Marche des mal logés et des sans logis – 5 juillet Paris

Photos de Jean-Claude Saget: https://goo.gl/photos/FpPe85sA2YKbigTD6


 

 

COMMUNIQUE
Paris le 4 juillet 2017

 
UN LOGEMENT STABLE ET DÉCENT POUR TOU-TE-S
Marche des mal logés et des sans logis : MERCREDI 5 JUILLET
Point presse 16h sous l’Hôtel Dieu (Île de la cité)
17h30 Départ : Fontaine St Michel – 18h30 Arrivée : angle Bac / Varenne  

À l’heure où se concoctent les futures politiques du logement, les mal logés organisent une marche vers le ministère de la Cohésion des Territoire, et demandent des mesures efficaces pour lutter contre l’aggravation de la crise.

Il a été demandé un RV au Ministre J. MÉZARD et à son secrétaire d’État, Mr DENORMANDIE, sans suites.

En effet, la spéculation fait rage dans les grandes agglomérations où les prix de l’immobilier et des loyers flambent à nouveaux sur les cendres des quartiers populaires, biberonnés par les politiques publiques, dont les principaux ingrédients sont la rénovation urbaine, la dérégulation des rapports locatifs, le soutien au logement cher et des mesures d’économies sur le logement social.

Les experts de la calculette de la cour des comptes conseillent de réduire les APL, sans même proposer de baisser les loyers, ni se préoccuper des conséquences sociales d’une telle mesure. Les expulsions ont manifestement encore augmenté en 2016 dépassant largement la barre des 14 360 expulsions manu militari effectuées en 2015, constituant déjà un triste record historique, signant l’échec de la politique de « prévention », « de suivi social » ou de « cautère sur une jambe de bois ».

La ligne du Gouvernement n’est pas très différente de la précédente qui avait gelé (illégalement !) l’extension de l’encadrement des loyers, avait étendu à gogo les cadeaux fiscaux aux riches investisseurs, et avait expulsé massivement …

Plutôt que de baisser les loyers, de produire de grands logements sociaux, l’actuel gouvernement appliquerait quelques recettes libérales sans mesurer leur impact social  :

– Création d’un bail de «3 mois à un an» venant renforcer la précarité des locataires, déjà soumis dans les zones tendues à l’arbitraire de leurs bailleurs (congé vente et expulsions illicites,  loyers chers …), et ouvrant une brèche au droit à un logement stable,

– Production massive de logements spéculatifs en zone tendue, et destruction de quartiers populaire, alors que les besoins sont surtout sociaux.

DAL est hostile à l’expulsion de locataires qui dépassent légèrement les plafonds mais est favorable aux surloyers pour qu’ils permettent de baisser des loyers PLS ou PLI afin de loger des ménages modestes…

– Baisse des loyers dans toutes les zones tendues et  renforcement des APL en HLM !
– Arrêt des expulsions sans relogement, y compris des prioritaires DALO !
– Application réelle de la loi DALO, du droit à l’hébergement  inconditionnel et de la réquisition !
– Protection des habitants de logements indignes, en péril, toxiques, indécents !
– Blocage des opérations d’urbanisme spéculatives, contraires à l’intérêt des habitants !
– Taxation des profits spéculatifs, blocage de l’amortissement Pinel !
– Arrêt de la marchandisation, par la finance, du foncier, du logement et de l’immobilier ! …

Tagged with: , ,
Posted in Actualité du logement, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.