You're in all Blogs Section

Loi ELAN : un grand malheur pour les habitants

 

COMMUNIQUÉ

Paris, 23 septembre 2018

 

La loi ELAN : un grand malheur pour les locataires, les habitants et le droit au logement

Ce mercredi 19 septembre, tandis que le Sénat et “En Marche” s’écharpaient sur l’affaire Benalla sous les projecteurs, 14 sénateurs et députés se sont mis d’accord en commission mixte paritaire (CMP) à huis clos, sur le dos des locataires, des occupants sans titre, des handicapés, des HLM ou du droit au logement.

Plus de 250 articles ont été examinés en quelques heures, une centaine d’articles auraient été modifiés, le plus souvent au détriment des locataires, des mal logés et des habitants en général. La CMP a tant retouché le texte, qu’il sera publié 5 jours plus tard.

Cette CMP à marche forcée, “la plus longue” qu’ait connue Mme Primas qui a présidé les débats au Sénat avec Mme Estrosi-Sassone, permet d’éviter une 2e lecture, ce dont le gouvernement et les rapporteurs se sont immédiatement félicités.
Cette loi qui va pourtant impacter des millions d’habitants dans leur vie quotidienne ne mérite pas plus qu’une lecture en plein été et un marchandage non public d’une après-midi …

Tout ceci “pour alléger le calendrier parlementaire“, c’est-à-dire s’économiser quelques journées de travail. Le motif est bien futile au regard des ravages qu’occasionnera la version rédigée en CMP, laquelle rappelons-le, est désormais la version finale de la loi ELAN … avant passage au Conseil Constitutionnel.

Ce faisant, ELAN a été durcie, LREM s’est manifestement couché devant LR en concédant de nombreux reculs, y compris sur les rapports locatifs, que pourtant le ministre du Logement en exercice, J. Mézard avait demandé de ne pas aborder.

De petits deal en petits deals, la CMP a voté la pénalisation des occupants sans titre, dont les squatters ou les victimes de marchands de sommeil, la réduction de 80% du nombre de logements neuf soumis aux normes handicap, l’expulsion automatique des familles dont l’un des membres a “un jour” été condamné sur la législation anti stupéfiants, l’accélération de l’expulsion des locataires les moins riches qui sont dans l’incapacité réelle de reprendre le paiement du loyer, ou le bétonnage du littoral…. et de nombreuses mesures aussi régressives les unes que les autres, dont nous ne connaitrons les détails que lorsque le texte sera enfin mis en ligne.

La loi ELAN constitue l’attaque la plus violente depuis 32 ans (loi Méhaignerie) menée par un gouvernement contre le logement des classes populaires : elle s’attaque à leur statut, à leurs conditions de logement, à l’accessibilité financière, la qualité des logement produits, au dispositif général du logement social…

On relèvera  que la loi ELAN, forte de 270 articles n’en contient aucun faisant progresser le droit au logement : du jamais vu depuis 32 ans, car même les lois les plus décriées contenaient quelques mesures favorables aux mal logés et aux locataires.

Le sujet des marchands de sommeil, que M. Denormandie, apparemment à la manœuvre sur ELAN, veut combattre et met en avant pour tenter de lui donner un vernis social, est loin de constituer une avancée pour les habitants, tout au plus un outil pour les élus afin de mieux s’en débarrasser, et leurs victimes avec.

Il  reste à examiner plus en détail la version sortie de la CMP.

 

Le DAL s’est mobilisé contre ELAN, aussi bien à Paris à de nombreuses occasions, et dans d’autres villes, comme à Grenoble, Nîmes, Toulouse, Angers notamment et continuera à lutter et appelle à se mobiliser contre cette loi car elle va générer malheur et désespérance sociale dans les prochaines années, auprès des habitants, des locataires et des mal logés.

Un toit c’est un droit !

Posted in Luttes

#StopLoiELAN – Paris, A Paris, rdv 19 septembre à partir de 12h30 rue de Tournon devant le Sénat

PARIS

Photos de Jean-Claude Saget: ici


GRENOBLE

GRENOBLEhttps://www.youtube.com/watch?time_continue=257&v=zcT0FLLqmjY

 

Tagged with: , , ,
Posted in Actualité du logement, Luttes

#OubliésDuLogement – Démontage provisoire du camp place Clémenceau

COMMUNIQUÉ
Paris  14 septembre 2018 

Les Oubliés du Logement quittent Champs-Elysées – Clémenceau

Et se préparent à de nouvelles actions

Depuis le 4 juillet, le collectif des Oubliés du Logement composé d’environ 250 familles, demandeurs d’un logement social, souvent prioritaires DALO, se mobilise pour faire appliquer leur droit à un logement décent.

A l’issue de cette manifestation déclarée préalablement de 5 jours, sur la Place Clémenceau, le long des Champs-Elysées, le collectif a démonté le campement sommaire en fin de matinée, après avoir dénoncé l’absence dans le plan pauvreté de mesures efficaces pour lutter contre la crise du logement, et mettre en œuvre le droit au logement.

 Nullement découragées par le refus de l’état d’organiser leur relogement, les familles sont décidées à manifester à nouveau sur cette place ou ailleurs, plusieurs jours, voire plusieurs semaines, à partir du 20/21 septembre, si les discussions restent gelées.

En effet le ministère du Logement n’a pas donné suite à une demande de RV sur le sujet, et pour l’heure les discussions sont au point mort avec la préfecture de région.  

Les Oubliés du Logement seront aussi de la manif contre ELAN

mercredi 19 septembre à partir de 12H30

devant le Sénat, pendant la CMP de la loi ELAN

Car la loi ELAN menace de précarisation des locataires, de pénalisation et expulsion sans jugement les occupants sans titre, dont les squatters, et prévoit de nombreuses autres mesures anti pauvre …

 Un toit c’est un droit !

Tagged with: , , , , , ,
Posted in Actualité du logement, Luttes

Les #OubliésDuLogement se sont installés sur les Champs-Elysées

 

COMMUNIQUÉ
Paris  le 10 septembre 2018

 

Les  “Oubliés du logement” ont passé une 1ère nuit “sur les Champs”

Le collectif de 250 familles mal logées, sans logis, ou menacées d’expulsion

s’installe du 9 au 14 septembre, place Clémenceau, sur les Champs-Élysées :

 

  • POUR LEUR RELOGEMENT DÉCENT
  • CONTRE LA LOI ELAN et ses MESURES ANTI PAUVRES
  • POUR que le PLAN de lutte contre la PAUVRETÉ s’occupe des sans abris, des mal logés, des personnes menacées d’expulsion sans relogement
      

    Nous sommes demandeurs d’un HLM, prioritaires DALO, nous vivons des conditions de logement dures et nous avons décidé de nous installer près du palais de l’Élysée, pour rappeler au Président MACRON ses promesses sur les sans abris et la situation des mal logés et des sans logis que nous sommes.

    Avant la présentation du plan pauvreté le 13 septembre, nous voulons la prise en compte des mal logés, des locataires et habitants menacés d’expulsion, des enfants qui accumulent des retard à l’école à cause de leurs conditions dégradées de logement, des prioritaires DALO en attente d’un logement social depuis des années, des hébergés précaires, des otages et victimes de marchands de sommeil …

    Nous demandons aussi le retrait de la loi ELAN à cause des mesures anti-pauvres contenues dans ce projet de loi dont celles adoptées par le Sénat, comme par exemple :
    ·      La pénalisation et l’expulsion sans jugement en 48h des occupants sans titre (squatters, sous locataires, victimes de marchands de sommeil …).
    ·      Le détricotage de la loi SRU qui oblige chaque commune à réaliser 25% de HLM d’ici 2025
    ·      La division par 2 des délais à l’expulsion, le retour des pénalités de retard et autres
    ·      Le bail de 1 à 8 mois dans le privé et le bail HLM de 3 ans de fait
    ·      La vente des HLM à des bailleurs privés ou des sociétés lucratives …
    ·      La quasi suppression des normes d’accessibilité pour les handicapés dans les logements neufs …

    Après l’amputation des APL la loi ELAN vient aider les plus riches et les groupes financiers à gagner plus d’argent sur notre dos, spéculer dans nos quartier, privatiser les HLM, exiger des loyers indécents …

    Nous nous mobilisons 24h/24h jusqu’à vendredi pour que chacun et chacune d’entre nous obtienne un relogement stable, décent, de bonne qualité, adapté à nos ressources et au handicap, respectueux de l’environnement, proche de notre quartier, pour vivre dignement, que nous soyons de Paris ou de banlieue …

 Rassemblement de soutien tous les soirs 18h
Sortie du Métro Champs-Élysée – Clémenceau

Un toit c’est un droit !


Those Forgotten from Housing policy are on the Champs-Elysées, 

A collective composed of 250 poorly housed families, homeless or families threatened with eviction

sets up a camp from the 9th to the 14th September, place Clémenceau, on the Champs-Élysées :

 

  • FOR THEIR DECENT REHOUSING
  • AGAINST THE ELAN BILL and the MEASURES TAGETING POOR PEOPLE it contains
  • FOR the POVERTY PLAN to deal with homeless people, poorly housed people, people threatened with eviction without rehousing

 

We have applied for social housing, we have been accorded priority by the Prefecture, we live in difficult housing conditions and we have decided to set up a camp next to the Elysée palace, to remind President MACRON of the promises he made about the situation of the poorly housed and homeless people such as us.

 

Before the presentation of the government’s poverty plan on September 13, we want the government to take into account the poorly housed, tenants and inhabitants threatened with eviction, the children who are falling behind in school because of their degraded housing conditions, the people who have been accorded priority by the Prefecture (DALO law) and waiting for social housing for years, the precarious residents, the hostages and victims of slumlords, …

 

We also demand the withdrawal of the proposed ELAN law because of the anti-poor measures this bill contains, including those passed by the Senate, such as for example:

  • The criminalization and eviction without trial within 48 hours of occupants with no lease (squatters, sub-lessee, victims of slumlords …)
  • The unravelling of the SRU Law, according to which each municipality has the obligation to provide 25% of social housing by 2025
  • The reduction by half of the deadline before an eviction, the return of the late payment penalties,and more
  • The proposed 1 to 8 month short-term lease in the private sector and the 3-year social housing lease
  • The sale of social housing units to private landlords or profit-making companies …
  • The virtual elimination of accessibility standards for the disabled in new housing units …

 

After the cuts in the personalised housing allowance (APL), the ELAN bill, if passedwill help financial groups and the richest in society to make more money at our expense, speculate in our neighborhoods, privatize social housing, demand excessive rents …

 

We are mobilized 24 hours a day until Friday so that each and every one of us can obtain a stable, decent, good quality housing, adapted to our resources and our handicaps, respectful of the environment, close to our neighborhood, in order to live with dignity, whether we are from Paris or from the suburbs …

 

Support rally every evening at 6 PM

        At the exit of the Métro Champs-Élysée – Clémenceau

 

Un toit c’est un droit !

Tagged with: , , , , , , ,
Posted in Luttes

GRENOBLE – Coupure d’électricité au 6 rue Jay, occupation GEG et suites

Grenoble, samedi 25 août 2018, 00h

Après une occupation de quatre heures trente des locaux de GEG pour obtenir le rétablissement de l’électricité et un rendez-vous avec Vincent Fristot, président de GEG et élu municipal à l’énergie, les occupant.e.s du 6 rue Jay, soutenues par le DAL38 et de nombreuses personnes et organisations solidaires venues des universités d’été des mouvements sociaux, ont été évacuées par la police.

M. Fristot et M. Piolle étaient au courant de cette occupation, mais ont préféré faire intervenir la police que d’accorder un rendez-vous pour  trouver une solution à ces familles qui vivent dans le noir depuis le 14  août, sans non plus de possibilité de se faire à manger.

Le combat continuera tant qu’il n’y aura pas de rétablissement électrique, car il n’y a aucun autre choix: les occupant.e.s, dont aucun.e n’a l’autorisation de travailler, n’ayant pas d’argent, un remboursement de la dette contractée est impossible.

Une décision politique est donc attendue, faute de quoi les actions d’interpellation et d’occupation contre la précarité énergétique et pour le droit à l’énergie de toutes et tous se poursuivront.

Un rendez-vous permanent est fixé toute la journée de demain au stand du DAL du village de l’université d’été des mouvements sociaux, à côté de  l’entrée de la faculté de Stendhal.

Le DAL38

Presse:
https://www.placegrenet.fr/2018/08/25/squat-a-grenoble-loccupation-dune-agence-geg-par-droit-au-logement-stoppee-par-la-police/204137


———————–

Grenoble, mercredi 22 août 2018 12h30

Nouvelle coupure d’électricité au 6 rue Jay !

    Il y a quelques jours, GEG a coupé l’électricité au 6 rue Jay, un bâtiment réquisitionné par l’Assemblée des mal-logé-es et sans logement depuis le mois de juin 2016. Ce bâtiment est occupé par des personnes, dont des enfants, de diverses nationalités et situations administratives, avec des revenus modestes ou sans revenus. Dans le cadre des Universités d’été des mouvements sociaux et citoyens, deux ateliers devaient s’y dérouler. Ces rencontres sont maintenues mais il faudra des bougies pour la lumière, a moins que le maire qui se déclare « délinquant solidaire » avec les migrant.es demande le rétablissement de l’électricité.

    Ce bâtiment appartenant à la ville est resté vide longtemps avant cette occupation qui a permis de trouver un toit à des personnes à la rue et sans solutions. La ville de Grenoble a demandé aux occupant de créer l’association « Pour un toit », afin de signer un convention d’occupation toujours en négociation. Cette association composée des habitants et d’associations proposant des acitivités, gère le lieux et a ouvert un contrat de fourniture d’énergie  avec GEG depuis décembre 2017.

    « Pour un toit » paye régulièrement une somme en fonction des moyens des occupants et de l’association.  La ville de Grenoble et GEG, dont le président est M. Fristot, élu municipal, connaissent la situation financière des occupants et malgré les efforts de paiement qu’ils fournissent, ils ont décidé de couper l’électricité à ces ménages, et de les laisser dans le noir.
C’est la troisième coupure d’électricité en deux ans, toujours pour les même motifs. La dernière avait nécessité une forte lutte pour obtenir le rétablissement de l’électricité, mais aucune solution pour éviter une nouvelle coupure n’avait été proposée par les pouvoirs publics.
C’est une manière de décourager les occupants et les associations utilisant le lieux et de les épuiser alors qu’ils demandent le  rétablissement de l’énergie et attendent de la part de la mairie une volonté politique pour mettre en place des solutions pour ces familles, c’est-à-dire la prise en charge des fluides et un relogement décent.

Les habitant.es du 6, rue Jay
soutenus par le Droit au Logement 38

Posted in Actualité du logement, Luttes

#UEsolidaire – Université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens à Grenoble – Programme DAL

Du 22 au 26 août a lieu l’université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens à Grenoble, co-organisée par de nombreuses associations.
 
Le DAL vous invite particulièrement à 3 “ateliers”, dont deux se passent au 6, rue Jay, et à un “forum” à l’université d’été (faculté Stendhal):
 
 JEUDI 23 – 16h – 6 rue Jay1Droit au logement pour touTEs et lutte contre les expulsions

En 10 ans, près d’un million de locataires ont reçu un jugement d’expulsion en France. Une tendance croissante favorisée par l’augmentation des loyers, la stagnation du coût de la vie, les politiques austéritaires et les processus de gentrification. Une tendance qui n’est pas qu’hexagonale mais se retrouve aux échelles européennes et mondiales comme l’a montré un récent rapport de l’ONU sur la financiarisation du logement. Face à ce phénomène, quels sont les résistances, les moyens d’action ici et ailleurs pour le droit au logement digne? Comment se coordonner avec les autres mouvements de base qui existent sur ce sujet? C’est autour de ces expériences, tant au niveau du constat que des luttes, que nous échangerons lors de cet atelier.

Discussion animée par DAL, DAL 38, Coalition européenne d’action pour le droit au logement et à la ville.

 

VENDREDI 24 – 14h – 6 rue Jay

Vivre et habiter autrement

Les ZAD qui se sont illustrées en France à Notre-Dame-des-Landes ou encore à Sivens ont proposé des modèles agricoles alternatifs, mais aussi des modes d’habiter différents. Dans la lignée du combat mené par Halem, pour les droits des personnes vivant en habitats légers et mobiles. En ville aussi, face à la cherté du loyer, à la difficulté de se loger, ou par choix de vie collectif et revendicatif contre la gentrification, certainEs choisissent de vivre en squat. Nous proposons de réfléchir sur ces alternatives, les façons de les développer et de les préserver.

Réflexion animée par DAL, Collectif rue Jay…

 

SAMEDI 25 – 14h15 – Salle C 103

Résistances à la financiarisation et à la thatchérisation du logement en France et en Europe

En France et partout en Europe, les gouvernements mettent en œuvre des politiques néo-libérales, se désengagent des questions sociales et notamment du logement. Ces politiques favorisent ainsi la marchandisation et de plus en plus la financiarisation du logement au profit des investisseurs capitalistes et au détriment de sa fonction sociale, alors même que le mal-logement, le sans abrisme, les expulsions locatives et hypothécaires augmentent, et que l’épuration sociale des villes s’accélère. En France, le projet de loi ELAN confirme cette tendance plus générale: une véritable “uberisation” du logement dans la lignée des politiques néo-libérales. Airbnb, bail précaire, Camelot, logement modulaire, attaques sur le modèle français du logement social… comment la financiarisation et la thatchérisation se mettent en place en Europe et en France ? Quelles conséquences pour les habitant.e.s ?

Organisé par: AITEC, DAL, DAL 38, Coalition Européenne d’action pour le droit au logement et à la ville

 

DIMANCHE 26 – 10h – Salle B 102

Lutte pour le logement social et public

La politique de financiarisation et de thatchérisation mise en place en France et en Europe touche aussi le logement social. En France, 20 % des habitantEs vivent en logement social et y rester est de moins en moins garanti. Les logements sociaux sont de plus en plus chers, trop souvent mal entretenus; les expulsions de locataires se multiplient; les opérations d’urbanisme ou de rénovation urbaines, prétexte à une véritable épuration sociale, se développent… Les HLM sont une marchandise et leur vente est encouragée par le gouvernement, alors même que la crise du logement bat son plein. Cette situation va s’empirer encore avec ce qui est prévu dans le projet de loi ELAN et entre autres l’accélération de la vente de logements sociaux. Face à cela, des locataires s’organisent et luttent pour défendre leurs droits. Témoignages et échanges sur les luttes des locataires de logement sociaux en France et en Europe.

Organisé par : DAL, Association Résidents 10-20 Arlequin, DAL HLM, DAL 38, Coalition Européenne d’action pour le droit au Logement et à la ville

FORUM

SAMEDI 25 17h à 19h Amphi 2

Droit au logement et droit à habiter la ville.

Contre la financiarisation du logement

Le logement et le foncier, bien commun ou coffre-fort de la finance mondialisée? C’est la lutte en cours dans nos villes, une lutte internationale, tant les grandes agglomérations et leurs environs sont la proie des prédateurs immobiliers. Comme dans toute l’Europe, le logement social, bien commun, est menacé et attaqué. Jusqu’alors épargné, les HLM en France sont dans le viseur de Macron avec la loi ELAN, comme la stabilité du logement, facteur essentiel de la vie urbaine. Il met en œuvre les théories libérales les plus éculées qui ont conduit à de nombreux désastres, en Europe et dans le monde. Ville “intelligente”, “smart city”, “métropolisation”, “ville durable”, “ville en transition” et autres mots de la “novlangue” spéculative, viennent camoufler les terribles impacts sociaux des politiques de “valorisation urbaine”, conduites main dans la main par les requins de l’immobilier, la grande finance, l’Etat, les collectivités territoriales. Avec les mouvements d’habitantEs, de locataires, de sans-abris entrés en résistance dans de nombreux pays d’Europe, mais aussi en France et à Grenoble, aussi bien dans les quartiers populaires que dans les centres, contre les politiques d’exclusion et d’épuration sociale, nous éclairerons les chemins des luttes en cours et à venir.

IntervenantEs : Laurence Blisson – Syndicat de la Magistrature, Jean Baptiste Eyraud – DAL, Victor Vozian – Coalition Européenne d’Action pour le Droit Au Logement et à la Ville, et d’autres militantEs

 

L’ensemble du programme de l’université d’été est disponible ici : https://ue2018.org/IMG/pdf/programme-ue.pdf

Trois émissions  co-produites par Radio Parleur avec Radio Campus France & Radio Campus Grenoble en public et en direct du parvis de l’Université des Alpes seront retransmises en direct: https://radioparleur.net/2018/08/22/luniversite-dete-solidaire-rebelle-demarre-aujourdhui-passez-5-jours-coeur-luttes/
  • JEUDI 23 (12h-14h) : La place des jeunes dans les luttes // La réforme des retraites // L’influence des mouvements féministes sur les mouvements sociaux.
    Avec nous au micro : les économistes attérrés, le réseau Classe Genre Race,  le RESF Isère, ATTAC et le CRID
  • VENDREDI 24 (12h-14h)  : L’indépendance des médias  // Antiracisme, face aux réactionnaires, la contre-attaque ?  // Migrants, l’effet des mobilisations
    Avec nous au micro : Erwan Manach,  Verveine Angeli,  l’Union Solidaires, la Cimade
  • SAMEDI 25 (12h-14h) Que faire de l’Europe ? // Financiarisation du logement et Loi Elan // Coopératives et communs : des succès, et après ?
    Avec nous au micro : le DAL (Droit au Logement), la Fondation Copernic, Coopaname et Le PHARES

 
 
 
 
1 – du campus : tram B, direction «Presqu’île» arrêt «Alsace-Lorraine» (comptez 30 minutes de transport)
 
Posted in Luttes

Manifestation « Stop loi ELAN, loi anti-pauvres,anti-squat,anti-logement », 1er septembre


Photos de Jean-Claude SAGET: https://photos.app.goo.gl/yERzmjSaTjmtCeaq7


 

 

Loi anti pauvres, anti squat et anti logement :

STOP à la loi ELAN !

Dans le cadre de la loi logement ELAN, qui contient de nombreuses mesures « anti-pauvres » le Sénat a voté la criminalisation des occupants sans titre des « locaux à usage d’habitation » (squatteurs, locataires et sous locataires non déclarés, victimes de marchands de sommeil …)

Le Sénat a surfé sur un mythe démagogique : celui qui veut faire croire à une armée de squatteurs qui menacerait les propriétaires vacanciers ou hospitalisés. Dans ces hypothèses, la loi permet déjà, et depuis longtemps, l’éviction quasi immédiate du domicile d’autrui.

Les nouvelles facultés d’expulsion s’attaqueront à d’autres : celles et ceux qui, pour se mettre à l’abri, vivre sous un toit et maintenir leur dignité, s’installent dans des locaux vacants, parfois vides depuis plusieurs années. Ces immeubles vides ne sont le « logement » de personne, pas même du propriétaire en titre, mais ils deviendraient plus protégés que le droit de chacun de ne pas être à la rue. Expulsables sans jugement, ni délai, les occupants seraient aussi passibles d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende.

D’autres précaires seront emportés au passage : les personnes logées ou hébergées par des propriétaires sans scrupule ou des marchands de sommeil qui, sans contrat, ne pourront jamais prouver leur bonne foi.

La France compte 3 millions de logements vacants et la loi de réquisition reste inappliquée. Le nombre de sans abri, d’expulsions sans relogement ou de demandeurs HLM atteint des records historiques. Alors que les loyers continuent à augmenter, les APL sont réduites et les aides à la construction de HLM sont supprimées.

De plus, en l’état des débats, la loi ELAN précarise durement les locataires du privé, aggrave l’accès au logement des personnes en situation de handicap, rétablit les sanctions financières contre les locataires, autorise la destruction sans jugement des maisons dans les quartiers informels en Guyane et à Mayotte. Elle permet d’expulser plus rapidement les familles endettées les moins riches ou lorsque l’un de ses membres consomme des stupéfiants, elle marchandise le logement social et vient servir la vénalité des spéculateurs et les intérêts des investisseurs et des grands propriétaires …

La loi ELAN pourrait être définitivement adoptée dès septembre, il y a urgence !

Nous demandons le retrait, dans la loi ELAN :

  • de l’articles 58 ter (anti squat) qui piétine le combat centenaire des mal logés, des associations, de l’Abbé Pierre et de nombreuses personnalités,

  • de toutes les mesures anti-pauvres ou qui aggravent la crise du logement …

Nous appelons à manifester samedi 1er septembre.

À Paris, RV à 15h, sortie du métro Saint-Jacques .

Premiers signataires : AFVS, ATTAC, CNAFAL, Collectif logement 14, DAL, Femmes Egalité, Sortir du Silence, Stop Précarité, Syndicat de la Magistrature, United Migrants, Union Syndicale Solidaires…

 

 
Autres rendez-vous:
– ANGERS à 15h devant la préfecture
– NîMES à 11h devant la préfecture
– …
 
Et pour plus d’infos:
 
 
——————-Nîmes——————-
 
Contre la loi ELAN, loi anti pauvres, anti squat et anti logement : Mobilisations le samedi 1er septembre. 
A Nîmes rassemblement à 11h devant la Préfecture au 10, Avenue Feuchères. 
 
Dans le cadre de la loi logement ELAN, qui contient de nombreuses mesures « anti-pauvres » le Sénat a voté la pénalisation des occupants sans titre des « locaux à usage d’habitation » (squatters, locataires et sous locataires non déclarés, victimes de marchands de sommeil…), les rendant passibles d’une peine d’un an de prison, de 15000 euros d’amende et d’une expulsion immédiate et sans jugement. 
 
La France compte 3 millions de logements vacants, le nombre de sans abri, d’expulsions sans relogement ou de demandeurs HLM atteint des records historiques. Les aides à la construction de HLM sont supprimées et les APL sont réduites alors que les loyers continuent d’augmenter.
 
De plus en l’état des débats, la loi ELAN précarise durement les locataires du privé, aggrave l’accès au logement des personnes en situation de handicap, rétablit les sanctions financières contre les locataires, autorise la destruction sans jugement des maisons dans les quartiers informels en Guyane et à Mayotte. Elle permet d’expulser plus rapidement les familles endettées les moins riches ou lorsque l’un de ses membres consomme des stupéfiants, elle marchandise le logement social et vient servir la vénalité des spéculateurs et les intérêts des investisseurs et des grands propriétaires …
 
La loi ELAN pourrait être définitivement adoptée dès septembre,, il y a urgence.
Nous demandons le retrait des mesures anti-pauvres de la loi ELAN particulièrement l’article 58 ter (anti squat) qui piétine le combat centenaire des mal logés, des associations et de l’Abbé Pierre et de nombreuses personnalités … 
Partout en France, mobilisons nous le 1er septembre !
A Nîmes RV à 11h devant la Préfecture au 10, Avenue Feuchères. 
Tagged with:
Posted in Actualité du logement, Luttes

Incendie d’Aubervilliers

COMMUNIQUÉ

Paris le 21 août 2018, mis à jour 12h

 

Incendie Aubervilliers : Relogement des sinistrés !

Protégez les victimes des marchands de sommeil,

Appliquez et améliorez les lois pour les protéger

 

A nouveau un incendie frappe cruellement des mal logés qui, face à la cherté et la crise du logement, n’ont pas eu d’autre choix que de s’entasser dans un local commercial impropre à l’habitation pour lequel un arrêté aurait dû être pris. Le DAL fait part de sa tristesse et de sa colère

A l’heure où le secrétaire d’Etat au logement doit rencontrer la maire de la commune, nous rappelons qu’il leur appartient de reloger décemment les sinistrés et en attendant, de les héberger.

Le DAL, saisi quotidiennement par des mal logés surexploités voire terrorisés par des marchands de sommeil, et face à ce drame qui a encore frappé des enfants, rappelle :

· Que les mal logés, aux revenus modestes et précaires, sont confrontés à la crise du logement et la cherté des loyers et sont de ce fait otages des marchands de sommeil

· Que les marchands de sommeil sont issus de tous les milieux sociaux, de toutes nationalités, et que l’on en trouve aussi bien dans le 16e ou à Neuilly qu’à Aubervilliers, ou en zone rurale. Ils ont en commun la cupidité et le mépris de l’être humain

· Qu’il est de la responsabilité de l’Etat d’appliquer la loi de 2000, en prenant des arrêtés d’insalubrité de telle sorte à faire suspendre le paiement du loyer et faire reloger les habitants.

· C’est aussi à l’Etat, la police et la justice de donner suite aux plaintes des victimes lorsque le logeur les expulse illégalement, les menace ou les brutalise par mesure de représailles car elles ont eu le courage de dénoncer leur situation auprès du service de l’hygiène.

· C’est au service communal ou intercommunal de l’hygiène de transmettre les rapports aux services de l’Etat chargés de l’insalubrité. Les dossiers restent dans les tiroirs ou se concluent par une simple amende, car personne ne veut prendre la charge de reloger les habitants concernés.

Dans le cas d’Aubervilliers et des autres commune du 93 qui accueillent les personnes chassées par la spéculation et l’urbanisme gentrificateur des communes riches, il faudrait conduire des RHI (opération de résorption de l’habitat insalubre), qui organisent l’expropriation, le relogement des habitants, et la réalisation de logements sociaux ou d’édifices publics en lieu et place des taudis.

Le projet de loi ELAN ne contient pas de mesures efficaces pour protéger les victimes des marchands de sommeil et les reloger et au contraire l’article 58 ter prévoit la pénalisation des occupants sans titre (squatteurs, occupants par nécessité, victimes de marchands de sommeil).

Nous disons donc au gouvernement et au préfet du 93, assez d’hypocrisie, passez à l’action :

– Relogement des sinistrés !

– Application et respect des droits des victimes des marchands de sommeil, c’est le rôle du ministère du Logement et du ministre de l’Intérieur qui se sont « émus » du sinistre.

– Mobilisation par l’Etat de moyens humains et financiers pour instruire les dossiers d’insalubrité, les plaintes des victimes et les reloger, au lieu de sabrer dans le budget des HLM et les APL

– Renforcement de la législation pour protéger les victimes des marchands de sommeil, le DAL a fait des propositions dans le cadre de la loi ELAN

Un toit c’est un droit !

Tagged with: , , ,
Posted in Luttes

Paris:Les #OubliésDuLogement devant le logement de fonction de M. Benalla !

Paris, le 14 août 2018, 15h45

Les Oubliés du Logement ont obtenu un rendez-vous avec la préfecture de région au sujet du relogement des familles ET un rendez-vous au ministère du Logement! Nous quittons le quai Branly, mais la lutte continue!

 

 

COMMUNIQUE

Paris, le 14 août 2018, 13h

Depuis 13h aujourd’hui, les #OubliésDuLogement se sont installés devant le 11 quai Branly, immeuble où se trouve le logement de fonction qui avait été mis à la disposition d’Alexandre Benalla.

Les #OubliésDuLogement, ont occupé depuis le 4 juillet la place de la République, puis ont installé leur bivouac aux Champs Elysées, devant la Préfecture de Région, au gymnase Bercy Bastille et au Parc des Explorateurs à proximité du Sénat, avant de manifester dimanche dernier au Carrousel du Louvre.

Les #OubliésDuLogement, ce sont 300 familles mal logées, sans logis, menacées d’expulsion, exploitées par des marchands de sommeil, en surpeuplement aggravé, dormant à gauche à droite chez des proches ou à l’hôtel.

Elles ont des demandes de logement social depuis des années, beaucoup sont reconnues prioritaires DALO.

Suite à la mobilisation, celles qui étaient à la rue sont hébergées depuis jeudi dernier et un rendez vous a été obtenu avec la Mairie de Paris.

De son côté, la Préfecture de Région n’a proposé que 30 relogements ! Et les autres ???
L’Etat a la responsabilité de l’application de la loi DALO, du droit à l’hébergement, de la loi de réquisition !

 

Nous aussi nous voulons être relogés!!!

 ————–

 

Those Forgotten from Housing set up their bivouac in front of Benalla‘s former official accomodation !

 

We, those #ForgottenFromHousing, are 300 families who have been taking turns to camp since the 4th July, first on the place de la République, then on the Champs-Elysées, then in front of the Prefecture of Region and in the Parc des Explorateurs by the French Senate.

We are poorly housed families, homeless, threatened with eviction, exploited by slumlords, in overpopulated dwellings, sleeping here and there at relatives or in hotels.

We have been applying for social housing for years, many of us work, and many of us have been accorded priority by the Prefecture, which means that the State has the obligation to rehouse us, it is the law!

But the state does not meet its obligations and despite all the procedures we have been going through, our rights are not enforced and we are forced to live homeless or in slums with our children.

We have set up our bivouac today in front of the former official accomodation of Mr. Benalla, advisor of Emmanuel Macron indicted and questioned by a judge for “collective assault by a person in charge of a public service mission“, “usurpation of the functions of a police officer“,”illegally wearing a badge reserved for public authorities” as well as “complicity of concealment of images from a video surveillance system“, after he was identified in a video showing him grab a young man by the neck and hit him several times after a demonstration last May.

We want a house as well !

The State is responsible for the enforcement of the DALO law, for the right to accommodation, for the law on requisitions! We demand the enforcement of the existing laws!

 

We ask for the relocation af all!

Tagged with: , , , , ,
Posted in Actualité du logement, Luttes

Paris – Oubliés du Logement: Occupation du gymnase Bercy Bastille

Jeudi 9 août 2018, 18h

Les familles à la rue ont été hébergées ! – Fin de l’occupation du gymnase Bercy Bastille. La lutte continue pour le relogement des #OubliésDuLogement !

 


 

Mercredi 8 août 2018, 22h

Toujours sans nouvelles de la préfecture d’Ile-de-France @Prefet75_IDF au sujet de l’herbegement des 2 familles, les #OubliésDuLogement s’apprêtent à passer la nuit au gymnase Bercy Bastille. Un toit c’est un droit!

 


 

Mercredi 8 août 2018, 13h30

Les #OubliésDuLogement évacués hier du jardin des explorateurs,Port-Royal, en raison des intempéries,occupent à présent le gymnase Bercy Bastille, 242 rue de Bercy, pour demander l’hébergement des deux familles et de la femme enceinte actuellement à la rue et le relogement des #OubliésDuLogement. L’orage est passé, la lutte continue!

Posted in Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.