Forcalquier : Menace d’expulsion sur le squat « la gendarme rit »

À peine ouvert (juillet 2012) dans une ancienne gendarmerie laissée à l’abandon depuis 10 ans, un squat d’habitation à vocation sociale et culturelle, où résident une dizaine de personnes sans logement soutenus notamment par l’association Quedal 04, est déjà menacé d’expulsion par le Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence, propriétaire du bâtiment. Son président Jean-Louis Bianco (PS) donnera-t-il le feu vert aux gendarmes pour une expulsion musclée des impertinents qui ont osé s’installer en plein cœur d’une zone périphérique de la ville de Forcalquier où fleurissent les projets immobiliers à grands coups de millions d’euros : maison des métiers du livre dans l’ancienne caserne, « village vert » (coop bio, magasin de producteurs, etc.) dans un ancien dépôt de matériaux, immeubles de standing à côté de l’hôpital-résidence, rond-point à l’entrée de la ville, bureau du centre médico-social dans l’ancienne gendarmerie, etc. ? Ou bien laissera-t-il une chance à un véritable projet d’autogestion de voir le jour mené par quelques habitants opiniâtres qui ne se résignent pas à l’embaumement touristique de ce beau pays ?

La réponse du tribunal de Grande Instance de Manosque à la requête du Conseil général ne fait malheureusement guère de doute*. Aujourd’hui comme hier, d’UMP en PS, expulsions et projets immobiliers vont de pair : le changement (social) c’est pas pour maintenant ! Mais quel est le crime des résidents de « la gendarme rit » qui ont profité des « vacances » pour occuper le lieu et remettre un peu de vie dans ce grand bâtiment… vacant depuis des lustres (grand nettoyage, remise en état des fluides : électricité et eau…) ?

Un toit c’est un droit – pas d’expulsion sans relogement !

 

L’association QueDAL (Droit au logement) ne demande pas autre chose que d’ouvrir le dialogue sur la question du logement, sur la base de cette simple question : au nom de quoi des bâtiments publics et privés devraient-ils rester vides alors que tant de gens sont mal ou pas du tout logés ? Elle soutient le désir des résidents qui est de « vivre une expérience en dehors des mécanismes de domination qui s’exercent à travers la sainte trinité des valeurs de la bourgeoisie (argent, travail, propriété) et de développer ici un projet d’autogestion.** » Elle s’oppose à une expulsion sans relogement des résidents de « la gendarme rit » de Forcalquier.

 

 

*L’audience du TGI de Manosque aura lieu (sauf report) le lundi 10 septembre à 14 h, les occupants sont défendus par Maître Olivier Lantelme qui donnera à la sortie une brève conférence de presse… Vous pouvez venir protester devant le tribunal, signer la pétition de soutien en ligne ou nous envoyer votre témoignage de soutien à : « la gendarme rit » – 2 montée de l’observatoire – 04300 Forcalquier.

 

** Une après-midi de rencontre ouverte au public autour de la question du logement est organisée avec les résidents et l’association Quedal 04 sur le site, le dimanche 16 septembre à partir de 15 h à l’occasion des « journées du patrimoine » ! Sont prévues des débats autour du logement et des projets de « la gendarme rit », la projection de films sur la pratique du squat ainsi que la visite du bâtiment. Un grand vide grenier au bénéfice des résidents est aussi proposé (apportez-nous ce qui vous encombre, meubles, vaisselle, linges et autres, nous en ferons bon usage !).

Tagged with:
Posted in Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.