Familles mal logées, sans logis: Occupation d’un gymnase à Paris

COMMUNIQUE


Paris le 3 décembre 2014


Jamais sans toit, sans école, sans manger !
 Non à la dégradation des prises en charge à Paris !
Occupation d’un gymnase de la Ville de Paris depuis 13h30, 
Non au marquage des sans logis à Marseille !



Depuis 13h30, environ 150 personnes,  familles sans logis, occupent  le gymnase de la cour des Lyon, 11 rue Alphonse Baudin Paris 11e, et demandent que la politique d’hébergement de la Ville qui se dégrade, soit améliorée, et que les droit des sans logis soient respectés

A l’heure ou le froid s’installe dans le nord de la France, la situation des sans abris se dégrade en France :

  • Ils et elles devront attendre qu’il fasse -5°  pour avoir des places d’accueil supplémentaires
  • Les sans abris marseillais doivent arborer le triangle jaune de la honte (qui nous rappel de bien mauvaises heures)
  • Les familles avec enfants sans logis et les mineurs isolés se heurtent le plus souvent au refus des services sociaux départementaux de les héberger, en dépit des obligations légales de protection de l’enfance et de la famille, compétence des départements.
  • le Droit à l’hébergement compétence de l’État est également bafoué

 

Ces familles  connaissent la galère de l’hébergement précaire, la brutalité de la rue lorsqu’il n’y a pas d’hébergement, les difficultés de scolarisation des enfants lorsqu’il faut faire une heure de transport (ou plus)  pour arriver à l’école quand c’est possible, les changements d’hôtel dans un autre département souvent annoncés le jour même, les difficultés à nourrir ses enfants correctement, à conserver son travail que l’on perd la plupart du temps ….

 

Le SAMU social, à qui la ville de Paris pour des considération budgétaires, a délégué la gestion de l’hébergement des familles sans logis parisiennes, reconnaît que 80% des 10 000 personnes sans logis hébergées en ile de France souffrent de la faim, et la non scolarisation y est 10 fois plus importante que la normale.

 

Cette occupation fait suite à l’occupation mercredi 26 novembre, du siège de la DASES Paris, et de l’expulsion des familles sans logis par la police.

 

Nous réaffirmons notre solidarité :

– avec les familles sans logis de Lyon, qui occupent depuis 10 jours 5 écoles, avec le collectif “jamais sans toit”,

– avec les sans abris de Marseille, qui doivent porter le triangle de la honte comme aux pires heures de notre histoire, et avec collectif qui les soutien.

 

Nous demandons :

 

  • Un hébergement stable et proche des écoles et des bassins de vie des sans logis, pour les familles qui occupent, et tous les sans toit,

 

  • Le respect des obligations légales par la Ville de Paris (et de tout les autres départements), en matière de protection des familles avec enfants et des mineurs,

 

  • La mobilisation/réquisition des locaux et logements vacants publics et privés appartenant à de grands propriétaires, pour loger les 50 000 familles et personnes sans logis en Ile de France : moins cher, plus décent que les hôtels. Il y a 300 000 logements vides et 5 millions de m2 vacants en ile de France.

 

  • RV avec Mme Hidalgo pour revenir à une politique d’hébergement conforme, et le respect des engagements. Un courrier transmis à Mme Versini le 26 novembre n’a donné lieu à aucune réponse.

 

Un toit c’est un Droit !

Posted in Actualité du logement, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.