DAL Paris – Marche des réquisitions 19 mai, RV 15h place du Châtelet

Le Ministère du logement a annoncé ces derniers jours la réquisition en cours de 50 logements en Ile-de-France, et aucun à Paris ! Paris comptait pourtant 105 720 logements vacants, et l’Ile-de-France 326 068, selon l’INSEE en 2009, et plusieurs millions de m2 de bureaux et de locaux d’activité.

De qui se moque-t-on ?

Des oubliés du DALO, des laissés pour compte du droit à l’hébergement, des locataires logés dans des taudis et/ou surexploités par leur bailleur déambulent dans les rues de Paris à la découverte d’immeubles vacants, de la Place du Châtelet à la « réquiz d’or » du 2 rue Valenciennes.

Les procédures piétinent depuis l’annonce de la Ministre Duflot le 27 octobre dernier, en réponse à la marche des réquisitions du DAL, car :

– La procédure employée est inefficace, on le dit depuis que cette procédure a été créée, en 1998,

– La possibilité de la rendre efficace n’a pas été saisie par le Ministère lors des débats de la loi Duflot 1,

Il n’avait pas fallu aussi longtemps à Chirac pour commencer à réquisitionner 1 200 logements en 1995, après l’occupation du 5 rue du Dragon ! Alain Régnier, increvable (et inefficace) super Préfet à l’hébergement et au logement, depuis 2007, en sait quelque chose puisqu’il était chargé du programme de réquisitions chez Périssol (ministre du logement de Jupé).

Que font le Gouvernement et le Ministère du logement, alors que tous ces logements vacants nous tendent les bras,  que le nombre de sans abris et de prioritaires DALO non relogés augmente ?

Cette inefficacité face à l’urgence sociale, est déroutante et inquiétante notamment sur l’efficacité réelle de la future loi Duflot.

Nous exigeons la mobilisation immédiate de 100 000 locaux et logements par la réquisition des biens vacants de riches propriétaires, et la mise à disposition de ceux appartenant à l’État, aux entreprises publiques, aux HLM, aux collectivités.

Pour mémoire :

27 octobre 2012 : Cécile Duflot s’engage à réquisitionner, à l’issue de la marche des réquisitions organisée par le DAL, qui demande la réquisition ou la mise à disposition de 100 000 logements vacants, pour les sans abris et les DALOs., dont la moitié en Ile-de-France.

1er novembre 2012 : JM Ayrault demande aux Préfets de recenser les logements vacants. Une soixantaine d’immeubles sont « repérés » à Paris, par la Préfecture

– 29 novembre 2012: Madame Duflot  annonce des réquisitions pour la fin de l’année 2012

25 décembre 2012 : les enfants sans-logis, avec le DAL, remettent un pied de biche en or à Mme Duflot, pour qu’elle accélère les procédures, et mobilise les biens vacants de l’Etat et des HLM.

– 7 janvier 2013 : inauguration de la réquisition citoyenne soutenue par le DAL/Jeudi noir, 2 rue Valenciennes.

Depuis un an : réquisitions citoyennes dans toute la France par les comités DAL et des associations de solidarité, face au scandale des familles à la rue, des DAOs non relogés et des logements vacants. Les occupants de certains immeubles sont expulsés en plein hiver, des militants sont poursuivis… La répression est aussi au rendez vous des politiques du logement.

 

RV dimanche 19 mai à 15h, place du Châtelet

Un toit c’est un droit !!

 

IMG_9819

Posted in Actualité du logement, Luttes, Réflexions

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.