TOULOUSE – Saint-Sernin: la Préfecture remet trois familles à la rue, dont 8 enfants scolarisés…

———————————————————————————————-

Toulouse, 16 novembre 2018 

Saint-Sernin: la Préfecture remet trois familles à la rue, dont 8 enfants scolarisés…

Deux semaines après l’occupation du gymnase Saint-Sernin par de nombreuses familles, la plupart d’entre elles ont pu être relogées ou ré-hébergées grâce à leur action et le large soutien des habitant-e-s à leur égard.
Ainsi la Mairie et la Préfecture, malgré une certaine improvisation, ont réussi à trouver des mises à l’abri plus ou moins stables et décentes à la plupart des familles. Pourtant, la Préfecture a remis depuis mercredi trois familles dont 8 enfants scolarisés à la rue sans aucune solution, cela au prétexte de leurs situations administratives parce que leurs voies de recours seraient supprimées.

Nous regrettons que la Préfecture remette à nouveau des familles à la rue, au détriment de leur santé et de la scolarité des enfants. Des décisions qui semblent loin des objectifs du Plan Logement d’Abord dont Toulouse est pourtant une ville pilote dont le Président Macron avait décidé de faire un symbole.

Par ailleurs avec ces remises à la rue, la Préfecture va à l’encontre des engagements oraux qu’elle a pris vendredi 9 novembre dernier, assurant qu’aucune personne ne serait remise à la rue durant la Trêve Hivernale

Nous appelons donc la Préfecture à ne pas se dédire et à faire preuve de pragmatisme et d’humanité en remettant à l’abri au plus vite ces familles qui vivent désormais dans la peur et des conditions d’insécurité liée à la rue.

Nous rappelons également que toute personne à droit à un hébergement d’urgence comme le prévoit la Loi (Art L245-2-2 CASF), et ne doutons pas que celle-ci puisse être appliquée à Toulouse et en Haute-Garonne.

 
DAL 31, FCPE 31, LDH 31
Un Toit Pour Apprendre!

———————————————————————————————-

Toulouse, 9 novembre 2018 

 Un élan de solidarité très fort

Hier soir les 96 personnes occupant le Gymnase Saint-Sernin ont toutes obtenu une mise à l’abri plus ou moins claire. Une victoire obtenue notamment grâce à la mobilisation de tou-te-s les toulousain-e-s venu-e-s soutenir les familles, et que nous tenons à remercier.

L’élan de solidarité qui a eu lieu lors de cette semaine d’occupation montre que les habitant-e-s de Toulouse sont attaché-e-s à leur tradition d’hospitalité et de solidarité, au point d’avoir fait changer d’avis la municipalité sur sa première volonté de faire expulser les occupant-e-s.

Il aura donc encore fallu une action coup de poing des associations et habitant-e-s pour que les institutions réagissent enfin. Pour autant la situation actuelle est toujours inacceptable, et la campagne Un Toit Pour Apprendre, rejointe par des nombreuses personnes, va poursuivre ses mobilisations.

Nous invitons d’ailleurs tou-te-s les personnes indignées par la situation à nous rejoindre!

 

Une Préfecture dans une improvisation inquiétante…

Les 96 personnes ont été orientées sur des mises à l’abri de trois types : logements passerelles, hébergement d’urgence, Prada (Plateforme Régionale d’Accueil pour Demandeurs d’Asile).

Nous nous félicitions de la stabilité assurée dans les deux premières orientations mais nous inquiétons de l’improvisation dont a fait preuve l’Ofii dans l’orientation des personnes devant aller en PRADA : refus d’informer les familles sur le lieu où elles seraient emmenées et qu’elles y soient accompagnées par des personnes de confiance ; refus de préciser aux personnes où elles seraient orientées dans les deux prochains jours ; obligation faite aux familles de signer des documents sans qu’une traduction et explication claire leur soit faite, accompagnée de menaces de leur couper l’ADA si elles ne signaient pas ; impossibilité pour les familles de récupérer leurs affaires personnelles avant d’être envoyées dans des villes de la Région (Tarbes, Foix…)….

Ce manque de communication et cette précipitation ont viré au calvaire pour les personnes demandeuses d’asile au point que certaines d’entre elles face à la pagaille créée par ce manque  d’information ont refusé de monter dans le bus par peur, et ont dû trouver un hébergement solidaire ou de fortune pour la nuit. Pour les autres, après un trajet chaotique elles sont arrivées à leur Prada où contrairement à ce qu’on leur avait assuré elles n’ont pu bénéficier d’un repas et d’une couverture…

Une improvisation de l’Ofii à l’image de celle de la Préfecture durant toute cette séquence. En effet, alors que des élu-e-s de tous bords politiques sont passé-e-s soutenir les familles, qu’une représentante de la Mairie est venue faire l’évaluation sociale, aucun-e représentant-e de la Préfecture n’a daigné venir rencontrer les personnes occupant le gymnase ou simplement répondre aux six sollicitations de rendez-vous émises par les occupants et leur formuler des propositions de mise à l’abri par écrit.

Un manque de dialogue et de considération des personnes qui renforce son déficit de crédibilité sur la question de l’hébergement d’urgence déjà bien entamé par les multiples condamnations dont elle a été l’objet par le Tribunal Administratif de Toulouse sur la question et les 90 % de refus quotidien au 115…

Plus que jamais il revient donc aux habitant-e-s d’agir pour obliger les institutions à sortir de leur immobilisme.

DAL 31, FCPE 31, LDH 31
Un Toit Pour Apprendre!

———————————————————————————————-

Toulouse, 8 novembre 2018 

Gymnase Saint-Sernin: dénouement en vue pour les familles

La réunion tri partite de ce matin entre la Campagne Un Toit Pour Apprendre, la Préfecture et la Mairie a abouti à un engagement de la part de ces deux dernières.

Celui-ci assure la mise à l’abri dès ce soir de toutes les personnes occupant le gymnase Saint Sernin depuis le 31 octobre.

Cette mise à l’abri est différente selon les situations administratives: logements passerelles, hébergements d’urgence, places en dispositif de demandeurs d’asile.

Cet engagement doit toutefois être confirmé ce soir via des orientations qui se feront depuis le gymnase Saint-Sernin.

Nous saluons ces avancées, et appelons la Préfecture et la Mairie à poursuivre leurs efforts, notamment en écoutant les revendications des travailleurs sociaux de la Veille Sociale aujourd’hui en grève.

Un Toit c’est un droit!

———————————————————————————————-

Toulouse, 7 novembre 2018 

Gymnase Saint-Sernin: RDV Un Toit Pour Apprendre/ Préfecture-Mairie ce jeudi matin.

Point presse 11h, Gymnase Saint-Sernin.

Après une semaine d’occupation du Gymnase Saint-Sernin, les familles vont enfin être reçues en Préfecture demain matin . Nous espérons que les propositions de la Préfecture et de la Mairie seront à la hauteur de l’urgence.

A savoir des places d’hébergement stables et décentes et un suivi permettant d’éviter aux familles d’être remises à la rue le printemps venu.

Afin de faire un point sur le contenu des discussions, une conférence de presse aura lieu à 11h au Gymnase Saint-Sernin.


Un toit c’est un droit!

———————————————————————————————-

Toulouse, 5 novembre 2018 

Occupation Gymnase Saint-Sernin:
Des discussions avec les institutions enfin au programme!

Alors que jusqu’ici la seule réponse qu’avaient eue les personnes occupant le gymnase Saint-Sernin était la menace d’une expulsion, il semble que la Mairie et la Préfecture aient saisi l’absurdité d’une telle issue. La mobilisation massive des toulousain-e-s en soutien des familles y a sûrement fortement contribué.

Ainsi, les services de la Mairie nous ont communiqué une proposition d’évaluation sociale des personnes, demain mardi, avant un rendez-vous tripartite d’ici mercredi entre le DAL 31, la Préfecture et la Mairie. Une proposition acceptée par les personnes vivant au gymnase, étant entendu qu’elles ne pourront accepter qu’une solution globale d’hébergement stable et décent.

Nous nous félicitons de ce tournant réaliste pris par les institutions et espérons qu’un travail commun débouchera bientôt sur une solution par le haut. Toutefois, nous appelons toutes les personnes qui soutiennent les familles à rester mobilisées car la situation reste fragile tant qu’un accord définitif n’aura pas été conclu.

Un toit c’est un droit! 

———————————————————————————————-

Toulouse, 5 novembre 2018 

Point presse Saint-Sernin:

Point Presse Gymnase Saint-Sernin

Publiée par DAL Toulouse31 sur Lundi 5 novembre 2018

 

———————————————————————————————- 

Toulouse, 4 novembre 2018

Saint-Sernin: RDV ce lundi dès 6H
pour empêcher l’expulsion des familles!


Venez nombreux avec vos chocolatines et thermos!!
Point Presse à 9h
.

Ce lundi 51 enfants manqueront dans des dizaines d’établissements scolaires. En effet les 22 familles qui occupent le gymnase Saint-Sernin n’ont toujours pas de solution d’hébergement stable et décent, les enfants ne peuvent donc se rendre à l’école sans savoir où ils vont dormir ces prochaines nuits, et avec la peur que leurs parents soient expulsés du Gymnase Saint-Sernin.

D’autant plus que pour l’instant, le seul message envoyé par les institutions est la menace d’une expulsion des 96 personnes qui occupent le gymnase faute de mieux.

Le fait que des activités sportives puissent reprendre dans au gymnase cette semaine ne doit pas être un prétexte pour remettre les familles dehors, c’est pourquoi nous vous appelons à venir les soutenir toute la matinée dès 6h autour d’un petit-déjeuner, afin d’empêcher l’expulsion et de convaincre les institutions d’entamer des négociations constructives pour obtenir un ré-hébergement global des personnes.


Un point presse suivra à 9h.

Un toit c’est un droit!

———————————————————————————————-

Toulouse, 2 novembre 2018

Gymnase Saint-Sernin:
La Mairie demande aux familles de retourner à la rue,
en échange d’un hypothétique rendez-vous!

Conférence de Presse ce lundi à 9H

Les 22 familles qui occupent le Gymnase Saint-Sernin depuis mercredi matin vont  y passer une troisième nuit, à défaut que des hébergements leur soient proposés.

Si la Mairie a accepté d’ouvrir les douches des vestiaires après 36 heures d’occupation, elle ne semble toutefois pas saisir la situation de souffrance dans laquelle se trouve les familles. Ainsi la seule proposition faite par la municipalité est que les familles retournent à la rue pour qu’elles puissent espérer un hypothétique rendez-vous avec la Préfecture, cette dernière n’ayant toujours pas donné signe de vie depuis mercredi… D’ailleurs aucune date, lieu et information sur le contenu d’un tel rendez-vous n’a été précisé…

Il est évident que les familles ne peuvent accepter une telle demande de la Mairie car elles occupent le gymnase précisément pour ne plus retourner à la rue.

Cette proposition qui est proche d’être indécente de la part de la municipalité marque une méconnaissance et un réel mépris pour la situation des familles traumatisées d’avoir été sans toit pendants des semaines voire des mois et qui vivent avec la menace d’une expulsion mettant en danger leur intégrité physique…

Les familles n’ont donc d’autre choix que de continuer à occuper le gymnase en attendant que les institutions trouvent une solution responsable et réaliste, à savoir un ré-hébergement stable et décent pour toutes.

 

Une solidarité très importante qui doit continuer,
pour empêcher l’expulsion et soutenir les familles!

Depuis mercredi de nombreux habitant-e-s et commerçant-e-s viennent soutenir les familles et font des dons.
Nous tenons à les en remercier vivement, et incitons tou-te-s celles et ceux qui se sentent solidaires à continuer à apporter leur soutien, d’autant plus que les familles restent sous la menace d’une expulsion.
Nous avons particulièrement besoin de matériel de couchage ( tapis de sol, couverture..), produits d’hygiène et ménagers, nourriture, eau, cafetières, multiprises, chaises…

———————————————————————————————-

 

A Saint-Sernin, la Mairie s’apprête à lancer la Machine à expulsion!
Venez nombreux soutenir les familles toulousaines qui occupent le gymnase Saint-Sernin!!

 

En ce jour de trêve hivernale c’est 135 personnes dont 75 enfants soutenus par la campagne Un Toit Pour Apprendre qui occupent le gymnase Saint-Sernin, épuisés de dormir à la rue.

Ces personnes demandent à ce que la Loi soit appliquée et qu’elle puisse bénéficier d’un hébergement stable et décent. Dans la journée deux courriels avec Accusé de Réception ont été envoyés en ce sens à destination des institutions compétentes, Mairie et Préfecture, malheureusement elles sont restées lettre morte.

Plus dommageable encore, le jeu politicien auquel s’adonne les deux institutions se renvoyant la balle de la responsabilité dans cette affaire et refusant d’organiser une rencontre constructive. Au point qu’à la mi-journée les policiers municipaux se sont plaints des consignes contradictoires qui leur étaient donnés, puis les Services de la communication de la Mairie aurait répandu une Fake News à des journalistes prétendant que le DAL 31 aurait refusé une rencontre avec la Préfecture…. Elle même n’ayant jamais envoyé d’invitation de rencontre à notre association….

Ultime rebondissement de cette triste partie de tennis, en fin de journée un Officier de la Police Judiciaire venu faire des repérages du gymnase a annoncé aux familles que la Mairie demandait l’expulsion de celles-ci sans proposer bien sûr aucune solution de mise à l’abri. Une expulsion qui interviendrait demain ou après-demain, cela alors qu’aucune activité n’est prévue dans le gymnase durant cette période….

Le DAL 31 s’étonne que la Mairie qui a été pourtant choisie par le gouvernement comme ville Pilote des Plans Logement d’abord et Pauvreté, choisisse le recours à la force publique contre des pitchounes, des pères et des mères de famille dont deux sont enceintes.

C’est pourquoi nous invitons les nombreux toulousain-e-s qui ont témoigné leur soutien à soutenir les familles, et à venir filmer cette intervention qui marque un tournant d’usage à la force publique assez inédit à Toulouse dans ce cas.

Nous espérons que la Mairie et la Préfecture reviendront à la raison, et essaieront de trouver une solution par le haut pour ces familles dont les pitchounes sont scolarisés dans de nombreuses écoles toulousaines.

===> https://www.facebook.com/DalToulouse/

Tagged with: , , , ,
Posted in Actualité du logement, Luttes

Vous souhaitez aider les mal-logés ou les sans-logis et nous vous en remercions.

Vous pouvez faire un don directement en ligne en cliquant sur le bouton Dons en ligne. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant de votre don.

Si vous préférer, vous pouvez :

  • Télécharger l’ordre de prélèvement mensuel, le remplir (ne pas oublier de le signer), nous le renvoyer accompagné d’un RIB. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra l’ensemble de vos prélèvements mensuels.
  • Télécharger le bon de soutien, le remplir et nous le renvoyer avec votre chèque. Un reçu fiscal vous sera envoyé en février de l’année suivante, il reprendra le montant payé.

N’hésitez pas en cas de besoins d’explications complémentaires, à nous contacter, soit par téléphone, ou de préférence en nous laissant un message à travers le formulaire de contact.