Fin de la trêve hivernale des expulsions: dates et lieux de mobilisations en France

DAL 30 – Nîmes

Appel à camper devant la Préfecture (avenue Feuchères) le 31 mars à partir de 18h

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le DAL, Comité de Nimes et environs, appelle à manifester le jeudi 31 mars 2016

Pas d’expulsion sans relogement, un toit c’est un droit !

Face au chômage et à la précarisation accentuée par la crise économique et sociale,le mal-logement est en France un problème concret pour des millions de personnes : étudiant-e-s, travailleurs-ses pauvres, chomeurs-ses, enfants ou personnes âgées…

A l’occasion du 9ème anniversaire de la Loi DALO (Droit Au Logement Opposable), le Comité Droit Au Logement (DAL Nimes et environs) renouvelle un certain nombre de demandes, au moment de la fin de la trêve hivernale qui relancera les expulsions :

– relogement des mal logé(e)s et sans logis ;

– arrêt des expulsions sans relogement et des coupures de fluides (eau, électricité, gaz…) ;

– application de la loi DALO et DAHO, afin que ce nouveau droit devienne effectif ;

– réalisation massive de vrais logements sociaux, accessibles aux ménages modestes ;

– renforcement des moyens de défense des locataires, des mal logés et des sans logis ;

– le maintien des structures d’hébergement d’urgence, été comme hiver ;

– une application de la Loi ALUR (Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) débouchant sur une véritable baisse des loyers et des charges et un accès au logement des précaires et des jeunes.

Nous appelons les personnes qui sont ou qui se sentent concernées à venir avec leurs oreillers, duvets, tentes, pyjamas… pour camper devant la préfecture, le jeudi 31 mars 2016, à partir de 18h00, avenue Feuchères de Nimes, pour montrer de façon combattive que des gens dorment dehors toute l’année. Dormir dehors, une histoire à rester debout !

DAL 30 communiqué de presse-page-001

DAL 31 – Toulouse

Rassemblement Trêve hivernale 2016: Rdv ce samedi 2 avril à 10h Métro Jean Jaurès!

Comme tous les ans la trêve hivernale qui protège des expulsions de son logement prend fin, les expulsions vont reprendre et comme tous les ans elles seront nombreuses. L’année passée 1,2 millions d’expulsions locatives ont été prononcées, 13 000 expulsions ont eu lieu par la force. A quand la trêve éternelle ? En effet une expulsion peut coûter jusque 2000 euros, avec cette somme on pourrait assurer la réinsertion locative d’une famille menacée d’expulser au lieu de lui imposer la violence d’être sortie de chez elle.

Depuis la fin des années 1990 les salaires n’ont cessé de stagner quand les loyers eux n’ont cesser d’augmenter, des millions de personnes ne parviennent plus à boucler leurs fins de mois. Pendant ce temps les 500 familles les plus riches de France possèdent 460 milliards d’euros, ces milliards elles les volent en exploitant les travailleurs mais aussi en spéculant sur la rareté du logement. Est il normal que 145 000 personnes soient à la rue en France quand 2,6 millions de logements sont vides ?

Nous vous proposons donc ce samedi 2 avril à 10h métro Jean Jaurès, d’écouter les témoignages de personnes menacées d’expulsion . De même des représentants des 36 sans-abris qui ont gagné lors de leur lutte collective le droit à un toit expliqueront où ils en sont de leurs démarches.

Nous invitons tous les collectifs, organisations et personnes à nous rejoindre à venir nombreux nous soutenir!!!

DAL31_Tract Treve Hivernale 2016-page-001

DAL 44 – Nantes

FIN DE LA TREVE HIVERNALE, STOP AUX EXPULSIONS ! 

31 Mars, une date signifiant, pour de trop nombreux ménages : mise à la rue !

L’expulsion de son habitat, est une violence sociale faite aux personnes qui la subissent. C’est une pratique indigne et inacceptable dans une société porteuse de valeurs humanistes et solidaires.

En 2015 dans notre département, ce sont 1450 assignations au tribunal qui ont été délivrées aboutissant à 961 commandements à quitter les lieux (dont 621 demandes de recours à la force publique). Des chiffres en hausses constantes depuis de nombreuses années, qui traduisent l’inefficacité des politiques menées pour pour que plus personne ne se retrouve et vive dans la rue.

Face à cela d’autres chiffres (au plan national) montrent l’incohérence des politiques menées pour résoudre la grave crise du logement que nous subissons : en dix ans, le nombre de logements vides est passé, au plan national, de 1,9 million en 2004 à 2,64 millions en 2014, dont 150 000 logements HLM. On peut recenser environ 10 000 logements vacants en Loire Atlantique.

Les hausses de loyers, en dix ans, ont été de 29% dans le parc social et de 44 % dans le secteur privé. Le montant total des loyers encaissés par le privé est passé de 29 à 42 milliards sur les dix dernières années. 1,8 millions de personnes reconnaissent avoir dû faire face à des impayés de loyers. Le prix du logement a augmenté de 107% en 10 ans, alors que les revenus disponibles pour les ménages ont progressé de 23 %.

SE LOGER DIGNEMENT VA T’IL DEVENIR UN LUXE RÉSERVÉ AUX QUELQUES PRIVILÉGIÉS QUI AURONT LA CHANCE D’AVOIR UN REVENU CONSÉQUENT ?

Il faut en finir avec le logement cher et la spéculation foncière qui sont les principales causes de l’exclusion de milliers de personnes et de l’explosion des budgets consacrés aux aides (FSL, APL, AL, et autres dispositifs). Budgets d’ailleurs qui sont en baisse suite aux politiques d’austérité menées par le gouvernement actuel. Les plus vulnérables se serrent la ceinture, les plus riches sont encore plus riche (niches fiscales au détriment des aides à la construction, assurance et garanties des loyers du privé).

La dérive néo libérale, des gouvernements successifs, a conduit à une précarisation généralisée, et qui va s’accentuer suite aux attaques faites, et en cours, sur les lois sociales (retraites, réforme du code du travail, assurance chômage, sécurité sociale, etc….) et les services publiques. 

C’est par une lutte collective et acharnée que nous pourrons faire fléchir les politiques libérales et créatrices de misères. Stop aux politiques anti-sociale !

RASSEMBLONS NOUS UNITAIREMENT : Samedi 2 Avril 2016 (Journée de mobilisation nationale contre les expulsions) à partir de 17h00, Place du Bouffay à Nantes.

Pour exiger ensemble :

  • L’encadrement vigoureux des loyers, et une baisse immédiate de 20% ; Pour ne plus être chassés, que cesse la marchandisation de nos quartiers, de nos villes, de notre foncier …
  • L’interdiction de la vente du foncier public, et la réalisation de logements très sociaux pour les classes populaires.L’arrêt des expulsions sans solutions pérennes, le renforcement des dispositifs de prévention et des allocations logement.
  • Une action rapide des collectivités (État, CD, CG,  Métropolespour réquisitionner et mobiliser les logements et bâtiments de grands propriétaires publics et privés, afin de  loger les sans abris, les expulsés, les résidents d’habitats indignes, les prioritaires DALO, les réfugiés des guerres militaires, ou économiques, ou victimes du néocolonialisme.
  • L’abrogation de toutes les mesures de marchandisation du logement social (CUS, ventes, démolition, privatisation des bailleurs sociaux…), et la création d’un service public du logement.
  • Le soutien et la reconnaissance de l’habitat groupé, coopératif, autogéré, et aux quartiers spontanés.
  • L’admission de « l’état de nécessité » pour les habitants « sans droits ni titres » (squats, réquisitions citoyennes, et occupations de terrains) 

AVOIR UN HABITAT DIGNE, C’EST UN DROIT POUR TOUTES ET TOUS !

 1er signataires : DAL44, Solidaires UD44, IndecosaCGT44, AC!Nantes, PG44, RESF44, LDH44, Collectif Aide aux Sans abris et Expulsés, …..

Avec le soutien de : PCF44, Esemble44, ….. liste en cours

DAL44_FinTreveHiver2016-Affiche-VF-page-001

DAL 68 – Clermont Ferrand

! FIN DE LA TRÊVE HIVERNALE !

(LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE N’Y EST POUR RIEN…)

Comme chaque année le printemps sera marqué par le retour des expulsions locatives… survivre pendant la trêve hivernale pour galérer ensuite dans la rue au printemps, en été ou à l’automne faute d ‘avoir un logement, c’est aussi une dure réalité !

NON AUX EXPULSIONS LOCATIVES ! 

Et si la trêve hivernale s’applique au détenteurs et détentrices d’un bail, n’oublions pas que les squats n’ont pas toujours la même « faveur », et en hiver certains propriétaires cherchent même à contourner la trêve… Et pour les occupants sans droit ni titre, même en l’hiver la menace pèse !

TRÊVE HIVERNALE POUR TOUTES ET TOUS !

RASSEMBLEMENT SAMEDI 02 AVRIL 14H30 PLACE DE JAUDE À CLERMONT-FD !

DAL63-TREVE HIVERNALE 2016-page-001

 

DAL 68 – Colmar-Mulhouse

RASSEMBLEMENT

(précisions à venir)

 

DAL 75 – Paris et environs

Arrêt des expulsions, baisse des loyers, un toit pour tou-te-s !

Manif à Paris : RV 14h30 à République

Le 1er avril sonne la fin de la trêve hivernale et le sinistre retour des expulsions sans relogement, pour plus de 120 000 locataires et occupants sans titre du privé comme en HLM qui ont reçu un jugement d’expulsion. Un triste record. La situation des locataires se dégrade rapidement, sous l’effet de la hausse des loyers, du chômage, de la précarité et de la pauvreté salariale, des inégalités, de l’érosion des allocations logement …

Même la trêve hivernale n’est plus respectée, puisque les expulsions se sont abattues tout l’hiver contre les habitants de bidonvilles, à Calais, Paris et ailleurs …. Et des descentes de police ont lieu en guise de représailles contre les résidents de foyers de travailleurs migrants en lutte …

Plutôt que d’encadrer les loyers, augmenter les APL  et donner une bouffée d’oxygène aux locataires, aux petits salariés, aux jeunes, aux retraités modestes,  ou aux précaires,  le Gouvernement choisit d’aggraver la situation : suppression des subventions à la production de logements sociaux, baisse des APL, renforcement des cadeaux fiscaux aux riches investisseurs, soutien aux promoteurs et à la spéculation avec les programmes d’urbanisme (grand Paris, ANRU…).

La marchandisation du logement social se poursuit, transformant les locataires HLM en “clients”, et les bailleurs sociaux en “investisseurs”, encourageant la vente, la “valorisation du patrimoine”, la construction de HLM par les promoteurs, la destruction des quartiers populaires, et des salaires mirobolants pour certains dirigeants HLM sans oublier des parachutes dorés de plusieurs centaines de milliers d’euros …

Le droit au maintien dans les lieux pour les locataires HLM est fragilisé, tandis que les bailleurs privés disposent de privilèges pour expulser leur locataire (congé vente, reprise). Le projet de Loi Egalité Citoyenneté prévoit de généraliser les locations de HLM par les annonces internet, ainsi que la cotation de la demande HLM qui en zone tendue maintient éternellement les mal logés dans la file d’attente  …

  • Arrêt des expulsions,
  • Baisse  des loyers, des charges  et généralisation de l’encadrement des loyers,
  • Construction massive de vrais logements sociaux,
  • Renforcement et respect des droits des locataires, des mal logés, des sans logis, des réfugiés, des résidents de foyers, …
  • Application et amélioration des lois les concernant : réquisition, DALO, droit à l’hébergement et abrogation de la loi Boutin,
  • Arrêt de la marchandisation des HLM, des cadeaux fiscaux aux investisseurs et aux riches, des politiques d’urbanisme spéculatives,
  • Rétablissement  des aides à la pierre, renforcement des APL et du Livret A, taxation des profits spéculatifs.

1er signataires : Plate-forme logement des mouvements sociaux, AC !, ACDL, AFVS, APEIS, ATMF, ATTAC, Bagagérue, CAL, CGT, CLAC 12e, CNAFAL, COPAF, CSF, CSFR, DAL, Fondation COPERNIC, FSU, SM, Solidaires, STOP précarité, SUD Santé sociaux, USP…

Avec le soutien de : AL, Ensemble, NPA, PG…

2016-04-02 Affiche

Posted in Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.