Réforme du 1% logement: Menaces sur le logement des classes populaires

IMG_1920

COMMUNIQUE

Paris le 3 juin 2015   

Réforme du 1% logement :

Menaces sur le logement des classes populaires

Aujourd’hui le 1% entérine la réforme du 1% :

Le MEDEF a obtenu du gouvernement Valls qu’il mette en musique sa réforme, élaborée en secret. Nul n’ignore que le patronat souhaite la baisse des salaires et de la protection sociale, et qu’il vise à terme la suppression du prélèvement de 1%  sur la masse salariale. Est ce que ça le dérangerait vraiment que les classes populaires, les légions de chômeurs et de salariés pauvres retournent vivre dans des bidonvilles et des taudis ?

 DAL craint que cette réforme ne soit qu’une étape vers l’abolition du 1% logement, puisqu’elle permet de simplifier l’architecture du dispositif, de le centraliser, et de concentrer le patrimoine immobilier constitué d’environ 800 000 logements sociaux, dans une seule structure, dirigée par l’auteur de cette réforme.

Ainsi, avec l’aval d’un gouvernement, la vente aux plus offrants pour, nous dira-t-on pour financer la construction de logements sociaux, mais aussi pour engranger des profits très conséquents, sera facilitée.

 Nous assistons à la naissance d’un  mastodonte immobilier, qui détiendra  20% du parc HLM, d’une valeur de 40 à 80 milliards d’euros.  Est-ce bien raisonnable de laisser un tel patrimoine, constitué grâce à l’épargne populaire, l’argent public et celui des salariés, à une société créée et gouvernée par des intérêts privés ? Les syndicats seront bien présents, mais à des postes de vice-président, sans réel pouvoir…  

 L’État doit garantir que ce géant du logement ne tombera jamais aux mains des prédateurs.

 Nous apportons aussi notre soutien aux salariés qui se mobilisent pour leur emploi : pas de suppression de poste ! Plusieurs milliers seraient supprimés, c’est inadmissible alors que le chômage grimpe toujours.

 C’est pourquoi nous estimons que des mesures garantissant la vocation sociale et l’intérêt général sont indispensables avant la réforme, à savoir :

–      La sanctuarisation du parc de logements sociaux, l’interdiction de rémunérer le capital, le plafonnement des revenus des dirigeants, à un niveau décent …

–      La participation, majoritaire avec les syndicats, aux instances décisionnelles des trois structures centrales,

des représentants des locataires et des mal logés ;

–      La garantie dans la loi que ce mastodonte ne deviendra jamais un prédateur et que la collecte du 1% pour réaliser des HLM ne sera pas remise en cause, comme c’est en cours avec le Livret A

Droit Au Logement demande le renforcement de la vocation sociale du 1%:

–      Le respect de l’obligation de consacrer ¼ des ses attributions pour les prioritaires DALO, particulièrement en Ile de France, où le 1% logement  n’assure même pas le tiers de ses obligations, alors que 50 000 prioritaires DALO sont en souffrance!

–      les dispositifs de garanti contre les impayés de loyer  aux ménages les plus modestes, pour ne pas favoriser la hausse des loyers!

–      La baisse des loyers et des charges, l’arrêt des expulsions, la réalisation massive de vrais logements sociaux, notamment dans les ESH

Un toit c’est un droit !

Tagged with: , , , , , , ,
Posted in Actualité du logement, dalhlm, Loi DALO, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.