Le logement cher est à la source de la colère sociale

Publié sur Mediapart: ici

Le logement cher est à la source de la colère sociale

Le logement est le premier poste de dépense des ménages et celui qui a le plus augmenté ces dernières décennies. Or cette question centrale sur le pouvoir d’achat, portée par les gilets jaunes, est ignorée dans les débats publics. Locataires et accédants se serrent la ceinture, et affrontent taxes, baisses de revenu ou des APL… Il faut baisser les loyers et taxer la spéculation immobilière.

Les gilets jaunes ont enclenché un mouvement social de grande ampleur sur la dégradation des conditions de vie des classes populaires et des petites classes moyennes. La question sociale est au centre du conflit, particulièrement le pouvoir d’achat et l’angoisse des fins de mois qui peuvent se conclure par les huissiers et la mise à la rue. De toute évidence, l’abandon des taxes gazoil ou une prime de fin d’année ne suffiront pas à calmer la douleur sociale, ni même une augmentation du SMIC, car pour beaucoup, le logement cher est une plaie béante qui engloutit le budget familial.

En 1973, les locataires consacraient en moyenne nationale 10% de leurs revenus au loyer net, une fois déduites les APL, et en 1963 il n’en coûtait que … 6,3% ![1]

40 ans plus tard et selon l’INSEE, en 2013 le loyer ponctionne en moyenne environ 26 % des revenus : 24,1 pour les locataires HLM, 28,4% pour les locataires du privé et 26,6% pour les accédants à la propriété [2].

Le logement écrase encore plus lourdement la moitié la moins riche de la population, celle qui manifeste aujourd’hui : le quart le moins riche des ménage (1er quartile) consacre en moyenne 40,7% de ses revenus au paiement du loyer dans le secteur privé et 48% au paiement des traites en accession à la propriété, souvent pour des logements de piètre qualité. Le 2e quartile le moins riche dépense en moyenne un peu plus de 30% pour se loger dans le privé ou accéder à la propriété, et n’est pas à l’abri d’un taux d’effort plus élevé et d’un incident. Ces chiffres sont des moyennes et indiquent qu’ils sont très souvent dépassés, notamment en milieu urbain où les loyers et l’immobilier sont plus élevés.

A l’inverse, le quart le plus riche des ménages ne consacre que 21,3% du budget en locatif privé et 22,8% en accession à la propriété, pour des logements de meilleure qualité. Le taux d’effort des 10% les plus riches est encore plus faible, alors qu’ils sont infiniment mieux logés …

Les gouvernements depuis 1918, face la structuration politique et syndicale des classes populaires et jusqu’à la dérégulation progressive des loyers dans les années 80 ont pris soin de limiter le prix des loyers et de l’immobilier, afin de ménager ou d’améliorer le pouvoir d’achat des classes populaires. Ainsi les profits locatifs et immobiliers ont été sacrifiés sur l’autel de la paix sociale.

Ce n’est plus le cas depuis le milieu des années 80, lorsque Chirac a achevé les dispositifs d’encadrement des loyers (loi de 48) et encouragé la spéculation immobilière (Reconquête de l’est parisien). C’est encore moins le cas depuis l’arrivée de Macron qui avec la loi ELAN promulguée fin novembre ouvre un boulevard à une nouvelle vague spéculative grâce notamment au bail mobilité de 1 à 10 mois non reconductible dans le secteur locatif privé qui devrait supplanter progressivement le bail de 1 ou 3 ans reconductible en vigueur aujourd’hui.

Quant à la baisse des APL, non seulement elle se renforce en 2018 mais elle s’accroît en 2019, sanctionnant durement les locataires du privé, les locataires HLM, les accédants modestes ainsi que les bailleurs sociaux puisqu’elle est en partie financée par la ponction de la trésorerie des organismes HLM, soit un total d’environs 3,5 milliards d’euros d’économie par an.

Bien que la France soit au top de la cherté des prix du logement dans les pays riches au regard des revenus des ménages[3], une nouvelle hausse générale de l’immobilier et des loyers est possible, au prix de la précarisation accrue des habitants, de la vente des HLM, et grâce également aux grands projets d’urbanisme tel le grand Paris, aux investisseurs internationaux, au tourisme, aux JO 2024, au brexit et autres aléas de la mondialisation néolibérale   …

Cette pression du logement cher sur le budget familial ne permet plus d’encaisser de nouvelles hausses sur les produits de première nécessité, obligeant à sacrifier par exemple des soins, ou des loisirs pour les enfants et ce, dans le meilleur des cas. Pour beaucoup, rode le spectre de l’expulsion manu militari et d’une mise à la rue. Le refus d’en arriver là est un des ferments de la révolte des gilets jaunes.

Certains sont plus âgés et ont donc achevé de payer leur logement, mais ils doivent encore aider leurs enfants, voire leurs petits enfants, à se loger (caution solidaire, aides ponctuelles…).

Pourtant le sujet du logement cher n’est pas entré dans le débat public, bien au contraire, il est occulté. Il y a bien sur des solutions, comme celles revendiquées par les gilets jaunes : zéros SDF, encadrement vigoureux des loyers, réquisition des logements vacants, production massive de logements sociaux, programme puissant d’isolation thermique.

Il faudrait aussi ajouter à ces points l’apurement massif de la dette des accédants à la propriété, l’arrêt des expulsions, le relèvement de l’APL, la taxation des profits spéculatifs fonciers et immobiliers, l’abrogation de la loi ELAN, la mise au pas des locations touristiques type Airbnb, le respect de la loi DALO, l’entretien des quartiers populaires …

En somme, la dépense logement ne devrait pas dépasser 20% des ressources de chaque ménage … comme pour les riches.

En attendant, il faut agir, et si nécessaire envisager des formes d’action concrètes et efficaces pour obtenir la baisse des loyers ou la réquisition des logements vacants….

Jean Baptiste Eyraud

Porte parole du DAL

 

[1] https://www.persee.fr/doc/estat_0336-1454_1975_num_73_1_2268

[2] https://www.insee.fr/fr/statistiques/2586026?sommaire=2586377

[3] friggit 2018 prix immobilier maison appartement loyer

Posted in Actualité du logement

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.