Droit au logement est en deuil

Après des années de lutte acharnée contre la maladie et contre l’oppression sous toutes ses formes, Pierrot (Pierre Oyez) est mort vendredi 24 août.

Pierrot – Pierre Oyez – est décédé à l’Hôtel Dieu, vendredi 24 aout, d’une longue maladie, à l’’âge de 57 ans. Sa santé s’était brusquement dégradée pendant l’’été. Après une série d’hospitalisations, et un retour de quelques jours chez lui où il avait repris espoir, il a été de nouveau hospitalisé au service de réanimation dans le courant de la semaine.  Les services hospitaliers ont été présents à ces cotés dans l’écoute et dans le respect de ses besoins et demandes.

Pierrot était une figure du DAL, doué d’’une énergie qui semblait infinie pour la lutte sous toutes ses formes, sociale dans le combat contre le mal-logement et l’injustice, personnelle dans le combat contre la maladie.

Il avait lui-même connu la rue à la suite de son divorce, et s’était engagé auprès des mal-logés et des sans-logis lors de l’’occupation du 41 avenue René Coty, dans le 14è arrondissement, en 1993. Il avait été à l’’époque le premier sans-abri à rejoindre la lutte des familles mal-logés et sans logis. Après son relogement, il avait continué la lutte, participant à la création du Comité des Sans Logis fin 1993, à l’’occupation de la rue du Dragon en 1994 et 1995, et à tout les combats conduits par Droit Au Logement par la suite.

A partir de la fin des années 1990, il s’’était investi dans le développement de la Fédération Droit au Logement, exerçant les responsabilités de porte-parole puis de trésorier adjoint et avait participé à la création du comité DAL à Saint Ouen, et dans de nombreuses villes de la banlieue parisienne, pour obtenir le relogement de familles à la rue.

Son énergie, sa volonté de vivre hors du commun et son grand courage  lui  ont permis de résister à la maladie pendant plus de 20 ans et de se remettre d’’un très grave accident. En 2003, à Clermont-Ferrand , alors qu’il sort d’’une réunion à laquelle il représente la fédération DAL, il est fauché sur le trottoir par un chauffard, qui le traîne, coincé sous la voiture, sur 500 m. Le chauffard s’’enfuit à pied en le laissant pour mort. Force de la nature en dépit de sa stature fluette, Pierrot se remet contre toute attente de ses très graves blessures, tout en restant durablement fragilisé par les séquelles de cet accident.

Petite silhouette fragile et  voix de stentor, un petit chien sur les talons, c’était Pierrot et son chien Jodie. Nous nous souviendrons de lui, seule personne capable de s’abstenir de manger et de boire en pleine canicule sur le Larzac ; de lui qui perdait tout le temps la laisse de Jodie au point de finir par l’accrocher à la ceinture de son pantalon en cuir ; qui se rendait aux forum sociaux avec un matelas gonflable deux fois gros comme lui ; capable de faire une grève de la faim jusqu’à obtenir une permission de sortie exceptionnelle de l’’hôpital après son  accident parce qu’il s’y ennuie.

Nous nous souviendrons de son rire tonitruant, qui pouvait suivre sans transition un accrochage avec un camarade avec lequel il était en désaccord. Nous nous souviendrons surtout de ses coups de gueule, qui ont résonné souvent dans les locaux du DAL, contre les mairies ou les bailleurs qui refusaient de loger ou d’’héberger, contre les oppresseurs. Il était libertaire dans l’âme et hostile à toute forme de hiérarchie et de bureaucratie.

Droit au logement salue un militant de valeur, généreux, courageux et combatif. Nous l’aimions et nous le regrettons déjà. Nous nous associons à l’émotion et à la tristesse de ses proches et de sa famille, sa fille et ses petits enfants ….

Ses obsèques auront lieu le Mercredi 29 Août 2012 à 13 H 3O, au cimetière du Pére Lachaise
(au Crématorium – Entrée Place Gambetta)

Posted in Actualité du logement

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.