Trop de sans abris Trop de logements vides : Réquisition des ex locaux de la brigade financière – Appartenant au groupe AMUNDI

 

 

Réquisition du 122-126 rue du château des rentiers (13e)

Vide depuis 2017

Ex-locaux de la brigade financière

Propriété du groupe AMUNDI

Depuis 14h, environ 200 personnes, majoritairement sans logis occupent un immeuble de près de 10 000 m2, vacant depuis plus d’un an, propriété du groupe AMUNDI, gestionnaire de 1500 milliards d’actifs.

Cet immeuble vide depuis 2017, était loué par le ministère de l’Intérieur pour loger notamment la brigade financière. La police est sur place et bloque les entrées et les sorties. 
Le DAL demande au gouvernement d’appliquer la loi de Réquisition sur les biens appartenant à des grands propriétaires privés, pour loger en urgence les personnes sans logis, vivant des situations de grande précarité dans la rue, dans des hôtels ou chez des tiers

La France compte plus de 3 millions de logements vacants, selon l’INSEE, soit 1 million de plus en 10 ans, 896 000 sans logis (personnes privées de logements propre), dont plus de 150 000 sans abris.


COMMUNIQUÉ
Paris  le 5 janvier 2018 

Trop de sans abris
Trop de logements vides : RÉQUISITION !

RV ACTION dimanche 6 janvier
à 13h30 Sortie  du métro Nationale

La France compte 3,067 millions de logements vacants, c’est un record historique  ! 
https://www.insee.fr/fr/statistiques/3620894
Leur nombre a augmenté de plus d’1 million en 10 ans. Ils représentent 8,4% de l’ensemble des logements., soit un logement sur 12. Ces chiffres ne comptent ni les bureaux ni les locaux aménageables types hôpitaux, casernes …

Tout en menant une politique du logement libérale, de soutien au logement cher et à la spéculation et de baisse drastique des aides au logement et à la la production de HLM,  le gouvernement se dédouane en finançant des hébergements précaires coûteux et toujours en nombre insuffisant, car la crise du logement s’aggrave.

Les sans abris n’ont que faire d’être hébergés sous les lambris dorés du ministère du Logement et de l’Hôtel de Ville, ou dans des hôtels,  ils veulent un logement décent, accessible à leurs ressources.
Un vrai logement à eux qui préserve leur intimité, un logement stable où ils ne seront ni chassés tous les matins ou au printemps, ni contraints de raconter leur vie et les causes de leur malheur à chaque entretien social, ni obligés de  poireauter des heures et des jours pour avoir l’aval du 115 pour ne pas rester la nuit dans la rue, ni soumis à la dure et dangereuse vie de la rue, qui fauche les vies au bout de 15 ans et à l’âge moyen de 49 ans.

La loi de réquisition selon l’ordonnance de 1945 a été créée et améliorée au fil des années afin de loger décemment et en urgence les sans toit. Il faut l’appliquer, comme l’a fait Chirac en 1994 et 1995 à la suite de l’occupation de la rue du Dragon par le DAL avec l’Abbé Pierre et de nombreuses personnalités.

le DAL soulèvera encore une fois, par une action concrète cette nécessité, afin que les personnes sans logis dans notre pays, qu’elles soient dans la rue ou dans des hébergements précaires, aient un vrai toit !!
La Fondation Abbé Pierre en dénombre 896 000.

Application de la loi de réquisition!

Un toit c’est un droit !

 

Posted in Actualité du logement, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.