Rue de Valenciennes, Paris 10e: DAL et Jeudi Noir gagnent le procès

COMMUNIQUE
Paris le  29 mai 2017

Le promoteur réclamait 2,7 millions d’euros :  
il a été débouté de ses demandes et condamné à verser 3000 euros au DAL et à chacun des 2 militants de Jeudi Noir.

Le tribunal de grande Instance de Paris, après 4 ans de procédure, vient de débouter la SNC du 2 rue de Valenciennes – Paris 10e – , dirigée par un promoteur espagnol, de sa demande d’indemnisation de différents (et prétendus) préjudices, pour un montant de 2,7 millions d’euros, environs.

En effet, selon le jugement :  
– ni le DAL ni les deux militants de Jeudi Noir n’habitaient sur place,
– la SNC n’apporte pas la preuve que, selon ses dires, le DAL aurait orchestré l’intrusion et le maintien d’occupants sans droit ni titre dans son immeuble, et de surcroît aurait “manipulé les familles”,
– ”Il ne peut être reproché au DAL d’avoir apporté son soutien matériel et juridique aux familles occupant les lieux”,
– “Cette assistance, qui n’a pas conduit à entraver des mesures d’évacuation ou d’expulsion, étant conforme à son objet social et poursuivie dans un cadre légal comme en atteste son intervention volontaire devant le tribunal d’instance”,
– “Le DAL dispose d’un droit à la liberté d’expression et de communication”.

La SNC est donc condamnée à verser, au titre de l’article 700 (frais de procédure), 3000 euros au DAL et à chacun des 2 militants de Jeudi Noir mis en cause.

Le DAL est soulagé de cette décision qui met l’association et les militants entièrement hors de cause, mais attendra avant de se réjouir de savoir si l’ex propriétaire du 2 rue de Valenciennes fait appel ou non.
En effet, cette procédure a déjà duré 4 ans, et pourrait se poursuivre encore plusieurs années en cas d’appel.

C’est donc une épée de Damoclès qui génère une incertitude permanente quand à l’avenir de l’association.
Le budget du DAL aurait des difficultés à faire face à une condamnation de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

En attendant, la lutte continue !


Rappel des faits :

Le 2 rue de Valenciennes, Paris 10e, vide depuis plusieurs mois, appartenant à une SCI dirigée par un promoteur espagnol des Baléares, très actif dans toute l’Espagne pendant les années d’or de la spéculation, a été occupé par des familles et des jeunes sans logis fin 2012.

Le DAL a immédiatement apporté son soutien aux occupants. Cette occupation avait reçu la visite de la ministre du Logement en janvier.  

Le 29 mars 2013, la SCI a lancé une procédure contre le DAL et 2 militants de Jeudi Noir.

Le 6 mars 2017, après de nombreux échanges d’arguments, l’audience s’est enfin tenue  devant la 4e chambre civile du TGI de Paris.

La situation de cet immeuble :
Acheté en 2005 pour environ 4,5 millions d’euros, loué jusqu’en 2012 à une société de bijouterie (histoire d’or)  le promoteur  l’a revendu  en septembre 2015 à la Ville de Paris pour 6,5 millions d’euros. Ayant réalisé cette belle opération spéculative, le promoteur a tout de même maintenu sa procédure.

Le combat des habitants, du DAL et de Jeudi Noir a porté ses fruits puisque les habitants initiaux ont été relogés, et que l’immeuble accueillera des logements sociaux et une crèche.

Tagged with: , , , , ,
Posted in Actualité du logement, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.