi ailleurs en Ile-de-France. M. VIDON a relevé qu’héberger des sans abris dans des logements vacants, en attente d’une autre affectation “est une solution intelligente”.

Cette bonne disposition manifestée par la SNCF,  laisse espérer une issue positive pour une cinquantaine de familles sans toit, et plus encore.

Droit Au logement appelle à poursuivre et intensifier la campagne #BalanceTaRequisition en direction des grands propriétaires publics, institutionnels ou privés, pour que plus personne ne soit laissé à la rue, quelque soit sa situation administrative.

Droit Au Logement a appris entre temps, à la lecture du canard enchaîné que des PV de 100€ étaient distribués à des sans logis se mettant à l’abri du froid dans les gares SNCF, pour défaut de titre de transport, et demande aussi à la SNCF de faire cesser ce harcèlement cruel.

Un toit c est un droit !

—————————————–

Suites de la marche #BalanceTaRequisition
Les sans logis demandent à Mr PEPY dirigeant de la SNCF,
d’ouvrir le 19-27 Bd de l’Hopital (Paris 13) :

Rassemblement mercredi 17 janvier à 14h30 devant le siège de la SNCF
2 Place aux étoiles –  à la Plaine St Denis (RER D)

A la suite de la marche #BalanceTaRequisition, organisée dimanche dernier, les sans logis ont décidé de se rendre devant le siège de la SNCF, pour demander à Mr PEPY d’ouvrir cet immeuble de 50 logements sociaux pour accueillir des sans-abris. Cet immeuble d’une cinquantaine de logements sociaux est entièrement vide depuis plusieurs mois.

Dans l’attente de sa démolition il pourrait accueillir des familles et des personnes sans abri, qui vivent dans la rue, dans des conditions de plus en plus difficiles, comme de nombreux autres immeubles de la SNCF et
 de grands propriétaires publics ou privés.

Un toit c’est un droit !

Posted in Actualité du logement, Luttes

TOULOUSE – 20/01 La Réquisition Abbé Pierre souffle sa première bougie!

Pour ses un an la Réquisition Abbé Pierre vous invite à un Brunch exceptionnel se samedi 20 janvier.
Nous en profiterons pour rappeler qu’un certain nombre d’habitant-e-s attendent toujours leur relogement et pour annoncer les campagnes du DAL Toulouse 31 cette année.
Venez nombreux avec de quoi grignoter et boire (sans alcool).

Posted in Actualité du logement, Campagne requisitionGO, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.