GRENOBLE – Coupure d’électricité au 6 rue Jay, occupation GEG et suites

Grenoble, samedi 25 août 2018, 00h

Après une occupation de quatre heures trente des locaux de GEG pour obtenir le rétablissement de l’électricité et un rendez-vous avec Vincent Fristot, président de GEG et élu municipal à l’énergie, les occupant.e.s du 6 rue Jay, soutenues par le DAL38 et de nombreuses personnes et organisations solidaires venues des universités d’été des mouvements sociaux, ont été évacuées par la police.

M. Fristot et M. Piolle étaient au courant de cette occupation, mais ont préféré faire intervenir la police que d’accorder un rendez-vous pour  trouver une solution à ces familles qui vivent dans le noir depuis le 14  août, sans non plus de possibilité de se faire à manger.

Le combat continuera tant qu’il n’y aura pas de rétablissement électrique, car il n’y a aucun autre choix: les occupant.e.s, dont aucun.e n’a l’autorisation de travailler, n’ayant pas d’argent, un remboursement de la dette contractée est impossible.

Une décision politique est donc attendue, faute de quoi les actions d’interpellation et d’occupation contre la précarité énergétique et pour le droit à l’énergie de toutes et tous se poursuivront.

Un rendez-vous permanent est fixé toute la journée de demain au stand du DAL du village de l’université d’été des mouvements sociaux, à côté de  l’entrée de la faculté de Stendhal.

Le DAL38

Presse:
https://www.placegrenet.fr/2018/08/25/squat-a-grenoble-loccupation-dune-agence-geg-par-droit-au-logement-stoppee-par-la-police/204137


———————–

Grenoble, mercredi 22 août 2018 12h30

Nouvelle coupure d’électricité au 6 rue Jay !

    Il y a quelques jours, GEG a coupé l’électricité au 6 rue Jay, un bâtiment réquisitionné par l’Assemblée des mal-logé-es et sans logement depuis le mois de juin 2016. Ce bâtiment est occupé par des personnes, dont des enfants, de diverses nationalités et situations administratives, avec des revenus modestes ou sans revenus. Dans le cadre des Universités d’été des mouvements sociaux et citoyens, deux ateliers devaient s’y dérouler. Ces rencontres sont maintenues mais il faudra des bougies pour la lumière, a moins que le maire qui se déclare « délinquant solidaire » avec les migrant.es demande le rétablissement de l’électricité.

    Ce bâtiment appartenant à la ville est resté vide longtemps avant cette occupation qui a permis de trouver un toit à des personnes à la rue et sans solutions. La ville de Grenoble a demandé aux occupant de créer l’association « Pour un toit », afin de signer un convention d’occupation toujours en négociation. Cette association composée des habitants et d’associations proposant des acitivités, gère le lieux et a ouvert un contrat de fourniture d’énergie  avec GEG depuis décembre 2017.

    « Pour un toit » paye régulièrement une somme en fonction des moyens des occupants et de l’association.  La ville de Grenoble et GEG, dont le président est M. Fristot, élu municipal, connaissent la situation financière des occupants et malgré les efforts de paiement qu’ils fournissent, ils ont décidé de couper l’électricité à ces ménages, et de les laisser dans le noir.
C’est la troisième coupure d’électricité en deux ans, toujours pour les même motifs. La dernière avait nécessité une forte lutte pour obtenir le rétablissement de l’électricité, mais aucune solution pour éviter une nouvelle coupure n’avait été proposée par les pouvoirs publics.
C’est une manière de décourager les occupants et les associations utilisant le lieux et de les épuiser alors qu’ils demandent le  rétablissement de l’énergie et attendent de la part de la mairie une volonté politique pour mettre en place des solutions pour ces familles, c’est-à-dire la prise en charge des fluides et un relogement décent.

Les habitant.es du 6, rue Jay
soutenus par le Droit au Logement 38

Posted in Actualité du logement, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.