You're in all Blogs Section

ALERTE – Menaces sur la loi SRU !

COMMUNIQUÉ

Paris le 16 août 2017

 

Menaces sur la loi SRU :

 

Le ministère du en charge du logement envisagerait-il d’amputer sérieusement la loi SRU ? (qui oblige notamment toute commune de plus de 1500 habitants en Ile-de-France, et de plus de 3500 habitants dans les autres agglomérations de plus de 50 000 habitants, à réaliser 25% de logements sociaux, d’ici 2025 et au minimum 30% des logements très sociaux (PLAI) dans les nouvelles productions).

Il a été proposé, apparemment aux membres de la commission de recours loi SRU, dont le DAL est membre, dans un mail reçu le 11 août émanant de l’administration du logement de :

  • Repousser l’échéance de 2025 pour les communes qui ont pris du retard, ce qui revient à affaiblir l’ensemble de l’objectif et à ignorer les efforts fournis par les communes qui respectent l’objectif triennal.
  • Inclure les PLI – Prêts locatifs Intermédiaires – destinés aux classes moyennes supérieures, dans le comptage des logements sociaux des communes en zone tendue. Cette disposition combattue par la société civile depuis les débats de la loi SRU en 2000, aurait pour effets de falsifier l’objectif social de la loi, de réduire la production de logements vraiment sociaux et de capter une part conséquente du foncier constructible (et rare) en zone tendue.
  • Charger les EPCI, à la place de l’Etat, de la distribution des fonds pour réaliser les HLM, de suivre le bon respect des engagements triennaux par les communes carencées, voire constater les carences et de mettre en œuvre les sanctions. Mise en parallèle avec la quasi suppression des aides à la pierre annoncée par le gouvernement fin juillet, cette mesure devrait s’avérer désastreuse pour la production de HLM, d’autant plus qu’à la tête des EPCI on peut trouver les maires de communes carencées, ses représentants et des alliances d’intérêts dans certains secteurs pour faire front …

Ces mesures auraient pour effet de commencer à saborder une mesure emblématique du droit au logement et à la ville, dans le contexte de grave crise du logement et de spéculation immobilière que nous traversons, annonçant pour cet automne un projet de loi logement particulièrement régressif pour les locataires et les mal logés.

Avec les ponctions pour le budget 2017 opérées sur le logement des ménages modestes, tels que les 5 euros   d’APL (100 millions), les aides à la réalisation de logements très sociaux (132 millions), aux politiques de la ville (46,5 millions), à l’amélioration de l’habitat (130,5 millions) … et un projet de budget 2018 qui vise à réduire les aides au logement et les aides sociales pour financer 8 milliards de cadeaux pour les riches …

Droit Au Logement demande des explications au ministère en charge du logement, demande que la loi soit durcie non pas édulcorée, en portant la production de logements très sociaux à 50% et en supprimant les PLS, et appelle à s’organiser et résister à ces perspectives inquiétantes, pour défendre le droit au logement décent, stable, pour toutes et tous :

 

 

Manifestation « pas touche aux APL »

Jeudi 31 août, 17h – sortie du métro Olympiades

(A l’appel de nombreuses organisations …)

 

 

Pas touche aux APL ! Marche jeudi 31 août, Paris

Tagged with: , , , , ,
Posted in Actualité du logement, dalhlm, Luttes

Etat d’urgence permanent – N’enterrez pas nos libertés! 10 septembre: manifestons partout en France!

N’enterrez pas nos libertés !

 

L’état d’urgence a été renouvelé jusqu’à début novembre par le parlement. Or il a largement démontré son inefficacité contre les attentats. Il a été dévoyé contre les mouvements sociaux et les militant.e.s, contre les musulman.e.s ou supposés l’être, contre les migrant.e.s et leurs soutiens, contre les habitant.e.s des quartiers populaires, contre les mineur.e.s et les jeunes majeur.e.s. Des centaines d’interdictions de manifester ont été délivrées. Les discriminations et contrôles au faciès se sont multipliés et avec eux, des violences policières. La France est le seul pays d’Europe à avoir instauré l’état d’urgence en réponse aux attentats.

 

Au prétexte d’y mettre fin, le gouvernement Macron présente un projet de loi reprenant dans la loi commune les principales mesures de l’état d’urgence. Il instaurerait ainsi un état d’urgence permanent :

 

– Le préfet pourrait créer des périmètres de « protection » dans la rue, dont l’étendue et la durée, fixée à un mois renouvelable, seraient laissées à son libre arbitre. Ils donneraient lieu à des fouilles de véhicules, de bagages et à des palpations par la police municipale ou des agents de sécurité privés. Ce nouveau quadrillage de l’espace public imposerait une limitation dangereuse de l’expression culturelle, sociale et politique dans notre pays. Cela viserait à bâillonner le mouvement social qui s’annonce face aux attaques contre la protection sociale, les droits des salarié.e.s, les services publics, les APL, et les manifestations de solidarité internationale…

 

– Le projet de loi introduit dans le droit commun les assignations à résidence et bracelets électroniques, les perquisitions 24h sur 24, les perquisitions informatiques, à l’initiative du préfet ou du ministre de l’Intérieur sur des critères vagues et des éléments provenant des services de renseignements tels que les notes blanches anonymes.

 

– Les contrôles dans les gares et les zones frontalières seraient renforcés ciblant essentiellement les migrant.e.s et les stigmatisant encore davantage.

Sur simple suspicion, les fermetures de certains lieux de culte seraient facilitées

– …

 

Le projet de loi est examiné en procédure accélérée, il a été discuté le 18 et le 19 juillet au Sénat et passera en septembre à l’Assemblée.

 

N’acceptons pas la mise à mal des garanties judiciaires !

Non à la rupture avec l’état de droit et la séparation des pouvoirs !

Ne tolérons pas la bascule dans l’arbitraire et la restriction de nos libertés individuelles et collectives !

Contre l’instauration d’un état d’urgence permanent !

Pour nos droits et nos libertés !

 

Dimanche 10 septembre 

Manifestons partout en France!

 

A Paris, RDV 15h Père Lachaise

 

A l’appel de (1ers signataires) : Altercarto, Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (ACORT), AFD international, Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF), Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA), Association française des juristes démocrates (AFJD), Association des Marocains en France (AMF), Association Nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (ANAFE), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), ATTAC, Syndicat Français des Artistes Interprètes (SFA-CGT), Campagne BDS France, CADTM France, Coordination de l’ Action Non-Violente de l’ Arche (CANVA), CAPJPO-EuroPalestine, CNT, Collectif 3C, Collectif ni guerres ni état de guerre, Collectif pour la sortie de l’état d’urgence 5e-13e, Collectif des associations citoyennes (CAC), Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP), Collectif Ni guerres ni état de guerre, Collectif Vies Volées, Comité Vérité et justice pour Adama, Communistes libertaires de la CGT, Compagnie Jolie Môme, Coordination nationale Pas sans Nous, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT), Droit Au Logement (DAL), Droits devant !!, Emancipation tendance intersyndicale, Fédération Nationale des Arts de la Rue, Fédération SUD Santé Sociaux, Femmes Egalité, Femmes Plurielles, Fondation Copernic, Fondation Frantz Fanon, Front Social, Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Immigration Développement Démocratie (IDD), Justice&Liberté, Liberpensula Frakcio de SAT, Mouvement National des Chômeurs et des Précaires (MNCP), Montreuil Palestine, Mouvement Contre Le Racisme et pour L’Amitié Entre Les Peuples (MRAP), Observatoire International des Prisons Section Francaise (OIP Section Francaise), Pride de nuit, Participation et Spiritualité Musulmane (PSM), Réseau Education Sans Frontières (RESF), Réseau Euro Maghrébin Citoyenneté et Culture (REMCC), Revue Inprecor, Sciences Citoyennes, Sortir du colonialisme, Syndicat de la Médecine Générale (SMG), Syndicat de la Magistrature (SM), Syndicat National des Journalistes (SNJ), Syndicat National des Journalistes CGT (SNJ-CGT), Syndicat des Avocats de France (SAF), Sang pour Sans, SNPES-PJJ-FSU, Syndicat National Unitaire de la TERritoriale-Fédération Syndicale Unitaire (SNUTER-FSU), Sortir du colonialisme, Sortir du silence, Sud PTT, Survie, Union Juive Française pour la Paix (UJFP), Union syndicale de la psychiatrie, Union Nationale Lycéenne – Syndicale & Democratique – (UNL-SD), Union syndicale Solidaires…

Ainsi que AL, EELV, Ensemble !, NPA, PCOF, PG, PIR…

 

contact@nonetatdurgence / Page FB : Contre l’état d’urgence permanent / Evénement FB: ici

 

 

 

Tagged with:
Posted in Luttes

Pas touche aux APL ! Marche jeudi 31 août, Paris

 

Pas touche aux APL !

MARCHE   :
Jeudi 31 AOÛT 17h Métro OLYMPIADES


Point presse à 17h, devant le 101 rue nationale (CAF)

Départ marche à 18h, vers le ministère des finances à Bercy

 

À l’appel de (1ers signataires) : AC !, AFVS, APEIS, ATMF, Attac, Bagagerue, CNAFAL, CNL, collectif logement Paris14, COPAF, CSP 75, DAL, DIEL, Émancipation, EVTC, FAPIL, Femmes égalité, Fédé. Acteurs de la Solidarité (ex FNARS), Fondation Copernic, INDECOSA-CGT, MNCP, Rencontres sociales, Ruptures, Solidaire étudiant-e-s, Sud Santé Sociaux, Syndicat de la Magistrature, UNEF, Union syndicale Solidaires, Union Syndicale de la Psychiatrie …


Pas touche aux APL !

 

Le gouvernement annonce, parmi ses toutes premières mesures, une baisse des allocations (APL, ALF, ALS) de 5€ pour toutes et tous à partir d’octobre, puis une réforme générale des APL et des aides sociales, afin de réduire ses dépenses,  appauvrissant  les locataires et réduisant l’accès à un logement autonome.
Certains prétendent que la baisse des APL entrainera par magie une baisse des loyers : c’est un mensonge, le contraire a été démontré dans d’autres pays …
 
Pour beaucoup de locataires, 5 euros, ce n’est pas rien et cela représente de nouveaux sacrifices à la fin du mois sur l’alimentation, l’énergie, les soins, l’éducation, les loisirs …
 
Cette décision est d’autant plus brutale et injuste qu’elle épargne les rentiers du logement et les plus riches, qui ont reçu la promesse d’importantes baisses d’impôts.
 
Un tel choix annonce des dizaines de milliers de mises à la rue supplémentaires alors que le nombre d’expulsions et les loyers n’ont jamais été aussi élevés, ainsi qu’une aggravation de la précarité et des conditions de logement.
  
C’est pourquoi nous appelons à la mobilisation générale des locataires et de tout ceux et celles qui sont en désaccord avec ces orientations afin que, dans le respect du droit à un logement décent pour toutes et tous, le gouvernement :
– Revalorise les APL et les minimas sociaux au lieu de les baisser,
– Applique et renforce l’encadrement des loyers.


1er signataires : AC !, AFVS, APEIS, ATMF, Attac, Bagagerue, CNAFAL, CNL, collectif logement Paris14, COPAF, CSP 75, DAL, DIEL, Émancipation, EVTC, FAPIL, Femmes égalité, Fédé. Acteurs de la Solidarité (ex FNARS), Fondation Copernic, INDECOSA-CGT, MNCP, Rencontres sociales, Ruptures, Solidaire étudiant-e-s, Sud Santé Sociaux, Syndicat de la Magistrature, UNEF, Union syndicale Solidaires, Union Syndicale de la Psychiatrie …

 

Fin septembre : journée nationale de mobilisations

 

CONTACT@pastoucheauxAPL.org

Evénement FB

Affiche: ici

 

Tract unitaire: ici

 

Tract DAL: ici

Tagged with: ,
Posted in Actualité du logement, Campagne, Luttes

Campagne “5 Euros c’est pas rien! Baissez les loyers pas les APL !”


Le DAL lance la campagne

5 EUROS C’EST PAS RIEN! Baissez les loyers pas les APL !
sur les réseaux sociaux.

Nous vous invitons à témoigner par écrit, vidéos, etc… racontez ce que c’est pour vous cinq euros de plus ou de moins dans le mois.
Vous pouvez aussi utiliser le hashtag #5euroscestpasrien pour interpeller le gouvernement !
Partagez massivement!
Un toit c’est un droit !

Facebook: https://www.facebook.com/droitaulogement

Twitter: @federationdal

 


Et vous qu’est ce qu’il y aura en moins sur vos spaghettis?
#5EUROSCESTPASRIEN
Baissez les loyers pas les APL!
Ecrivez-nous vos témoignages! Partagez!

 

#5EUROSCESTPASRIEN
Baissez les loyers pas les APL!
« 5 euros c’est énorme pour ma fille et moi, 5 € c’est les dernières courses pour 8 jours en attendant le début de mois et souvent je suis à découvert. 1075 € (APL compris) en ayant 770 € de loyer + toutes les factures. Si ils continuent dans cette lancée j’ai peur de me retrouver a la rue ? et toujours pas de logement social en vue… »

Sophie, 52 ans, RSA.

Tagged with: ,
Posted in Campagne

[Vidéo+Com.] Contre la baisse des APL : Baisse des loyers ! Taxation des profits immobiliers !

Que pense le DAL de la baisse annoncée de 5 euros par mois des APL ?

Que pense le DAL de la baisse annoncée de 5 euros par mois des…

Que pense le DAL de la baisse annoncée de 5 euros par mois des APL?

Dikirim oleh DAL – Droit Au Logement pada 24 Juli 2017

 

COMMUNIQUE
Paris le 22 juillet 2017 


Baisse des APL :
Les locataires et les allocataires modestes trinquent
Les bailleurs privés et les spéculateurs sont épargnés
Baisse des loyers ! Taxation des profits immobiliers !

 

Renonçant à baisser les loyers, alors que les expulsions sont en hausse constante et chaque année dépassent des record absolus (15 220  expulsions forcées en 2016, 14 600 en 2015, ), le gouvernement a décidé de raboter une nouvelle fois les APL, annonçant une baisse uniforme de 5 euros par allocataire, impactant les ménages les plus pauvres.

En effet, 48,6% des allocations logement sont versées au 10%  les moins riches des ménages  (95,4% des allocations logement étant versées à la moitié la moins riche ) [1] .

Cette baisse touchera plus durement les plus pauvres des allocataires, pour lesquels chaque euros pèse, mais épargne ceux qui profitent des loyers chers et se sont enrichis depuis 15 ans.

Dans le même temps le gouvernement s’annonce la baisse  des allocations familiales, et d’autres prestations sociales, pour réaliser quelques dizaines de millions d’euros d’économie.

Quand à l’argument selon lequel la baisse des APL fera baisser les loyers est un mensonge, vérifié en Grande-Bretagne lorsque le gouvernement a baissé les aides au logement : il n’y a eu quasiment aucune incidence sur le niveau des loyers, les locataires ont essuyé l’essentiel de la baisse …

Ce n’est ni aux ménages modestes, ni aux étudiants, ni aux locataires HLM de payer le logement cher !
Il faut baisser les loyers, généraliser et améliorer  l’encadrement  des loyers, et prendre l’argent là où il se trouve : les profits des grands groupes financiers et les profits immobiliers en général (voire note sur le logement cher)  

Droit Au logement,  appelle à s’unir et se mobiliser au plus vite contre les mesures budgétaires brutales qui s’annoncent contre les  locataires et exige notamment :

  • La baisse immédiate et la généralisation de l’encadrement des loyers
  • Le rétablissement de la solvabilité des APL, afin que la part des loyers ne dépasse pas 20% des revenus
  • La taxations des profits spéculatifs et locatifs en hausse pour financer la solvabilisation des locataires et la réalisation massive de logement sociaux
  • …   
[1]   Enquête Revenus fiscaux et sociaux 2009 actualisée 2011, modèle de micro simulation INES. Calculs DREES.

Tagged with: , , ,
Posted in Actualité du logement

ANGERS : Expulsion de 100 personnes sans hébergement

COMMUNIQUE
Paris le  21 juillet 2017

ANGERS : Relogement des expulsé-e-s !!
100 personnes dont 30 enfants expulsés de leur logement,
à la rue depuis 10 jours

Le 11 juillet, la Préfecture a organisé trois expulsions simultanées d’immeubles publics ou semi publics occupés depuis plusieurs mois par une centaine de sans logis (demandeurs d’asile, prioritaires DALO ou DAHO, réfugiés …)  en état de nécessité, et faute d’avoir été hébergés conformément aux obligations légales de l’état et du département.  

La police, présente en grand nombre,mais aussi des maitres chiens ont participé à cette opération menée contre des familles et personnes vulnérables et pacifiques, parmi lesquelles une trentaine d’enfants.
Ni enquête sociale ni hébergement n’ont été proposés ou mis en place.
Cette expulsion a été demandée notamment par la Mairie d’Angers et le Conseil Départemental.
 
Après avoir été pourchassés par la police, les expulsés soutenus par des associations, des collectifs et des habitants solidaires se sont installés à proximité d’un Centre d’Hébergement d’Urgence  sous un campement de fortune, attendant des solutions d’hébergement.

Une partie d’entre eux étaient dans l’attente d’un relogement temporaire ou durable.
Leurs appels au 115 n’ont pas abouti depuis.  

Or la Ville d’Angers regorge de locaux vacants, à commencer par 3 anciens foyers de jeunes travailleurs pouvant être rapidement remis en activité.

Force est de constater que, au prétexte de “ne pas faire appel d’air”, les acteurs publics ont conduit une opération de grande brutalité sociale pour tenter de les faire disparaître et ainsi, échapper à leurs obligations légales.

Nous demandons à l’Etat de prendre toutes les dispositions pour loger durablement ces sans toit, au besoin par voie de réquisition compte tenu de l’importance du nombre de locaux et de logements vacants, et au département de protéger les familles avec enfants en conformité avec ses responsabilités héritées de la loi de décentralisation.

Nous apportons notre soutien entier à la lutte des expulsés et aux associations, collectifs et militant-e-s qui sont à leurs côtés depuis 10 jours.

Un toit c’est un droit !

Tagged with:
Posted in Actualité du logement

Une dame de 85 ans jetée sur le trottoir, à Paris – Nadine Z. 85 ans, expulsée de son logement le 12 juillet …

Paris, le 19 juillet 2017

Le fil de la journée avec Mme Nadine Z :

Mme Nadine Z. expulsée le 12 juillet s’est rendue en début d’après-midi dans le hall de son immeuble.
Un voisin l’a découverte dans l’entrée. (Voir vidéo et commentaires postés par un voisin) .
Elle demande à retourner chez elle, où elle vivait paisiblement. Elle s’est rendue ensuite accompagnée par un autre voisin médecin auprès de l’association qui assure la tutelle. Il estime qu’elle doit être suivie, ayant une affection de longue durée.
La police vient la chercher et la conduit à l’hôpital Lariboisière. Elle est déposée aux urgences en fin d’après midi.
Après consultation, elle reste à l’hôpital ce soir.

Sur l’origine de l’expulsion :
Nous avons un début d’explication sur les causes qui ont conduit à l’expulsion.
Il ne s’agit pas d’un viager, contrairement aux 1ere informations dont nous disposions.
Nadine Z. nous a expliqué qu’elle a vendu son logement fin 2006, a un prix modéré (peu d’informations sur le montant de la vente) , ayant besoin
d’argent pour la société d’édition qu’elle a créée.
En “échange”, un bail est signé avec le nouveau propriétaire qui lui assure “un bail à vie”, contre un loyer de 750€. (Logement dans un immeuble récent,
de 55m2 environs).
Quelques années plus tard, l’URSSAF ponctionnant la plus grande part de sa retraite, une dette de loyer se constitue. Elle est assignée au tribunal
d’instance en janvier 2014, pour une dette de 4000€ environs.
Manifestement elle ne se défend pas (peut-être n’est-elle pas au courant de l’audience, ou ne prend-t-elle pas au sérieux l’assignation).
En effet une dette de ce montant, peut être aménagée avec les dispositifs de prévention existants, par la possibilité de délais de paiement, et surtout une procédure de surendettement, qui peut apurer l’une ou l’autre dette, et suspendre l’expulsion.

3 ans plus tard Nadine Z. est expulsée de son logement (après avoir été mise sous tutelle en septembre 2016) et laissée sur le trottoir avec une adresse d’hôtel pour 15 jours.

Cette dame aurait dû être aidée face à la dette, maintenue dans son logement, et accompagnée comme de nombreuses personnes âgées en perte progressive d’autonomie.

Aujourd’hui, les personnes âgées qui ont construit notre prospérité doivent être mieux protégées dans une société où la cupidité prime, et dans tous les cas il n’est pas admissible qu’elles soient expulsées de leur logement, et encore moins laissées sur le trottoir, choquées et traumatisées.

 


 

COMMUNIQUE
Paris le  17 juillet 2017

Nadine Z. 85 ans, expulsée de son logement le 12 juillet …  

Fille de résistant, professeure d’université, ayant écrit des livres sur la psychologie scientifique et assisté Fredéric Joliot-Curie dans sa jeunesse, habitante depuis 30 ans quai de la Loire Paris 19e, mise sous tutelle selon ses amis du quartier depuis septembre 2016, a été  mise à la porte de son logement le 12 juillet par l’huissier et la police (selon la police), envoyée vers un hôtel en dehors de son quartier pour 2 semaines et laissée depuis sans assistance.
 
Choquée désorientée et déprimée par cette expulsion, elle disait ne pas vouloir se rendre à l’hôtel, et s’est donc réfugiée dans un local associatif de son quartier, qu’elle a quitté dimanche soir.
 
Nous n’avons plus de nouvelles depuis, et nous en avons informé le cabinet de la Préfecture de police de Paris en fin de matinée.
 
Nous espérons qu’elle est hors de danger.

Nous avons rencontré par hasard Mme Z. dimanche, et émus de sa situation nous témoignons de sa détresse. Pourquoi a-t-elle été livrée à elle-même après son expulsion, alors qu’elle n’est pas en possession de toutes ses capacités de jugement ? N’est-elle pas majeure « protégée » ?

Quelles sont les causes de son expulsion ?

Sa tutrice de retour de vacances, a confirmé ce matin à une habitante du quartier que Mme Z.  avait mis son logement en viager, et aurait été expulsée pour dettes.

Les expulsions se poursuivent, et frappent aveuglément des personnes vulnérables. les familles avec enfants, les personnes en situation de pauvreté, les personnes déficientes ou handicapées.  Nos anciens ne sont plus épargnées …

 

 


 

COMMUNIQUE
Paris le 16 juillet 2017

Une vieille dame de 85 ans expulsée, à Paris 19e

Une vieille dame a été expulsée de son logement (sans doute mercredi 12 juillet), à Paris 19e quai de Loire, et laissée à la rue avec apparemment quelques nuits d’hôtel.
 
Bouleversée, et choquée, cette vieille dame a passé une première nuit à l’hôtel, puis a erré dans son quartier les autres jours.
 
D’après des voisins, elle était propriétaire de son logement, où elle habitait depuis 30 ans, elle avait contracté un viager.
Depuis octobre 2016 elle était sous la tutelle d’une association qui manifestement n’a pas pu ou voulu éviter l’expulsion ou trouver une solution de relogement.
 
Malgré sa grande fragilité, sous le choc de son expulsion qui a détruit sa vie de retraitée,  Mme Nadine Z.  est en situation d’errance et de très grande vulnérabilité. Elle ne trouvait pas l’hôtel et ne souhaitait pas y aller. Elle a passé la nuit dernière dans un lieu associatif de son quartier.
 
Mme Nadine Z. est une scientifique, reconnue, ayant enseigné dans de nombreuses facultés, et écrit des livres sur la psychologie. Elle a notamment enseigné à Vincennes après avoir travaillé avec Frédéric Joliot Curie, prix Nobel de chimie.
 
Face à la détresse de cette vieille dame très fragile et la violence de mise à la rue qui peut entrainer sa fin, nous demandons la réintégration dans son logement,  une enquête sur les causes de cette expulsion, et si nécessaire, son relogement dans le quartier.

Le DAL a appris cette expulsion par hasard samedi soir, rappelle que le mois de juillet est le pic annuel des expulsions locatives, et exige que cesse cette violence sociale, qui augmente d’année en année, puisque 2016 a marqué un  nouveau et triste record : plus de 15 200 expulsion forcées, selon des sources sûres.

Tagged with:
Posted in Actualité du logement

Contre l’instauration d’un état d’urgence permanent ! Pour nos droits et nos libertés !
 – Manif. MARDI 18 juillet a 18h, Paris

Photos de Jean-Claude Saget: ici

 


 

 

Contre l’instauration d’un état d’urgence permanent !

Pour nos droits et nos libertés !

MANIFESTATION

MARDI 18 Juillet a 18h

fontaine Saint-Michel

 

A l’appel de (1ers signataires) : ACORT, AFD international, ADTF, ACDA, AFJD, AMF, ATMF, ATTAC, SFA-CGT, Campagne BDS France, CADTM France, CAPJPO-EuroPalestine, CNT, Collectif 3C, Collectif contre l’état d’urgence 5e-13e, CAC, Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Palestine, Collectif Ni guerres ni état de guerre, Collectif Vies Volées, Communistes libertaires de la CGT, Compagnie Jolie Môme, Coordination nationale Pas sans Nous, CRLDHT, DAL, Droits devant !!, Emancipation tendance intersyndicale, Fédération SUD Santé Sociaux, Femmes Egalité, Fondation Copernic, Fondation Frantz Fanon, Front Social, FTCR, Justice&Libertés, LDH, Liberpensula Frakcio de SAT, MNCP, Montreuil Palestine, MRAP, Pride de nuit, PSM, Revue Inprecor, Sciences Citoyennes, Sortir du colonialisme, Syndicat de la Magistrature, SNJ-CGT, SAF, Sang pour Sans, SNPES-PJJ-FSU, Sortir du silence, Sud PTT, Survie, UJFP, Union syndicale de la psychiatrie, Union syndicale Solidaires…

Ainsi que AL, EELV, Ensemble !, NPA, PG, PIR…

 

Nous appelons également à manifester partout et nombreux le 10 septembre après-midi, car il y a urgence pour nos droits et nos libertés ! A Paris, RDV 15h – Père Lachaise – N’enterrez pas nos libertés !

L’état d’urgence, a été renouvelé jusqu’à fin novembre par le parlement. Or il a largement démontré son inefficacité contre les attentats et a été dévoyé contre les mouvements sociaux (loi travail, COP 21 …), contre les musulmans ou supposés l’être, contre les migrants et leurs soutiens, contre les habitants des quartiers populaires où les violences policière se multiplient en toute impunité. Jeunes et mineurs, sont l’objet d’une pénalisation à outrance, comme les militant.es visés aussi par des centaines d’interdictions de manifester. .

Au prétexte d’y mettre fin le gouvernement Macron présente un projet de loi répliquant dans la loi commune les principales mesures de l’état d’urgence. Il instaurerait ainsi un état d’urgence permanent :

Le Préfet pourra créer des périmètres de sécurité dans la rue, dont le périmètre et la durée seront à son libre arbitre. Il donnera lieu à des fouilles de véhicules, de bagages et à des palpations par la police municipale ou des vigiles.

Il permettrait par exemple d’interdire insidieusement, ou de limiter des manifestations en imposant que les organisateurs prennent en charge la sécurité de la manifestation. C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup de compagnies de spectacle de rue ont mis la clef sous la porte en 2016, leurs financeurs ne souhaitant pas ou ne pouvant satisfaire à ces nouvelles obligations. Faudra t’il un jour payer pour manifester ? Ce nouveau quadrillage de l’espace public impose une limitation dangereuse de l’expression, culturelle, sociale et politique dans notre pays, et vise à bâillonner le mouvement social qui s’annonce contre la destruction de la protection sociale, des droits des salariés …

Il introduit dans la loi permanente les assignations à résidence, les perquisitions 24h sur 24, les perquisitions électroniques, les surveillances Hertziennes, à l’initiative de la police et du Préfet, parfois avec une validation préalable ( de principe) du juge ou du procureur de Paris.

Le contrôle aux frontières serait rétabli contre les migrants et renforcé autour des gares, les fermetures de certains lieux de culte seraient facilitées, le fichier des voyageurs serait pérennisé …

Il banaliserait la rupture avec l’état de droit et la séparation des pouvoirs et s’appliquera au delà de la lutte contre terrorisme, comme lors de l’état d’urgence. Il nous ferait entrer dans une ère autoritaire et toujours plus répressive, à l’approche de régressions sociales de grande ampleur et d’aggravation des inégalités.

Le projet de loi sera discuté le 18 et le 19 juillet au Sénat, puis en septembre à l’assemblée.

contact@nonetatdurgence.org – Page Facebook : « Contre l’état d’urgence permanent »

Posted in Luttes

Une dame de 85 ans jetée sur le trottoir, à Paris

COMMUNIQUE
Paris le 16 juillet 2017

 

Une vieille dame de 85 ans expulsée, à Paris 19e

Une vieille dame a été expulsée de son logement (sans doute mercredi 12 juillet), à Paris 19e quai de Loire, et laissée à la rue avec apparemment quelques nuits d’hôtel.
 
Bouleversée, et choquée, cette vieille dame a passé une première nuit à l’hôtel, puis a erré dans son quartier les autres jours.
 
D’après des voisins, elle était propriétaire de son logement, où elle habitait depuis 30 ans, elle avait contracté un viager.
Depuis octobre 2016 elle était sous la tutelle d’une association qui manifestement n’a pas pu ou voulu éviter l’expulsion ou trouver une solution de relogement.
 
Malgré sa grande fragilité, sous le choc de son expulsion qui a détruit sa vie de retraitée,  Mme Nadine Z.  est en situation d’errance et de très grande vulnérabilité. Elle ne trouvait pas l’hôtel et ne souhaitait pas y aller. Elle a passé la nuit dernière dans un lieu associatif de son quartier.
 
Mme Nadine Z. est une scientifique, reconnue, ayant enseigné dans de nombreuses facultés, et écrit des livres sur la psychologie. Elle a notamment enseigné à Vincennes après avoir travaillé avec Frédéric Joliot Curie, prix Nobel de chimie.
 
Face à la détresse de cette vieille dame très fragile et la violence de mise à la rue qui peut entrainer sa fin, nous demandons la réintégration dans son logement,  une enquête sur les causes de cette expulsion, et si nécessaire, son relogement dans le quartier.

Le DAL a appris cette expulsion par hasard samedi soir, rappelle que le mois de juillet est le pic annuel des expulsions locatives, et exige que cesse cette violence sociale, qui augmente d’année en année, puisque 2016 a marqué un  nouveau et triste record : plus de 15 200 expulsion forcées, selon des sources sûres.

Posted in Luttes

Paris: Occupation du siège de la SNI

12 juillet 2017

 

Paris Occupation du siège de la SNI,

1er bailleur social de France (346000 lgt),

pour l’application de la loi Dalo et le relogement de 100 familles et personnes reconnues prioritaires par les commissions!
Contre la destruction du quartier de la Villeneuve à Grenoble !
Contre la destruction du quartier de la Benauge à Bordeaux!

 

Posted in Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.